Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 00:25

 

 

 

 

  Il faisait effroyablement froid; il neigeait depuis le matin; il faisait déjà sombre; le soir approchait (...)

 

avenue Victor Hugo - Noel

 

 Au milieu des rafales, par ce froid glacial, une pauvre petite fille marchait dans la rue: elle n'avait rien sur la tête, elle était pieds nus.(...)

 

Voilà la malheureuse enfant n'ayant plus rien pour abriter ses pauvres petits pieds. Dans son vieux tablier, elle portait des allumettes : elle en tenait à la main un paquet. Mais, ce jour, la veille du nouvel an, tout le monde était affairé. Par cet affreux temps, personne ne s'arrêtait pour considérer l'air suppliant de la petite qui faisait pitié. La journée finissait, et elle n'avait pas encore vendu un seul paquet d'allumettes.

 

 

 

 

avenue Victor Hugo Noël 2

 

Tremblante de froid et de faim, elle se traînait de rue en rue. Des flocons de neige couvraient sa longue chevelure blonde. De toutes les fenêtres brillaient des lumières: de presque toutes les maisons sortait une délicieuse odeur, celle de l'oie, qu'on rôtissait pour le festin du soir : c'était la Saint-Sylvestre. Cela, oui, cela lui faisait arrêter ses pas errants.
Enfin, après avoir une dernière fois offert en vain son paquet d'allumettes, l'enfant aperçoit une encoignure entre deux maisons, dont l'une dépassait un peu l'autre. Harassée, elle s'y assied et s'y blottit, tirant à elle ses petits pieds.
Mais elle grelotte et frissonne encore plus qu'avant et cependant elle n'ose rentrer chez elle. Elle n'y rapporterait pas la plus petite monnaie, et son père la battrait. L'enfant avait les mains gelées.

 

 

Avenue Victor Hugo - vitrine la nuit - Noël

 

 

  L'enfant avait ses petites menottes toutes transies. «Si je prenais une allumette, se dit-elle, une seule, pour réchauffer mes doigts?» C'est ce qu'elle fit. Quelle flamme merveilleuse, c'était ! Il sembla tout à coup à la petite fille qu'elle se trouvait devant un grand poêle en fonte, décoré d'ornements en cuivre. La petite allait étendre ses pieds pour les réchauffer lorsque la petite flamme s'éteignit brusquement. Le poêle disparut et l'enfant restait là, tenant en main un petit morceau de bois à moitié brûlé.

 

 

 Brasserie place Victor Hugo - Noël

 

 

Elle frotta une seconde allumette. La lueur se projetait sur la muraille qui evint transparente. Derrière, la table était mise, elle était couverte d'une elle nappe blanche, sur laquelle brillait une superbe vaisselle de porcelaine.
Au milieu, s'étalait une magnifique oie rôtie, entourée de compote de pommes. Et voilà que la bête se met en mouvement et, avec un couteau et une ourchette fixés dans sa poitrine, vient se présenter devant la pauvre petite.
Et puis plus rien. La flamme s'éteint.

 

 

 

 

Place Victor Hugo, Paris 16 - Arbres de Noel

 

 

L'enfant prit une troisième allumette, et elle se voit transportée près d'un arbre de Noël, splendide. Sur ses branches vertes, brillaient mille bougies de couleurs
De tous côtés, pendait une foule de merveilles. La petite étendit la main pour saisir la moins belle. L'allumette s'éteint. L'arbre semble monte vers le ciel et ses bougies deviennent des étoiles

 

 

 

 

 Quartier Victor Hugo - boutique illuminée pour Noël

 

 

Il y en a une qui se détache et qui redescend vers la terre, laissant une traînée de feu. " Voilà quelqu'un qui va mourir ", se dit la petite.
Sa vieille grand-mère, le seul être qui l'avait aimée et chérie, et qui était morte il n'y avait pas longtemps, lui avait dit que lorsqu'on voit une étoile qui file, d'un autre côté une âme monte vers le paradis.
Elle frotta encore une allumette: une grande clarté se répandit et, devant
l'enfant, se tenait la vieille grand-mère.
-" Grand-mère, s'écria la petite, grand-mère, emmène-moi. Oh ! tu vas me
quitter quand l'allumette sera éteinte.Tu t'évanouiras comme le poêle si chaud, le superbe rôti d'oie, le splendide arbre de Noël. Reste, je t'en prie, ou emporte-moi."


Et l'enfant alluma une nouvelle allumette, et puis une autre, et enfin tout le paquet, pour voir la bonne grand-mère le plus longtemps possible. La grand-mère prit la petite dans ses bras et elle la porta bien haut, en un lieu où il n'y avait plus ni de froid, ni de faim, ni de chagrin : c'était devant le trône de Dieu.

 

 

Avenue Victor Hugo - Noël 3

 

Le lendemain matin, cependant, les passants trouvèrent dans l'encoignure le corps de la petite; ses joues étaient rouges, elle semblait sourire; elle était morte de froid, pendant la nuit qui avait apporté à tant d'autres des joies et des plaisirs.

 

 

  (Hans Christian Andersen)

Partager cet article

Repost 0
Published by Armide - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

le ch'timi 14/07/2011 18:44



Je veins de me donner un coup de froid en ce 14 juillet !





La Grande Misère
de la France

Nous n'irons plus au bois ma belle
Les lauriers sont coupés les ponts
Aussi : les arcs-en-ciel
Et même le pont d'Avignon

Jeanne d'Arc mortelle statue
Un peu de bronze ensanglanté
Dans cette France qui s'est tue
Ton coeur a cessé de chanter

Jeanne dans sa jupe de bure
Assise sous les framboisiers
Se prépare une confiture
Avec du sang de cuirassiers

La poule noire des nuages
Pond les oeufs pourris de la mort
Les coqs éplumés des villages
N'annoncent que les vents du Nord

Car l'aube avait du plomb dans l'aile
Et le soleil est un obus
Qui fait sauter les citadelles
Et les lilas sur les talus

Le ciel de France est noirci d'aigles
De lémures et de corbeaux
Ses soldats couchés dans les seigles
Ignorent qu'ils sont des héros

Ni Chartres, ni Rouen, ni Bruges
N'ont assez d'anges dans leurs tours
Pour lutter contre le déluge
Et les escadres de vautours

Taureau chassé des pâturages
Et du silence paternel
Devant la pourpre de l'outrage
Perd tout son sang au grand soleil

Il perd son sang par ses fontaines
Par ses veines par ses ruisseaux
Il perd son sang par l'Oise et l'Aisne
Par ses jets d'eau par ses naseaux

Les douze soeurs de ses rivières
Aux bras cambrés aux noeuds coulants
Dénouent leurs lacets et lanières
Pour se jeter à l'océan

Buvez buvez guerriers ivrognes
Les vins fermentés de la peur
Les sangs tournés de la Bourgogne
Les alcools amers du malheur

Les bières gueuses de la Meuse
Et les vins platinés du Rhin
Les sources saintes des Chartreuses
Et les absinthes du chagrin

Les larmes qui de chaque porte
Ont débordé sur le pays
Les eaux de vie et les eaux mortes
Grisantes comme le vin gris

Nous n'irons plus au bois ma belle
Les lauriers sont coupés les ponts
Aussi : les arcs-en-ciel
Et même le Pont d'Avignon.

Ivan Goll



















 


 


Amitiés


Patrick



Jean Bellamy 18/04/2011 17:36



J'ai une petite larme dans l'oeil .......j'aurais aimé qu'un passant ou une passante la prenne par la main pour l'enmener chez elle , devant un bon feu de bois .....mais les miracles je n'y crois
pas et le monde est mauvais .


Bonsoir .....


Jean



eleonor 27/12/2010 08:41



pas vraiment une histoire du siècle d'avant, hélas ! il y a encore des vendeurs d'allumettes dans notre riche socièté ....



cheima 26/12/2010 15:42



vraiment magnifique,quel plaisir de visiter votre blog,les photos sont trés jolies!j'adore.



Hauteclaire 25/12/2010 00:18



Un conte qui continue de me bouleverser .. un des plus terribles, et des plus réalistes.


L'abondance de ces vitrines fait aussi vivre bien des personnes malgré tout.


Bisous Armide



Présentation

  • : Balades avec mon chien
  • Balades avec mon chien
  • : Mes promenades avec Pistol, bouledogue français ; sa vie, ses amis chats, chiens, vaches et chevaux. Balades insolites dans Paris et ses environs. Nos voyages, nos lectures, nos loisirs.
  • Contact

Un éloge !

Nous autres français sommes bien égoïstes. Lorsqu un pays dispose d un blog comme Balades avec mon chien, il devrait le traduire en anglais, italien, espagnol, japonnais, chinois etc... que le reste du monde en profite. D ailleurs, Armide mérite un auditoire bien plus large que 60 millions d internautes (plus quelques belges, suisses, quebecois). En tous cas, j adore Balades avec mon chien et je suis loin d être seule !

       

Rechercher

Récompenses



Archives