Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 03:39

 

 

 

      Au détour d'un bâtiment XVII, d'apparence banal, (toujours référencé sous le nom - chuchoté - de "Grande Force") , mais qui laisse deviner une cour lugubre au milieu de quatre murs rébarbatifs, nous nous engageons de façon fortuite dans le dédale d'une ruelle pavée

 

Hôpital Salpêtrière - entrée loges des archers

      bordée de bâtiments bas qui évoqueraient volontiers dans l'imagerie collective  contemporaine un alignement de corons : une modeste porte entre deux étroites fenêtres, une fenêtre, une porte, une fenêtre...Ordre et monotonie d'un agencement militaire où  le fonctionnel prévaut 

 

Hôpital Salpêtrière - Panneau rue des Archers

      Une plaque de la cité hospitalière nous dévoile un fragment de l'historique du quartier

Hôpital Salpêtrière - Loges des Archers 1

      Les Archers du roi logés à l'hôpital général, étaient chargés de veiller rigoureusement au maintien de l'ordre publique dans les murs de l'enceinte, autant qu'à l'extérieur, dans la ville et dans les faubourgs : La "cour des miracles" du Petit Arsenal (une extension sur la rive gauche de la Seine du territoire de la Salpêtrière), regorgeait de soldats chômeurs à la suite de la guerre de Trente Ans, et la Fronde avait produit une multitude de miséreux


Hôpital Salpêtrière - Loges des Archers 2

      La rue pavée décrit un angle droit : de ce côté, une rangée monotone de fenêtres retirées derrière des barreaux, se succèdent de façon ininterrompue. Le long bâtiment au dos arqué,  accuse le formes incertaines d'un sol irrégulier.  


Salpêtrières - rue des petites loges
Dès 1680, les quartiers de prison étant surpeuplés, on décide de bâtir quelques bâtiments pour abriter les "insensées" et les "hystériques".


Hôpital Salpêtrière - Loges des Folles 1

      Les malades qui devaient partager une cellule fermée par une grille de fer, étaient enchaînées dévêtues à un bloc de pierre. Les plus "violentes" se voyaient confinées dans des cachots souterrains. Le froid et l'humidité exerçaient des effets désastreux sur la santé des malheureuses, laissées à l'abandon, rouées de coups, couvertes de vermine, et dont les pieds étaient parfois rongés par les rats. Peu de pensionnaires résistaient longtemps à ces conditions de détention. 

 

Petites loges vues de côté - Salpêtrière

      Les "petites loges", survivantes d'une page d'histoire douloureuse, qui n'a été ni reniée ni occultée, ont été préservées et réhabilitées : elles accueillent aujourd'hui les consultations de maladies neurologiques (Alzheimer, Crutzsfeld Jakob)


Salpêtrière - rue du mur des fermiers généraux

      D'un pas lent je me suis recueillie sur ces âmes jugées irrémédiablement condamnées. L'esprit Janséniste frappait fort en confondant  toutes différences à la norme  à des délits.

A la faveur du "siècle des lumières" les Docteurs Pinel, puis Charcot s'efforceront heureusement d'améliorer le sort des malades en leur permettant de bénéficier des premiers traitements thérapeutiques spécialisés.


ancien mur - Hôpital Salpêtrière 1

      L'existence d'un "mur des fermiers généraux" dans les parages est évoquée. La raison d'être de cette barrière tenait à la volonté royale de percevoir l'octroi, un impôt levé  sur les marchandises importées dans la capitale. Une partie de l' enceinte longeait autrefois cette portion de Paris que délimite de nos jours la ligne  6 du métro aérien (Nation - Charles de Gaulle/Etoile). S'agirait-il ici d'un vestige ? Est-il permis de rêver...

 

Parking Murs des fermiers généraux - Hôpital Salpêtriè

Parvenue à l'extrêmité du chemin  des "petite loges", abasourdie par la découverte de sinistres secrets historiques, je gravis les quelques marches d'un petit escalier de rondins qui m'élève sur une petite place ombragée. Des membres du corps médical  y ont garé leur véhicule. Ils semblent peu nombreux en ce samedi après midi. Je goûte le réconfort d'une journée ensoleillée qui m'est offert en cadeau.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

claudine 19/06/2011 19:05



Très beau reportage !!! Ces pauvres femmes devaient ^etre terrorisées dans cette sorte de prison !!!!  bonne semaine    claudine



Patrick 13/06/2011 09:51



Retour sur des articles que j'ai pris le temps de lire avec attention.


Amitiés.



La Gildasienne 08/06/2011 22:24



Lors de la réfection de ces petits pavillons des folles, ils ont enlevé et pas remis les anneaux de métal qui servaient à les attacher lorsqu'on les sortait sur les bancs ( qui à l'origine
étaient en pierre). J'ai trouvé dommage de ne pas les remettre car ils étaient symboliques et permettaient une fois de plus de montrer que Pinel avait libéré ces "folles".



Armide 08/06/2011 22:33



Dommage, en effet. Ces anneaux auraient restitué plus d'authenticité au "décor".



La GIldasienne 08/06/2011 22:21



Oupsss!! De ma fenêtre de bureau je vois la loge des folles. Pour un peu je te voyais en train de photographier. Dommage car cela aurait été très drôle. Imaginons la scène: je sors en 
blouse blanche et je dis bonjour "Armide et Pistol"...


 


 



Armide 08/06/2011 22:35



J'en aurais été ravie. Nous aurions pu prendre un jus de fruit dans la cafeteria de la Cour Saint-Louis et faire plus ample connaissance, tout en jouissant
des perspective de la magnifique façade d'honneur précédée du jardin à la française.



Ode à la terre :0007: 07/06/2011 13:44



Une visite qui remue.



Armide 07/06/2011 13:46



Tournons nos yeux vers les jardins. Heureusement qu'ils sont là, tout autour.



Présentation

  • : Balades avec mon chien
  • Balades avec mon chien
  • : Mes promenades avec Pistol, bouledogue français ; sa vie, ses amis chats, chiens, vaches et chevaux. Balades insolites dans Paris et ses environs. Nos voyages, nos lectures, nos loisirs.
  • Contact

Un éloge !

Nous autres français sommes bien égoïstes. Lorsqu un pays dispose d un blog comme Balades avec mon chien, il devrait le traduire en anglais, italien, espagnol, japonnais, chinois etc... que le reste du monde en profite. D ailleurs, Armide mérite un auditoire bien plus large que 60 millions d internautes (plus quelques belges, suisses, quebecois). En tous cas, j adore Balades avec mon chien et je suis loin d être seule !

       

Rechercher

Récompenses



Archives