Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 18:39





Nous avons pleinement profité de notre halte à la "Maison Rose" et laissons la rue de l'Abreuvoir  couler  sur le flan de la butte pour rejoindre rue Lamarck Caulaincourt, le quartier des maquignons.


Photo 7060

  Nous avons tenu à rester fidèles à la rue des Saules, dont la paix et le charme rural ont su résister aux turpitudes de l'urbanisation. L'opiniâtreté manifestée par les habitants de la butte dans leurs actions d'insoumission a marqué quelques points...





Photo 7062

Depuis le X siècle, Montmartre récolte ses vendanges sous l'oeil vigilant d'Adelaïde de Savoie, première abbesse à introduire  la vigne sur des terrains de la butte qui appartient en majorité au couvent.


Photo 7063

Après la Révolution, les "dames de Montmartre" se voient contraintes par des raisons financières de mettre leurs terrains en fermage ; elles obtiennent  toutefois la condition qu'ils restent affectés aux vignobles (qui portent déjà les noms évocateurs de "Goutte d'or" ou de " Sauvageonne").

Une longue tradition de tavernes et de guinguettes  prend alors paradoxalement   naissance sur ces anciennes "terres saintes"toujours situées hors de Paris, libres des droits d'octroi.

Montmartre prend ainsi ce visage à deux profils qui étonne et en fait son charme discret,  où  piété d'un côté, plaisirs de l'autre se juxtaposent et se complètent.




Photo 7064-copie-2

"O vin en vigne, joli gentil vin en vigne"


Arisitde Bruant, le "chanteur à la voix de manifestant",  a élu domicile au 10 rue des Saules, en face d'un terrain situé à l'intersection  de la rue Saint-Vincent  qui fait la convoitise des promoteurs. L'espace déjà dénudé est vulnérable.
 

9 juin 1920 :Pris par l'urgence et ému par la menace qui pèse sur le caractère bucolique et  paisible de leur quartier, un groupe de Montmartrois soutenu par Poulbot et  avec l'appui de Pierre Labric alors maire de la "Commune Libre, se mobilise.  En deux nuits, les insurgés  parviennent à implanter un jardin éphémère qu'ils  baptisent "Square de la Liberté", et qu'ils destinent aux enfants de la butte.

 

Ce n'est qu'en 1933 que Victor Perrot se voit attribuer l'autorisation de planter quelques ceps de vigne sur ce terrain, échappé à l'emprise des promoteurs mais laissé vacant.




Les vignes ressuscitées  s'étoffent d'année en année, les vendanges qui ont lieu tous les ans en octobre, font l'objet de réjouissances hautes en couleurs, le raisin est pressé dans les locaux de la mairie du XVII arrondissement.


Le "Clos de Montmartre" se vend en bouteilles d'une capacité de cinquante centilitres pour un prix un peu dissuasif, mais dont les revenus sont, fidèles à une longue tradition montmartroise, reversés aux oeuvres sociales d'associations du quartier.

Quand à Saint Vincent, le patron des vignerons, il est dignement fêté le 22 janvier, à Montmartre, plus que dans n'importe quelle autre commune vinicole de France





Photo 7065

En face,  à l'angle de la rue des Saules et de la rue Saint-Vincent, cette maison de poupée blottie ente acacias et jardin de curé s'est maintenue contre vents des marées depuis 1785.





Photo 7067

 D'abord simple cabaret, elle prend le nom de "Rendez-vous des Voleurs", puis d'"Auberge des Assassins", non par ce qu'elle sert de repère aux truands, mais parce que les avis de recherche des criminels célèbres y sont placardés aux murs.




Photo 7091

1875 : Le caricaturiste André Gill entreprend de dessiner son enseigne censée représenter la spécialité culinaire de la maison :
Un lapin bondit d'une casseroles brandissant "la dive bouteille".

On s'empresse de modifier en conséquence le nom de l'établissement qui devient le "Lapin à Gilles", puis se modifie au fil des années pour devenir le "Lapin agile"




Photo 7066

1886 : Adèle Decerf, (surnommé "la mère Adèle"), ancienne danseuse de French Cancan reprend l'établissement. qu'elle transforme en café restaurant concert. très fréquenté par  les chansonniers et artistes de l'époque.




Photo 7069


1903 : "La mère Adèle" vient de revendre son café-concert à un certain Frédéric Girard. "Fréfré gratte la guitare, tandis que sa femme Berthe fabrique de reconstituants sandwichs pour empêcher les artistes débutants (Verlaine, Jean Rictus, Carco et Mac Orlan) de mourir de faim.



  A la veille de la première guerre mondiale, les promoteurs n'ont pas lâché prise et menacent l'existence de  la petite maison. Aristide Bruant,  fidèle habitué des lieux  qui a acquis argent et notoriété,  la rachète à "Fréfré" pour la revendre plus tard à son fils.

Depuis lors, le "Lapin Agile" réunit toujours les artistes débutants : Nougarot, Brassens et bien d'autres








Photo 7070

"Dis Blaise, sommes-nous encore loin de Montmartre" ?
(Blaise Cendrars : La Prose du Transsibérien)



Photo 7071

"La baraque aux miracles" a résisté aux turpitudes des temps.

Nous reviendrons au "Lapin Agile" non pour y "pleurer notre jeunesse perdue", mais pour y célébrer jusqu'à plus soif, les mots, les chansons, la musique...



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Enriqueta 01/04/2010 19:49



Une de mes soeurs a vécu plusieurs années rue Caulaincourt. Il y a de belles maisons dans ce quartier mais elles sont parfois cachées dans des rues intérieures, derrière de lourdes portes en fer.
    



Armide 03/04/2010 22:26



Je suis passée il y a peu de temps dans cette rue où cohabitent des personnes et des échantillons architecturaux très différents.


Malheureusement, depuis Haussmann les pauvres ont été pourchassés et parqués dans les banlieues (ethymologie du mot ban-lieu = lieu banni), tandis que les
"bobos" viennent occuper le terrain à prix fort.


Des pauvres à paris, il y en a de moins en moins. Il s'agit de gagner de plus en plus pour pouvoir s'y loger. C'est la sélection par
l'argent.


Il est vrai que des pauvres à Paris, cela ferait désordre, aux yeux des touristes et spéculateurs étrangers.



Dplmanager 28/03/2010 09:25


très sympa ton reportage !! bravo


Maria Dora 25/03/2010 20:10


Bonsoir Armide , oui cela a fait du bien de prendre un peu de recul , pour ma part je passe trop de temps devant l'ordi , il va falloir que je ralentisse ! Puis c'est ennuyeux ces virus , ma boite
hotmail n'a rien eu ! Chez moi en ce moment il fait soleil , cela fait du bien ! Bonne soirée , amitié !


Armide 25/03/2010 23:57


Merci de ta visite Maria Dora. Il faut savoir prendre du recul, cela fait un bien fou....


:0091: :0010: :0085: 25/03/2010 18:37


hello tout va bien ????


Armide 25/03/2010 23:56


Nous émergions d'une méga panne de blog. Le virus avait même gagné la boite mail.


ma vie de chien 25/03/2010 17:05


chere Armide,,
une promenade dans tes quartiers parisiens, pour te dire bonjour , une caresse à pistol, bon mon ordi est malade, go to the  doc!
des bises et à dans quelques jours

simon mum


Armide 25/03/2010 17:51


J'avais deux discs C : l'un mac (eh oui, mon fils m'avait installé cela sur PC !, l'autre windows. L'ordi a booté sur Mac, alors que je me trouvais en plein
windows J'ai démonté le Mac. Mais...le bug d'OB m'a pousuivi et il ne m'était plus possible d'ouvrir mon compte
hotmail...
Meilleurs voeux de prompt rétablissement à ton PC et caresses à la troupe.


Présentation

  • : Balades avec mon chien
  • Balades avec mon chien
  • : Mes promenades avec Pistol, bouledogue français ; sa vie, ses amis chats, chiens, vaches et chevaux. Balades insolites dans Paris et ses environs. Nos voyages, nos lectures, nos loisirs.
  • Contact

Un éloge !

Nous autres français sommes bien égoïstes. Lorsqu un pays dispose d un blog comme Balades avec mon chien, il devrait le traduire en anglais, italien, espagnol, japonnais, chinois etc... que le reste du monde en profite. D ailleurs, Armide mérite un auditoire bien plus large que 60 millions d internautes (plus quelques belges, suisses, quebecois). En tous cas, j adore Balades avec mon chien et je suis loin d être seule !

       

Rechercher

Récompenses



Archives