Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 00:29

 

 

La rue de la Butte-aux-Cailles vient de nous déverser dans une rue perpendiculaire et rectiligne,  triste et peu disserte,  sous un ciel blafard. Sans en avoir vraiment conscience, ne venons de quitter la butte, pour basculer dans la quartier dit de la "Maison Blanche".

Rue Barrault - enchevêtrement urbain 2Rue Barrault - enchevêtrement urbain 1Rue Barrault suite végétale

Les retombées de la Butte permettent heureusement d'oublier le climat  austère et sans attrait d'une voie rectiligne qui finit par se perdre, comme elle semble avoir commencé, quelque part, dans le voisinage périphérique des boulevards.

D'un côté pourtant, la rue sans histoire, (qui porte incidemment le nom de Barrault, ancien propriétaire de la parcelle de terrain, tombé depuis lors dans l'anonymat, avant que ladite parcelle ne soit réquisitionnée et que la voie n'y soit tracée), parvient à nous offrir le divertissement d un panorama attrayant, où bribes de toits superposés dans la plus grande  fantaisie,  échantillons de façades enclavées les unes dans les autres, menus détails accrocheurs, offrent la perspective ludique d'un village bâti en espalier.

De l'autre,  l'austérité d'une succession ininterrompue de façades  d'immeubles anonymes et ingrates, dont les entrées sont jalousement protégées par des digicodes indécryptibles, parviendrait facilement à nous extraire des bâillements.

Je tente vainement d'obtenir les bonnes grâces d'un résident du n° 22 qui vient malencontreusement de laisser  refermer derrière lui, le précieux sésame, dans l'espoir de me voir octroyer la bienveillante opportunité  d'un regard furtif sur un petit coin mystérieux de Russie, enfoui dans la cour intérieure  d'un immeuble banal, situé dans une quelconque  rue du du treizième arrondissement...de Paris.. Mais ce sanctuaire, est résolument privé. La réponse est sans appel...

 

Rue barrault - suite végétale 2

Rue Barrault - maisonnette campagnarde

     Il me faut un moment avant de réaliser le nombre d'immeubles HLM alentour. Disséminés dans l'espace,  calmes et discrets, tant par la sobriété de leur architecture que par la discrétion (inhabituelle) de leurs résidents, ils s'intègrent sans discordance aucune dans le voisinage d'anciennes maisons ouvrières, souvent rachetées à leurs propriétaires par des nouveaux occupants, habiles spéculateurs, résolument  soucieux de protéger leur "fief' des regards importuns du vulgaire, mais aussi, de se démarquer d'une population  d'extraction "inférieure", exogène à leur milieu. Les rappels, multiples, postées à cet effet, sur le seuil des portes des nouveaux "seigneurs", ne manquent pas de dissuasion.

 

 

Rue Barrault - vue passage motant 2

     Un reliquat de convivialité villageoise anime-t-elle encore ce quartier ? Un technicien de surface de la ville, en cours de tournée dans les parages, m'affirme qu'elle survit, miraculeusement, bien que dans des lieux, spécifiques, bien définis, historiquement dédiés.

Quant à la solidarité communautaire, le replis sur soi affiché par les nouveaux "arrivés" me permet d'en douter.

 

 

Rue barrault - vue passage montant 1

Les habitations qui gravitent le petite rue  transversale qui monte, ont la grâce de "maisons de maîtres" et présentent toujours de "beaux restes" : recherches dans le travail de ferronnerie du balcon, dans l'ornementation modeste du vantail qui couronne le pas de porte et les deux marches usées qui en permettent l'accès. Les persiennes restent résolument closes en cet après midi de juin. Le village se meurt-il ?

 

Angle rues Brrault et Daviel - bureau de poste 1

La physionomie rustique de la rue Barrault est perurbée par l'irruption altière d'un massif édifice de brique aux immenses ouvertures fermées per de lourdes paupières de toiles bleue. Le "monument" construit aux environs des années 1880 abritait l'école nationale supérieure des télécommunications...

la Poste, pour faire court et simple.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Muriel 22/08/2011 08:47



Bof, pas vraiment sympathique cette rue et ses "nouveaux" habitants non plus !


Bisous.


Muriel



voyelle 21/08/2011 17:16



vraiment pas sympa le gars du n°22 l'a eu peur de notre ami Pistol ou quoi ...pfff ! ça me faire bizarre de voir toutes ses maisons collées avec le HLM qui domine par sa hauteur...on se demande
bien pourquoi l'avoir implanter ici. Vu ton billet précédent, le quartier me plait bien et son histoire nostalgique également ! merci !


:)))))))))) bisous !



Marine D 21/08/2011 16:33



Pfftt je crois bien que je rigolais !



Armide 21/08/2011 17:13



Hé bien, tant mieux !



Maria Dora 21/08/2011 14:31



Toujours agréable ces promenades avec toi , elles me permettent de découvrir ces toits les uns sur les autres mais qui sont quand méme d'un bel effet , j'aime bien ! A bientot Armide , toute mon
amitié !



Marine D 21/08/2011 10:53



J'imagine les nids de cailles dans un temps où toutes ces maisons n'existaient pas, et le joli coin bucolique, peut-être....



Armide 21/08/2011 15:30



Pas de cailles par ici. Le quartier porte le nom d'un ancien propriétaire des terrains avant l'annexion du vilage de Gentilly à Paris en
1863.


Désolée de te décevoir.



Présentation

  • : Balades avec mon chien
  • Balades avec mon chien
  • : Mes promenades avec Pistol, bouledogue français ; sa vie, ses amis chats, chiens, vaches et chevaux. Balades insolites dans Paris et ses environs. Nos voyages, nos lectures, nos loisirs.
  • Contact

Un éloge !

Nous autres français sommes bien égoïstes. Lorsqu un pays dispose d un blog comme Balades avec mon chien, il devrait le traduire en anglais, italien, espagnol, japonnais, chinois etc... que le reste du monde en profite. D ailleurs, Armide mérite un auditoire bien plus large que 60 millions d internautes (plus quelques belges, suisses, quebecois). En tous cas, j adore Balades avec mon chien et je suis loin d être seule !

       

Rechercher

Récompenses



Archives