Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 23:35

 

 

 

 

Ce n'est pas tout à fait par hasard si, dans l'après midi du 4 juillet, Fête de la Déclaration d'Indépendence américaine,  je me suis sentie l'envie d' aller rendre visite à un certain jeune français, dont l'enthousiasme et l'engagement aux côtés de Benjamin Franklin, pour défendre des idées nouvelles de liberté, est parvenu à changer le monde

 

Rue Picpus

 

 Rue de Picpus  : Pistol a préféré, pour des raisons évidentes, renoncer à la promenade. Une voie languissante et sans caractère... seul le fronton arrondi d'un immeuble un peu particulier parvient à capter l'attention d'un promeneur attentif. Et tout à côté,

 

Jardin et cimetière de Picpus 

 niché dans le sas en demi lune d'une cour d'immeuble, un discret portail de bois s'entrouvre sur un coin d'intimité qu'on hésiterait à perturber

 

Cour d'honneur

 

 Un gardien bon enfant et à demi assoupi, me réserve un accueil chargé d'affabilité. Contre un droit d'entrée symbolique, la cour d'honneur plantée d'un puits, les portes d'une chapelle, celles des replis cachés me sont libéralement ouvertes

 

 

Maison à de garde - entrée du jardin de Picpus

En partie dissimulé derrière d'épais bosquets piqués de roses , un pavillon coquet aux persiennes pimpantes  exprime la sérénité. Les roses peinent à relever la tête. Dieu qu'il fait chaud !

 

Grille d'entrée du jardin et cimetière de Picpus

 

Avec une  détermination contenue, j'actionne précautionneusement  la poignée du portail bleu du fond de la cour d'honneur, qui ne doit à mon sens  révéler qu'aux seuls initiés  le secret d' un espace retiré du monde.

 

Affiche Paris, birthplace of the USA - Cimetière et jardin

 

Paradoxalement pourtant, dès le seuil,  une affiche éloquente capte le regard de façon évidente.

 

Repost 0
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 14:57

 

 

 

 

Pour en avoir le coeur net, nous sommes allés chercher la rue du Moulin des Près à sa source. Il faisait beau et une chaleur estivale nous enveloppait. La chlorophylle diffusée par le large boulevard Bianqui qui, de part et d'autre de la place d'Italie, fait suite à l'avenue Vincent Auriol, est parée pour recevoir le marché.

Bd Auguste Bianqui - Le marché en préparation

 

     Le père d' Auguste Bianqui (d'origine italienne), réchappé de la Terreur, est nommé sous-Préfet sous le Premier Empire.

En revanche, bien des turpitudes  émaillent  la vie de son fils,  révolutionnaire républicain acharné, qui adhère à des sociétés souterraines, ("Les Charbonniers") et fomente des complots contre le rétablissement de la monarchie de Charles X et de la Monarchie de Juillet (1830). Ces luttes lui valent la prison (à Belle Ile, au Mont St Michel et finalement à Clairvaux) et... le surnom d'"Enfermé". C'est bien plus à lui qu'à son père que cette artère de Paris entend rendre hommage.


Bd Auguste Bianqui - terre plein transformé en jardin

      Jusque dans les années 1880, la Bièvre coulait des jours heureux dans son lit, boulevard Bianqui. Elle entourait comme un berceau une colline de bois et de près, où s'ébattaient librement des moulins à vents. En 1860, ce joli paysage annexé à Paris fit les frais des grands travaux du baron Haussmann Des promoteurs décidèrent de construire de larges avenues, de bâtir de fastueux immeubles. Les propriétaires des terrains furent expropriés, et la Bièvre fut enterrée et oubliée sous la pierre et le béton.


Bd Auguste Bianqui - Monument aux enfants du XIII

 

      Le temps à passé, les guerres sont venues et reparties.

La ligne aérienne du métro vient de s'enfouir dans le sol. Mais les enfants du XIII, morts sous la torture concentrationnaire demeurent toujours présents dans les feuilles qui murmurent au gré des vents.

 

Bd Auguste Bianqui - kiosque à musique

          Puisse la musique  les atteindre  par les beaux jours d'été, quand la fête s'échappe du toit d'un kiosque pour se faire ricochets alentour.

 

Bd Auguste Bianqui - bouliste

     Sous l'ombrelle des feuillages, la vie continue, et les boulistes poursuivent tranquilement le cours de leur partie.

 

 

Grille d'entrée Ecole Estienne - Bd Auguste Bianqui

Sur le trottoir opposé, une propriété... de maître. Je patiente longuement,  attendant que les feux  inversés se fixent en ma faveur, et parviens enfin à atteindre la grille monumentale de l'enceinte, coiffée des armes de Paris, où s'incrit en lettres d'or  l'appartenance de la demeure :  "Ecole Estienne".

 

Ecole Estienne - Bd Auguste Bianqui

Afin de formaliser les compétences des métiers de la publication du livre et des arts graphiques, encore insuffisantes à l'époque,  Abel Hovelacque, anthropologue et  linguiste, fonde cette école qui reprend le nom d'Estienne, célèbre imprimeur au XVI siècle.

La maison, conçue par l'architecte Menjot Dammartin,est construite en 1896

L'Ecole Estienne forme toujours aujourd'hui les élèves aux différentes techniques de la publication.

 

 

Repost 0
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 17:55

 

 

 

      Mais qui oserait bien évoquer une voie insignifiante, qui se contenterait des limites d'un mur et d'une rangée de poubelles municipales

 

Passage du Moulin des Près (perspective)

     Et qui pourrait prétendre que nul ne s'aventure jamais à fouler des pavés, qui dans des recoins oubliés et redécouverts, où le pittoresque est recherché à prix d'or, évince aujourd'hui l'âpreté du vulgaire bitume ?


Joueur de contrebasse - Passage du Moulin des Près

L'appel des pavés nous happe insidieusement dans une direction mal définie, quand soudain, le soleil  brusquement sorti de sa réserve révèle la présence d' un joueur de contrebasse goguenard qui débusque de nul part. Et il n'est pas seul...  

 

Street Art - Visages sur fond de tours - Passage du Moulin

Nous nous élevons publiquement contre l'anarchie des constructions urbaines. Déterrons la Bièvre égarée à Paris (5e et 6e arrondissements) et enclavée sous le béton. et que vivent notre coin et nos conviviales traditions villageoises.

 

Street Art - Signature - Passage du Moulin des Près

 

Suivez notre regard !

http://www.lezarts-bievre.com/bievre/2010.htm

 

Janaundis - Les Arts de la Bièvre -Photographe - Passage d

" Donne moi ta main, et prends la mienne..."

 

Qui je suis - passage du moulin des près

      La fête au village est finie... Mais Arno est là-là-là-là-là...

A moins qu'elle ne recommence.

On remet cela ?

 

Passage du Moulin des Près (perspective) 2

 

C'est   tout à côté que ça se passe, au bout de la rue à gauche,

 

 

Passage du Moulin des Près - Street Art - Gamin recroquevi

 

après le soleil... sous les étoiles.

 

 

Fenêtres à dentelle - Passage du Moulin des Près 1

 

Les fenêtres s'entrouvrent...

 pour laisser filtrer le soleil de jour, la musique de nuit.

 

 

Repost 0
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 18:25

 

 

 

 

...au coin de la rue Bobillot, le bistrot de Nestor Burma, qui depuis a du subir quelques transformations, est toujours là.

 

Terrasse café O'Jules-rue Bobillot

Au pied de l'ensemble "Galaxie", rebaptisé Italie II, une rue spacieuse généreusement ombrée et  jalonnée d'immeubles haussmanniens, s'en va doucement croiser la rue de Tolbiac et poursuivre sa course au delà

 

Rangée d'immeubles, rue Bobillot

Un monde tranquille, sans histoires,  agrémenté de dentelles 

Enseigne cordonnerie rouge et éléphant - rue Bobillot

Et tout à coup, le rouge vibrant d'une enseigne un peu désuète éclate comme un pétard, sous le regard facétieux d'un éléphant volant.

 

 

Cordonnerie rouge rue Bobillot

Encastrée entre deux murs gris une cordonnerie, toute rouge...la plus petite cordonnerie qu'il m'ait jamais été donnée de rencontrer. A l'intérieur, un homme de l'art authentique se démène entre colles et marteaux

 

Petit immeuble en retrait et balustrade - rue Bobillot

A quelques pas de là, une charmante façade  1900 est calée en aplomb ; avec vue sur le ciel.

 

Petit immeuble en retrait et balustrade +

 

Les balustrades s'entrecroisent dans un rectangle végétal, et le petit hôtel a la candeur d'un gâteau de carton pâte.

 

La danse des éléments de Courange - 1986 - angle rue Bobi

Sur  un pan d'immeuble qui fait angle, un bas relief très particulier parvient à nous figer sur place. Il s'agit d'une "Danse des Eléments" imaginée en 1986 par Mireille Bailly-Coulange, "sculptrice de la lumière".

Sans même nous en rendre compte, nous quittons une portion de rue très policée pour nous encanailler sur des chemins de traverse...

 

Passage du Moulin des Près (perspective)

 

en nous introduisant dans un passage pavé, modeste et au premier abord peu avenant, qui porte le nom de Moulin des Près.

Car à proximité,  avant que la Bièvre qui s'étendait par ici, n'ait été couverte, et que des terrains adjacents n'aient été sacrifiés à l'urbanisation, un véritable moulin s'ébattait dans un près, sur la commune de Gentilly.

 

 

Repost 0
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 00:07

 

 

 

 

A Paris, l'Italie et ses palaces jouxtent la Chine, et un japonais y a laissé durablement son empreinte.

Métro Pl d'Italie et Centre commercial La Galaxie

La place d'Italie est interlope, et le centre commercial  du Grand Ecran, dessiné par Kenzo Tange apparaît comme le centre d'un monde où se ruent  plusieurs  grandes artères de circulation : boulevards de l'Hôpital, Vincent Auriol, des Gobelins,  Auguste Blanqui,  d'Italie, de Choisy...


Centre la Galaxie - Pl d'Italie

      Né à Osaka,  Kenzo Tange doit avant tout sa célébrité au  Jardin de la paix et au musée de la bombe atomique implantés au centre de la ville martyre de Hiroshima.

 Il affectionne  béton brut et  structures d'acier, et recouvre le tout  d'immenses baies vitrées : 

 

Centre commercial La Calaxie -Pl d'Italie - Enseigne

     L'arche transparent, que signale un mat qui ressemble à un jouet, (mais qui contient quand même un ascenseur pour desservir  des bureaux),  est censé assurer une  transition entre la partie XIX du quartier des Gobelins, et le quartier des grandes tours caractéristiques des décennies 1960 et 1970, implanté en vis à vis.


Le Grand Ecran - Centre commercial La Galaxie - Italie

  A l'aube des années 1990, après bien des rebondissements,  l'immeuble du Grand Ecran s'élève, selon un voeu de Jacques Chirac, à l'emplacement où un  édifice projeté dans les années 1970 avait été refusé : il s'agissait d'une tour de grande hauteur ; déjà nommé "Apogée, le gratte-ciel aurait dépassé la Tour Montparnasse, ce auquel s'était fermement élevé, Valéry Giscard d'Estaing, alors président.


Centre commercial la Galaxie - Pl d'Italie - hall

      Le centre qui avait pour objet de dynamiser le quartier, avait à l'origine vocation culturelle autant que commerciale . Il contient une centaine de commerces, une résidence hôtelière, plusieurs restaurants, des salles de cinéma d'avant-garde, dont l'une a un certain temps offert l'agrément d'un écran qu'on disait être le plus grand d'Europe. Malheureusement, le cinéma "Gaumont Grand Ecran", victime  de la concurrence des multiplexes, a été rapidement contraint de fermer ses portes.


Centre commercial La Galaxie-Italie - Hall 2

    Je m'élève à la faveur d'un escalator jusqu'au premier niveau. Mon regard se perd dans les contours cubiques qui se réfléchissent, où  ciel et murailles se confondent. Mais un vigile sort de l'ombre et m'intime l'ordre de cesser le mitraillage photographique

"parce que l'architecte, y veut pas, il a le droit à l'image, lui !"


Bd Vincent Auriol vu de la Pl d'Italie

  En 2005, après une longue vie remplie et une paisible retraite Kenzo Tange est parti rejoindre les nuages, que les sommets de ses gratte ciels disséminés principalement en Chine, à Singapour, et  à Taïwan ont  si longtemps chahutés...

J'ose espérer que ma désobéissance, à mettre sur le compte d'une curiosité légitime et d'une volonté de partage, n'attireront pas les foudres de Monsieur Tange ni de ses ayant-droits. Auquel cas je m'inclinerais humblement.

Que Dieu en personne me pardonne !

 

 

 

 

 

Repost 0
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 02:03

 

 

 

      Quand Paris ne comptait encore que douze arrondissements...

 

Mairie du XIII - jardin- policiers

       " se marier dans le treizième", c'était tout simplement vivre à deux, en dehors des convenances sociales établies.


Place d'Italie et mairie du XIII

            La Place d'Italie doit son nom à la proximité de l'ancienne route de Fontainebleau, renommée depuis 1860 avenue d'Italie, parce qu'elle est le point de départ d'une route (la Nationale 7) qui mène directement en Italie.

 Jusqu'à l'annexion des villages environnants,  la place était occupée par "La barrière d'Italie". Le parcours sud du mur  des Fermiers généraux qui longeait le boulevard Blanqui, suit approximativement le tracé de l'actuelle ligné 6 (Nation-Etoile) du métro. 

 

Mairie duXIII

En 1860, une partie des villages de Gentilly, Villejuif et Ivry est annexée à Paris. Le Baron Haussmann décide de doter le nouvel arrondissement d'une mairie. La place en demi lune, trop exiguë pour accueillir avec aisance le nouvel édifice, doit être élargie: les deux postes d'octroi sont rasés  La construction de la mairie (à l'emplacement du poste d'octroi ouest), interrompue par la Commune puis la guerre prussienne, n' est achevée qu'en 1893.

Le Grand Ecran - Centre commercial La Galaxie - Italie

     En face de la mairie, les nuages  glissent sur "le Grand Ecran" d'un vaste ensemble commercial appelé"Galaxie".

 

 

Repost 0
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 16:18

 

 

 

 

Nous progressons toujours doucement sur un versant légèrement accidenté de Paris, quand une rue filiforme vient faire diversion. En amont, derrière le boulevard Saint-Marcel, apparaît presque  fortuitement le dôme du Panthéon qu'on ne croyait pas si proche, et tout en bas de la rue, on devine, juchée sur un socle, une statue équestre : elle représente la figure emblématique de Jeanne d'Arc.

 

Rue jeanne d'Arc et perspective sur le Panthéon

La rue Jeanne d'Arc interrompt la grande artère très verte sur laquelle nous évoluons, qui relie le jardin des Plantes en bordure des berges de la Seine, dessert l'hôpital de la Salpêtrière entouré de vestiges douloureux camouflés dans ses jardins, et atteint la place d'Italie, noeud névralgique de circulation.


Fontaine Wallace et jardin place Louis Amstrong

La modeste rue traverse sans avoir l'air d'y toucher un quartier de HLM qui parait neuf et propret. Elle salue au passage  une petite place où s'est invitée dans la mémoire collective, le charisme et la générosité de Louis Amstrong, fondateur du jazz. Une fontaine Wallace, héritage du philanthrope britannique, continue d'offrir indifféremment à tous, le confort d'une eau potable et gratuite, bien appréciable les jours de canicule.


Petit jardin angle rue Jenner

Petit square délicieusement fleuri,  havre de paix où l'homme en détresse peut se rapproprier ses pensées et tenter de les réorganiser,  parenthèse urbaine dans un quartier autrefois industrieux,  où la pauvreté est toujours contenue dans des hôtels très particuliers, où le droit au sommeil se paie très cher. 

Tout au bout de la rue, au-delà de la ligne 6 du métro aérien, la rue Jeanne d'Arc mène tout droit à l'église Notre Dame de la Gare

 

Ancienne entrée Maternité - Hôpital La Pitié

 

Tours - Vincent Auriol 2

La discrète rue Jeanne d'art est venue rejoindre le boulevard Vincent Auriol et se jeter au pied de grandes tours pyramidales 

 

 

Fenêtres et parois immeuble moderne rue Chevaleret

      CheopsChefrenMykerinos...

 

 

 

 

Repost 0
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 16:43

 

 

 

 

    Un petit vent agréable est venu tempérer les ardeurs du soleil. A peine échappés de l' enceinte de  l'Hôpital nous remontons sans précipitation le boulevard éponyme.

Bd de l'Hôpital trottoirs ombragés

Nous foulons paresseusement le bitume du Boulevard de l'Hôpital qui gravit imperceptiblement l'une des sept collines de Paris. Pendant longtemps, rien ou pas grand chose n'a suscité un quelconque intérêt dans le treizième arrondissement, né en grande partie de l'absorption des villes ouvrières voisines, telles Gentilly, Ivry ou Villejuif.

Mais qui pourrait imaginer que les collines de Paris aient été jadis recouvertes de forêts ...

 

Colonne Meurisse - mai 2011- Bd de l'Hôpital

      Nous gravissons ce large boulevard qui n'en finit pas,  où une circulation automobile très dense ne fait que passer sans s'arrêter. Il  serait triste et monotone, s'il n'était bordée d'une double rangée d'arbres. Voie montante, "le boulevard du Midi" rêvé  en son temps par Louis XIV comme départ de la route de Fontainebleau...  ne révèle pas trace de vie, ou à peine, et sur un côté seulement où s'aligne sagement un panachage d'impersonnelles  brasseries et de restaurants asiatiques. A droite, une rue  descend presque pic vers le cinquième arrondissement, tandis que d'autres prennent le chemin des écoliers et biaisent en s'enfonçant dans les contrebas de l'ancien mur des Fermiers Généraux. Une  rue traverse le boulevard de l'Hôpital ; elle honore la mémoire de Jeanne d'Arc et reste indissociable d' un quartier où s'agglutinait la misère, et où aujourd'hui souvent encore la précarité se devine ; refaite à neuf, elle contourne l'hôpital et  va  se jeter au pied des grandes tours de l'avenue Vincent Auriol..

 

Ombres et lumières sur la façade de l'école des Arts et

 

 Nous venons de longer distraitement  une imposante bâtisse dont l'austère façade est, de façon heureuse, adoucie par les ombres dentelées des arbres.

 

 Portail d'entrée Ecole Nationale des Arts et Métiers- Bd

 

 L'établissement conçu par l'architecte Georges Roussy est inauguré en 1912. Il a été bâti sur les terrains des anciens abattoirs de Villejuif alors implanté dans  le hameau d'Austerlitz lequel faisait encore partie de la commune d'Ivry jusqu'à son absortion partielle à Paris en 1860.

 Réquisitionnée pour abriter les munitions au cours de la Première Guerre Mondiale, l'école ne prendra ses fonctions effectives qu'en 1920

 

Tympan Ecole Nationale des Arts et Métiers - Bd de l'Hôpi

Le fronton du portail de l'édifice est baigné de soleil : Il s'agit de l'Ecole Nationale des Arts et Métiers, fondée par le même François-Alexandre de la Rochefoucauld, duc de Liancourt, auquel un pavillon de soin au sein de la Nouvelle Pitié rend hommage.

L'Ecole forme en trois ans les "Gadz Arts" (traduire : les gars des Arts...et Métiers)


Immeubles 1880 - Bd de l'Hôpital

       Le cadre de verdure s'ouvre sur une enfilade d'immeubles 1900 : homogènes, hygiéniques, de style  art nouveau : Ils ne sont autres que les premières HBM (Habitations Bon Marché), ancètres de nos HLM.

Immeubles 1880 - Bd de l'Hôpital - façade

 

      L'impersonnel  boulevard de l'Hôpital  n'est pas si triste que ses abords me l'avaient laissée croire. Je ne peux m'empêcher d'admirer l'étrange mélange d'encorbellements et d'arcs, la variété des ornementations généreusement déployés à l'aube du vingtième siècle.

 

Rue Watteau Paris XIII

      Ce petit rond point coloré enlace la petite rue Watteau qui ne mène pas bien loin. Il s'offre comme un sourire au passant las de la monotonie relative du chemin  parcouru.

 

 

Déco mur de HLM - Bd de l'Hôpital - Détails

      Sur les parois aveugles d'une HLM de notre siècle, on dénonce, à corps et à cris, la multiplication des tours de Babel et le climat d'anonymat pesant qu'elles suscitent trop souvent.

 

Eglise St Marcel - Façade de vitrail - Vierge

 

Je reste clouée quelques instants devant le portail d'une église résolument contemporaine, dont la façade est entièrement constituée par un gigantesque vitrail à l'effigie de Saint-Marcel (réalisé par le maitre verrier Guérin).

L'église  actuelle a été construite dans les années 1960 sur l'emplacement d'un lieu de culte de style néo-gothique érigé vers 1850 (qui menaçait de s'effondrer), déjà dédiée à Saint Marcel (protecteur de La Cité, au même titre que Saint Denis et Sainte Geneviève). 

 

Eglise St Marcel - Bd de l'Hôpital - clocher

La Ville de Paris qui a tenu à rendre hommage à la figure mythique de notre capitale, a participé grandement à la reconstruction de l'église qui abrite un reliquaire contenant les restes de  Saint Marcel.

Les  Trois cloches (également données par la Ville de Paris),  logées au sommet de la pyramide ont pour noms Honorine, Geneviève et Rosalie.

 Les habitants du quartier prétendent que le coq juché, au fait de l'édifice, prédit la pluie et le beau temps...

 

 

Repost 0
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 17:33

 

 

 

      Est-ce mieux de ce côté, ou de l'autre.... pile, ou  face ?

... profil officiel ou privé ? 

Maestro - jour de canicule 1Maetro jours de canicule 2Zelda - Rouler-bouler2Zelda bain de soleil 1
Peu importe : DORMONS !

 

Pistol guéri

Et moi, enfin libéré de mon boulet à la patte, je me sens ... Bien.

Merci à tous !

 

Pistol libéré de ses entraves

Mais il fait tout chose par ici. Et une pesanteur surnaturelle, qui nous lie depuis ce matin, tous ensemble dans notre fort, (protégé des assauts extérieurs par des rideaux isolants, occultants...presque anti-atomiques), nous a retenus captifs. L'eau est fraîche, les vivres ne manquent pas...de quoi tenir un siège ! Mais l'ombre d' une menace indicible plane autour de nous...

 

Pistol de l'ombre sous les jupes des dames

Il me faut partir en quête de fraîcheur, trouver refuge et réconfort,

coûte que coûte, n'importe où...

 

Pistol lèche le sel des jambes

Le risque était calculé, mais je savais bien que tu comprendrais ma détresse :

 Merci-merci-merci-merci-merci... !

 

 


Repost 0
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 18:09

 

 

 

1656 -  Les semaines, les mois les saisons ont passé. De la réclusion des marginaux du "Grand Siècle de Louis XIV", à l'émergence, morceau par morceau, d'un établissement de soins, parmi les plus prestigieux...

Vers le pavillon de gardiennage - Hôpital de la Pitié-Sal

Grande Force, Petites Loges, Cour Mazarin, Cour Lassay, et enfin Cour Saint-Louis que préside le portail d' accès à la chapelle octogonale couronnée d'un dôme généreux, toujours placée sous son emblème... Doucement, nous en descendons l'une des allées latérales ; elle mène à un pavillon qui ne dépare pas, coiffé de toits à la Mansart : d'un côté, un bureau d'accueil pour tous, de l'autre une discrète cafétéria ombrée de coquets parasols jaunes où convalescents entourés de leurs familles et amis reprennent souffle.


La Pitié - angle de pelouse fleurie

     Quelque soit l'angle où on pose le regard, le jardin à la française tiré au cordeau, pacifie l'esprit et élève la pensée par l'harmonie de ses rigoureuses symétries.


Cour St Louis Hôpital de la Salpêtrière

      Dernier regard, avant de reprendre le cours habituel de nos occupations, sur une parenthèse de vie  lointaine mais parfois toute proche, qui parvient à contenir toute entière "la plus grande façade de France". Un modèle d'architecture académique du "Grand Siècle", si on en juge...

 

 

Entrée principale La Pitié - Salpétrière

 

Au seuil de la monumentale entrée de l'hôpital qui laisse deviner en enfilade, les étapes de son histoire,

 

Statue Pinel - Pinel en personne !

et placée en évidence, la haute statue du docteur Pinel se détache sur un ciel bleu immaculé. Éclairé (aujourd'hui par de doux rayons du soleil parisien), le pionnier de la psychiatrie, libère les folles de leurs entraves et de leurs chaînes et

 

Photo 1243

 préconise  des cures plus humanistes : bon air et exercice... Les longues allées ombrées du square Pinel attenant à l'hôpital s'y prêtent et offrent à tout voyageur de la vie, une occasion de se ressourcer.


Photo 1240

 

      Et tout au bout du chemin, là où  se croisent à intervalles réguliers des rames de métro qui transportent des voyageurs à la gare ferroviaire d'Austerlitz toute proche, était un lieu, connu il y a longtemps sous le nom de "Salpêtrière",  qui couvrait une zone de marais, de part et d'autre de la Seine : tout un village s'activait alors à la fabrication de poudre à canon, quand tout a commencé...

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Balades avec mon chien
  • Balades avec mon chien
  • : Mes promenades avec Pistol, bouledogue français ; sa vie, ses amis chats, chiens, vaches et chevaux. Balades insolites dans Paris et ses environs. Nos voyages, nos lectures, nos loisirs.
  • Contact

Un éloge !

Nous autres français sommes bien égoïstes. Lorsqu un pays dispose d un blog comme Balades avec mon chien, il devrait le traduire en anglais, italien, espagnol, japonnais, chinois etc... que le reste du monde en profite. D ailleurs, Armide mérite un auditoire bien plus large que 60 millions d internautes (plus quelques belges, suisses, quebecois). En tous cas, j adore Balades avec mon chien et je suis loin d être seule !

       

Rechercher

Récompenses



Archives