Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 23:55

 

 

 

Après bien des atermoiements de parcours,

Immeuble fermé, rue du Chevaleret

après avoir été rejetés au loin par une armée de barricades, déviés, et enfin canalisés dans un passage obligatoire balisé de flèches jaunes, nous avons regagné la rue du Chevaleret où l'ancien, par lambeaux, se tient toujours debout. Nous sommes passés, sans juger bon nous arrêter devant un édifice de béton généreusement agrémenté de plaques aux couleurs clinquantes et de baies vitrées démesurées. Ce clapier à lapins, signée Le Corbusier, qui se veut accueillant et fonctionnel,  reste le lieu d'implantation central des Compagnons d'Emmaüs.

 

Immeubles perdant la vie. Rue de Chevaleret Paris XIII

      Stoïques à l'approche d'une mort programmée, quelques immeubles affichent toujours  un label de confort "gaz à tous les étages". Un toit, quelques fenêtres sur le monde, du travail, et la garantie de se retrouver ensemble, au chaud, en échafaudant des projets, en nourrissant l' espoir de pouvoir un jour construire son rêve. A moins qu'un sentimentalisme  béat ne vienne brouiller ma perception d'une  époque assoupie, que je tente d'imaginer et de reconstruire.


Pavillon s'étiolant de solitude au fond de son jardinet, r

Le rue du Chevaleret débouche sur une petite place ronde. Avant de la quitter, nous prenons le temps de nous épancher sur l'avenir incertain d'un pavillon accompagné de son jardinet qui s'étiole, chaque jour plus seul de son espèce.


Théâtre Le lierre, rue du Chevaleret, Paris XIII

      Derrière des murs, se trouve le théâtre "Le Lierre" : on se retrouve entre amis, on fait connaissance, la vie continue, comme si de rien n'était,  et la jeunesse du quartier ébauche des projets...


Pavillon entouré d'un jardinet, rue du Loiret, quartier Ch

En traversant la rotonde, nous avons retrouvé l'extrémité de la rue Watt couverte d'une passerelle désormais impraticable. Subissant l'attraction d'une rue de campagne, nous contournons une habitation en perdition, entourée d'un jardin,

 

Pavillon dans un jardinet, mur couvert de lierre, rue du Lo

où la nature tirait du sol et du temps,  l'espace, et la liberté  propices à son épanouissement.

 

Rue de Loire, à l'ombre des grues menaçantes, quartier Ch

      Mais il suffit de se laisser aller à détourner le regard, un instant seulement, pour que la réalité nous rattrape et que surgissent de l'ombre, les monstres profanateurs figés dans leur mouvement, en observance  de la trêve dominicale. Dès demain, ils reprendront, imperturbables, leurs activités routinières.

 

Mur couvert de lierre, rue du Loiret, Paris XIII, quartierNous nous laissons guider par les murets de l'humble rue du Loiret, coiffés d' abondantes cascades de lierre, une espèce végétale d'une fidélité sans faille. Elle épouse ses supports et ne pouvant supporter d'en être privée,  se laisse mourir.

 

Ancienne gare SNCF Massena, rue Regnault, Paris XIII

      La silhouette rose et mystérieuse d'un bâtiment que la gigantesque "Dalle" est parvenue à acculer, se précise dans ses détails alors que la petite rue du Loiret nous lâche : en gravissant furtivement quelques marches, on retrouve traces d'un hall, de guichets, d'un escalier mécanique désormais immobilisé. On reconnaît, affreusement grimées les façades d'une gare désaffectée, qui abriterait dans un avenir prochain une centre dédié à l'art du cirque... 


Ancienne gare SNCF Masséna, vue latérale, graffiti

      Flanquée d'une passerelle brutalement interrompue, qui autrefois, il n'y a pas si longtemps, enjambait des voies ferrées, l'ancienne gare Massénat  desservait à l'origine, la ligne de Chemin de Fer Paris-Orléans. Devenue obsolète (jugée désormais trop proche de la gare D'Austerlitz), elle  assura un moment les fonctions d'une station du RER, avant d'être définitivement fermée lors de l'ouverture des nouvelles gares RER et Météor "Bibiliothèque François Mitterrand".


Plaque de rue émaillée rue Régnault, Paris XIII quartier

     Déterminés à ne pas, encore cette fois, nous laisser circonvenir, nous venons de prendre la décision de suivre les murets couverts de lierre de la rue Regnault qui gravite en boucle, avant de nous laisser happer sous l'arche d' un pont ferroviaire.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

marc Sibille 16/02/2012 20:49


Heureux ceux qui comme moi eurent 10 ans dans la rue Régnault, qui y marchèrent sur les pas de Melville, qui allèrent au café des 3 marches, qui prirent la rue Watt, qui y prirent le 27 dans
les années 60, ou qui y prenaient le train pour aller à Orsay. Qui remontaient la rue Patay pour aller jusqu'à la rue des Hauts de Forme. Difficile d'imaginer ce que c'était à l'époque. Une
école de vie, un terrain d'aventure .


Désolés ceux qui comme moi y retournent aujourd'hui. J'ai des souvenirs de 400 coups dans toute les rues du 13ème Mais maintenant c'est moche, sans âme, à pleurer... Les gosses qui y
vivent maintenant sont ils heureux?  Et bientôt la gare Masséna qu'ils vont emphytéotiser. Autant parler de concession funéraire.


Merci infiniment pour votre site.


 


 

vikki 27/03/2011 22:54



il reste encore quelques anciennes maisons


ici ou la dans la capitale .


mais pour combien de temps ?



eva 23/03/2011 17:13



Ici, c'est bien sûr "Gaz à tous les étages" qui est surprenant ! et cette façade décorée de briquettes bicolores (peut-être même vernissées ?)



Armide 23/03/2011 17:27



Le confort était plus rudimentaire, mais la qualité de vie, plus chaleureuse. A moins que je ne pêche par nostalgie excessive. Quoi qu'il ne s'agissait pas
de fréquenter certaines parties du quartier.



Mo 21/03/2011 19:47



Alors là, surtout d'après les premières photos, on a l'impression de plonger au fin fond du fond de l'histoire ferroviaire. Très bien, ta monographie!



voyelle 21/03/2011 15:23



c'est triste de voir certaines batisses à l'abandon...ça ménerve même !



Présentation

  • : Balades avec mon chien
  • Balades avec mon chien
  • : Mes promenades avec Pistol, bouledogue français ; sa vie, ses amis chats, chiens, vaches et chevaux. Balades insolites dans Paris et ses environs. Nos voyages, nos lectures, nos loisirs.
  • Contact

Un éloge !

Nous autres français sommes bien égoïstes. Lorsqu un pays dispose d un blog comme Balades avec mon chien, il devrait le traduire en anglais, italien, espagnol, japonnais, chinois etc... que le reste du monde en profite. D ailleurs, Armide mérite un auditoire bien plus large que 60 millions d internautes (plus quelques belges, suisses, quebecois). En tous cas, j adore Balades avec mon chien et je suis loin d être seule !

       

Rechercher

Récompenses



Archives