Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 19:51





Le vent soufflait librement sur Montmartre et faisait tourner les moulins...
Rue Lepic, ils se trouvaient au nombre de treize.

Photo 6680

Le "Blute-Fin" qui occupe toujours une loge à la hauteur du n° 77  s'inscrivait dans une enfilade de moulins qui s'échelonnaient le long de la rue, de bas en haut.

Il était précédé du Moulin de la Fontaine Saint-Denis, du Moulin Neuf,
 du Moulin Vieux...

Il  était suivi du Moulin de la Petite Tour, puis du Moulin de la Vieille Tour,  plus haut du Moulin du Palais et son annexe "la Guinguette", et enfin du  Moulin de la Grande Tour.

 Construits à partir de 1615, tous ces moulins ont été détruits peu avant la Révolution, à l'exception des deux que nous connaissons.
Qui se souvient encore de ces noms là...



Le "Radet" uni fraternellement au "Blute-Fin" par la famille des meuniers Debray qui y avaient organisé des bals, échappa de justesse à la destruction. Il fut transplanté de la rue Norvins à l'angle du n° 83 de la rue Lepic et de la rue Girardon.

Aux côtés du "Blute-Fin" qui  séjourne toujours à ses côtés, mais qui s'est assoupi depuis quelques décennies dans les hauteurs d'un jardin aux branches entrelacées qui lui servent de protection, "le Radet" a repris la torche et se trouve maintenant seul à assurer le service de la  galette.




Photo 6679

Nous contournons l'ombre du "Radet" par la rue Girardon. Quelques pas nous suffisent pour gagner l'intersection de l'avenue Junot et de la rue Norvins. Le numéro un de l'avenue Junot est un petit  hôtel romantique de belles proportions. La porte d'entrée vitrée nous éclaire généreusement, et le balcon qui la surmonte, très intimiste,  nous retient sur place quelques instants.
Treize moulins..."Ciné treize"...coincidence purement accidentelle.
 


En 1986  Claude Lelouch, imagina fonder une salle de cinéma et de théâtre à la fois. Lelouch tenait au nombre treize, le théâtre fut marqué de ce sceau . Il m'a été confié qu'au bar, on sert du puch et du champagne qu'il nous est permis de siroter devant l'écran ...et que l'enfilade des salles souterraines  vaut  à elle seule la visite...







Photo 6681

Au cours du XIX siècle, Les hauteurs de  Montrmartre offrent aux artistes peu argentés les avantages d'un éclairagefavorable. Ces derniers saisissent aussi l'aubaine des loyers modiques proposés....à l'époque.





Photo 6677

La rue Lepic abrite ainsi, au cours des deux derniers siècles, une pépinière d'artistes : peintres,  personnalités du music hall , écrivains, poètes : Paul Fort, Céline, le dessinateur satirique Forain, le chansonnier Jean Rictus, les peintres Adolphe Willette et Charles Léandre. Van Gogh partagea avec son frère le troisième étage du n°54, avec une pensée particulière pour le chansonnier communard Jean Baptise Clément, créateur du "Temps des Cerises", qui habita plusieurs immeubles de la rue et finit ses jours au n° 11O.





Photo 6682

La rue Lepic offre encore aux promeneurs contemporains une longue enfilade de galeries de tableaux et quelques cabarets. Ma la rue est bien calme ce soir et bien silencieuse.
 Le froid nous arrache doigts et oreilles.



Photo 6685

Nous avons atteint le point culminant de la rue Lepic qui se fond dans un dédale de rues enlacées. A la faveur de la boucle que forme  la petite place Jean Baptiste Clément pour rejoindre la rue Norvins, nous croyons voir devant nous un temple dédié à Bacchus.


Quelques marches mènent à une vasque avantageuse, innondée de lumière...







Partager cet article

Repost 0

commentaires

Améthyste 20/02/2010 19:02


Paris sublimée, Paris dévoilée, j'en apprends encore, je savoure ces photos, j'en apprécie les mots, en la douce compagnie de Pistol and CO ! Bonne soirée, je poursuis ma découverte de ce blog
chaleureux...!


JACQUELINE 18/02/2010 09:45


Une ambiance de "rapin" dans cette promenade à l'abris des ailes des moulins fantomes...ton Paris est décidemment très poétique!!


Legolas.Vertefeuille 17/02/2010 17:48


J'ignorais qu' il y avait eu autant de moulins à Paris..à propos, comment fais-tu pour répondre sur overblog..chez moi, la réponse s' affiche toujours comme commentaire ..bonne soirée !


Armide 20/02/2010 15:01


Il est difficile d'imaginer le Paris d'autrefois entraperçu au-travers de quelques éléments conservés "sous vitrine".
Pour afficher ses commentaires, aller dans "administration", "Publier", "Commentaires"
J'espère avoir été assez claire.


eva48 14/02/2010 22:09



j' en ai vu deux des moulins
 en mai dernier
quel quartier
j' en ai fait quelques articles dont la bicyclette notamment




Armide 16/02/2010 00:15


Je suis ravie de découvrir ton espace.


SYLVIE BELLOT 14/02/2010 21:35


Une superbe ballade et l'opportunité de s'arrêter pour un bon vin chaud, bien de saison, en ce "pays" des moulins à vent en cette période hivernale; La lumière qui se dégage de la dernière photo
nous réchauffe... On sent bien l'attachement de l'auteur pour ce quartier, et on le partage. BRAVO!!!


Armide 14/02/2010 21:50


Un bon vin chaud, oui, bien de saison. Quelle froid ! Mais j'aime prendre la vie à contretemps. Alors Montmartre en hiver, avec ses plants de vignes sous la neige, hors de la portée des cohortes de
touristes (aglomérés autour du Sacré Coeur)... il n'y a que cela de vrai !


Présentation

  • : Balades avec mon chien
  • Balades avec mon chien
  • : Mes promenades avec Pistol, bouledogue français ; sa vie, ses amis chats, chiens, vaches et chevaux. Balades insolites dans Paris et ses environs. Nos voyages, nos lectures, nos loisirs.
  • Contact

Un éloge !

Nous autres français sommes bien égoïstes. Lorsqu un pays dispose d un blog comme Balades avec mon chien, il devrait le traduire en anglais, italien, espagnol, japonnais, chinois etc... que le reste du monde en profite. D ailleurs, Armide mérite un auditoire bien plus large que 60 millions d internautes (plus quelques belges, suisses, quebecois). En tous cas, j adore Balades avec mon chien et je suis loin d être seule !

       

Rechercher

Récompenses



Archives