Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 23:52





 Rue Philippe de Girard une longue voie à cheval sur les dixième et  dix-huitième arrondissements et mène au quartier de "La Chapelle" en suivant le courant de méandres de fer.

 


Philippe de Girard (1775-1845) est un ingénieur-mécanicien français, issu d'une famille de bourgeoisie protestante aisée originaire du Vaucluse.  Collégien enthousiaste, il s'inscrit à l'Université de Montpellier pour y suivre des cours de chimie, tout en ressentant de l'attrait pour des activités artistiques (il réalise le buste de son père). Mais éclate la Révolution : la famille est contrainte de s'expatrier en Suisse, tandis que Philippe et son frère Charles se réfugient à Livourne (Toscane) avant que l'Empire ne permette à  Philippe de regagner Paris et de laisser libre cours à sa créativité scientifique : il commence à  à tirer partie des ressources de la vapeur). Son nom reste associé  à l'invention de la machine à filer le lin.



Les mouvements artistiques du début du vingtième siècle ont imprimé leur sceaux sur ce bâtiment désaffecté, ancien entrepôt SNCF.



Au coin de la rue où ne se risque aucun commerce, et où seules quelques silhouettes se profilent, une caserne de pompiers apparaît sans vie ou presque...





Soleil couchant ou feux follets apparaissent à travers  les lucarnes





Sur la rive opposée, la blancheur d'un salut  qui entoure ce havre insolite au milieu de la ferraille ne rassure pas tout à fait.




Nous avons rebroussé chemin et laissons derrière nous ce paysage fantomatique  pour gagner l'embouchure du flux ferroviaire, un lieu plus palpable que nous abordons avec soulagement



 



Traversé de cette place récemment honorée d'une plaque à la mémoire de Dulcie September, militante anti apartheid en Afrique du Sud, tombée à Paris sous une rafale de coups de fusil.

 

 

 





Dans le hall des attentes, la Gare de l'Est, est coiffée d'une verrière métallique. L'amalgame inextricable de fer confond ciel et terre




Simples  passagers parmi les voyageurs au long cours, nous voici libres de nous  épancher à notre guise sur les passages en arcs "Art Nouveau"

 



de découvrir les moindres recoins,


 


...et d'admirer longuement la rosace du hall Est
et celle du hall Ouest...

La Gare de l'Est, conçue par l'architecte François-Alexandre Duquesney et par l'ingénieur Pierre Cabanel de Sermet est ouverte en 1847 par la Compagnie ferroviaire Paris-Strasbourg. Elle ne comprend alors-que deux quais abritées sous un hall.
Elle est inaugurée en 1850  par Napoléon III sous le nom "d'embarcadère de Strasbourg".
La compagnie de chemin de fer obtient la concession de la ligne Paris-Mulhouse et prend le nom de Compagnie des Chemins de Fer de l'Est : Deux voies supplémentaires, destinées à desservir cette destination prennent place à l'extérieur du hall. "L'Embarcadère de Strasbourg" prend alors le nom de Gare de l'Est en 1854



La gare ne cesse dès lors de s'agrandir et connaît d'importantes transformations. Elle compte bientôt une trentaine de voies dont la plupart s'arrêtent à l'extérieur, en deçà du hall. Des travaux d'agrandissement sont envisagés.

  Dans les années 1920, elle est dédoublée par  un fronton Est  construit à l'identique par l'ingénieur Bertaud.  Elle se présente alors sous les apparences que nous lui connaissons aujourd'hui.


Le jour du  4 octobre 1883 est marqué par le premier départ du  mythique "Orient Express" pour Constantinople...




Entre les deux corps de bâtiments Est et Ouest, s'étire la "salle des correspondances" : trois lignes de métro se rencontrent sous cette dalle animée, colorée et illuminée. La Gare a subi un déclin de fréquentation avant que ne s'annonce la création de nouvelles dessertes TGV vers l'Est. Ce rebond de vitalité lui a valu de récentes rénovations, dont la transformation de cet espace autrefois réservé aux traitement des bagages. 
Pour faciliter le trafic des voyageurs des destinations plus lointaines,
 les banlieusards sont désormais invités à emprunter la  toute nouvelle gare de RER "Magenta"




La Station de Métro porte le nom de "Gare de l'Est - Verdun", un rappel discret des jours héroïques de nos "Poilus".
Rénovée récemment, elle a troqué son décor "Motte"(orange et jaune), contre le carrelage  traditionnel de faïence blanche et




Dans le hall Est, un tableau monumental signé Herter  (et récemment restauré) rappelle que de cette gare a été à deux reprises, en 1914 et 1939, le théâtre
de départs sans certitude aucune de retour des troupes françaises vers l'Est.







Attentes fébriles, bonheur de retrouvailles .
Parfois l'époux, l'enfant, le père ne paraissait pas...
n'arriverait plus jamais !






Douceur des lueurs, passages anonymes et silencieux, reflets de pas sur le sol, silhouettes fugitives, bribes de conversations, arrêts sur images, clair-obscurs,  un bal  perpétuel ...



Vivacité des couleurs, fraîcheur toute neuve des bâtiments, portes ouvertes sur la passé ou sur l'avenir, mémoire des lieux,  émotions partagées,




 fleurs d'acier, rouge voluptueux, coeur perdus, sourires retrouvés...



Le fronton Ouest est coiffé d'une sculpture symbolisant la ville de Strasbourg qui a été réalisée par Henri Lemaire, (1798 - 1880 -natif de Valenciennes, il fut reçu aux Beaux-Arts et réalisa également la fresque "Le jugement Dernier" qui orne le fronton de l'église de la Madeleine.






Sur le fronton Est, en vis à vis, une  autre sculpture réalisée par  Henri Varenne sculpteur tourangeau , représentant la ville de Strasbourg lui fait pendant.

 

 

 















Partager cet article

Repost 0

commentaires

JACQUELINE 31/07/2009 09:52

J'ai vécu quelques années (8) dans cette gare.....tous les matins venant de ma banlieu...et grace à toi je retrouve un espace qui a fortement embelli!Merci de tes magnifiques reportages!A très bientot!

Armide 01/08/2009 16:08


Ton cadre de vie actuel me parait bien propice à la sérénité et à la détente. Les gares correspondent bien chez moi à une envie impérieuse de m'évader du bétonnage et de l'anonymat.  Les
horloges me rappellent que le temps ne soit pas être gaspillé inconsidérément et les portes doivent s'ouvrir sur autre chose. je précise tout cela car je me trouve attirée comme par un aimant en
direction de ces trois éléments. Merci de recueillir cette confidence.


Danièle le chat-noir 30/07/2009 21:42

C'est chaque fois pareil : un pur bonheur de venir se promener ici !Pas trop le moral en ce moment...je cherchais dans mes favoris un lien qui m'emmène en voyage et j'ai vu "Armide et Pistol", oups, pas hésité une seconde, j'ai pris le TGV virtuel et me suis promenée à Paris.Tu devrais obtenir un véritable prix officiel pour ce blog, c'est un moment magique, une thérapie.Merci à toi et tendres caresses aux 2 boules de poils noirs.

Armide 01/08/2009 16:13


Tu viens par ton commentaire de me décerner un prix d'encouragement. C'est beaucoup et je tioens à t'en remercier. Le moral n'a pas la pleine forme de mon côté. Dans quelle région habites-tu ?


Annick 16/07/2009 03:09

je viens de faire une promenade à la gare de l'Est que je connais beaucoup moins que la gare du nord!je ne connaissais pas tous ces aménagements!je découvre et ce magnifique tableau restauré!merci!un bonjour de Cayenne!

Armide 16/07/2009 12:29


Bonjour Annick,
Merci de ton passage. Je suis contente d'être suivie.


Sourour 15/07/2009 16:32

BONJOUR MON AMIE JE TE SOUHAITE UNE BONNE JOURNEE PLEIN DE BONHEUR ET D AMITIE ET SURTOUT DE BONNE SANTE

Armide 15/07/2009 17:50


La santé surtout pour toi et pour ta famille


cbx41 15/07/2009 16:31

Je suis passé bien des fois par cette gare qui m'éloignait de ma province mais qui m'y ramenait , parfois, pour mon plus grand plaisir. @+

Armide 15/07/2009 17:51


Le plaisir dans le sens du retour, j'imagine.


Présentation

  • : Balades avec mon chien
  • Balades avec mon chien
  • : Mes promenades avec Pistol, bouledogue français ; sa vie, ses amis chats, chiens, vaches et chevaux. Balades insolites dans Paris et ses environs. Nos voyages, nos lectures, nos loisirs.
  • Contact

Un éloge !

Nous autres français sommes bien égoïstes. Lorsqu un pays dispose d un blog comme Balades avec mon chien, il devrait le traduire en anglais, italien, espagnol, japonnais, chinois etc... que le reste du monde en profite. D ailleurs, Armide mérite un auditoire bien plus large que 60 millions d internautes (plus quelques belges, suisses, quebecois). En tous cas, j adore Balades avec mon chien et je suis loin d être seule !

       

Rechercher

Récompenses



Archives