Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 22:02

 

 

 

 

La pluie nous prend de vitesse et s'infiltre insidieusement dans les moindres replis de nos vêtements.

 

 

Nous venons de nous engouffrer dans une galerie...

 

Photo 7537

 

  Les murs chaleureux ont accueilli des fresques aux couleurs vives.

 J'y vois des effets de tissage

 

Photo 7195

 

et goûte pleinement la volupté d'un contact avec  la matière.

Je viens de retrouver avec plaisir  l' état de grâce de l'enfant qui plante avec enthousiasme les graines de l'espoir

 

Photo 7196

 

où assemble les triangles colorés de son jeu de construction 

 Photo 7200

 

 ou livre ses essais à l'écriture.

 

Photo 7188

 

Je me suis laissée emporter par un  élan vital, des profondeurs vers les cieux, un hymne aux bâtisseurs de cathédrales

 

Photo 7185

 

 Photo 7182

 

 

Photo 7181

 

 

 

Photo 7192

 

le travail,  la ville, la vie toute en couleurs

 

 Photo 7190

 

  A l'abri de la pluie et des foules ,  déambulant à l'envie au milieu des tableaux de céramique  dans les spacieux couloirs du métro Champs-Elysées-Clémenceau, à la corespondance des lignes 1 et 13, nous n'avons pas vu passer l'heure

 

 

 Photo 7199

Photo 7198 

 

 

 

 

 

 

 

Photo 7175

 

Les fresques réalisées en 1995,  portent la signature de  Cargaleiro un artiste apprécié tant en France (où il vit depuis 1957), que dans son pays d'origine (le Portugal), ou en Italie (au Musée Vietri) où il exerce toujours.

 

Photo 7529

 

   Né en 1927 au Portobellol, Manuel Cargaleiro montre très tôt des dispositions pour la céramique comme pour  la peinture : on ne manque pas de remarquer  que son oeuvre allie ces  deux passions. Autodidacte, il réalise des carreaux de faïence selon une technique importée par les envahisseurs musulmans dans la péninsule ibérique depuis plus de cinq siècles, et connue sous le nom d'Azulejo. 

 

 

Photo 7178

 

 Palais de l'Elysée,  Place Georges Clémenceau,   Grand Palais,  Palais de la Découverte,  Champs Elysées, boutiques,  bars et cinémas  se trouvent  au-dessus de nos têtes...

  

 

Photo 7154

 

 Après tant de pas, il  tarde d' enlever ses chaussures et  de s'installer paisiblement sur les canapés Ikea qui semblent avoir inopinément remplacé les bancs coquilles...

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Armide - dans Paris- 8) Elysee
commenter cet article
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 23:38

 

 

 

C'est toujours avec beaucoup d'émotion (et une pointe d'appréhension) qu'on prend possession d'une nouveau véhicule, sans encore en connaître les réactions au démarrage.

 

 

  Pistol en poussette

 

La Patronne a écouté une suggestion que Sainte Rita lui a glissée dans l'oreille. Et nous nous sommes acheminés tout de go pour accomplir la démarche qu'elle nous a indiquée. 

 

Il nous a fallu au préalable, affronter le métro. Déjà tôt dans l'après midi de vendredi, une foule indifférente s'affairait avec fébrilité à trouver l'issue de la semaine. Les volées d'escaliers pailletés ont succédé aux interminables couloirs coudés de céramique blanche et sur le quai, le conducteur du train, pressé de "boucler la boucle" a bien failli nous escamoter de moitié.

 

Photo-4524.jpg

 

Parvenus à l'air libre, nous avions quitté Paris... Pourtant le paysage m'était familier. Nous avons gagné le seuil d'une petite maison de meulière qu'il m'a semblé reconnaître à cause des ondes positives qui s'en échappaient.

 

La  porte s'est ouverte, mais je n'ai pas reconnu le bon docteur qui dans un lointain passé avait accompli un miracle sur mon petit corps gourd et trapu, mais l'un de ses disciples s'est aimablement  proposé de poursuivre son action bienfaisante.

 

  Le praticien m'a examiné sur toutes les coutures et s'est déclaré rassuré de constater  qu'il me reste de la sensibilité  dans les pattes... un souffle de vie et d'énergie après toute la commotion qui m'a bouleversé. Il a jaugé la force de mon charactère, ma volonté de reprendre les balades comme avant, ou presque...

 

 "L'incident est récent, a-t-il annoncé, et nous avons encore bien des raisons de croire en l'avenir."

 

Il a planté une trentaine d'aiguilles là où cela faisait mal et remis un peu d'ordre dans mes énergies perturbées. La douleur s'est apaisée, tandis qu'elles remontaient doucement à la surface de ma peau. Je suis resté imperturbable,  sage, comme une image...

 

  -:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

 

Nous avons repris le métro en sens inverse et la patronne m'a offert de remonter  l'avenue de la République,  traditionnel théâtre des  luttes syndicales.

 

 

  Photo 6282

 

 

Un arrêt gourmand s'imposait à mi chemin. La foi est une lutte qui doit être confortée. Noël se profile déjà... 

 

 

 

 

Photo 001-copie-1

 

Je sors du carcan d'acier qui depuis de longs jours déjà, maintenait mon corps captif et retrouve de la souplesse dans mes mouvements. Le nombre de pilules à avaler commence à diminuer et je m'offre même le luxe de faire des caprices de malade à laquelle la Patronne  se prête avec amour ...

 

Dehors, il fait un temps à ne pas mettre un chien dehors ...

 

 

 

 

Repost 0
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 20:14

 

 

 

 

 

Qu'est devenu le rideau dense qui nous protégeait des rayons trop ardents du soleil

 

Photo-6053.jpg

 

ou de la démesure enjouée des pétulantes pluies d'orages du plein été ?

 

 

automne à Ménilmontant

 

 Les arbres se sont gorgés d'énergie, ont fait le plein d'abondance.

 ils ont troqué le vert pour de l'or.

Le vent grand nettoyeur du temps est venu les provoquer  par rafales discrètes,

 provoquant un tourbillon de pépites d'or.

 

 

 

Pluie sur Ménilmontant

 

 

Et l'espace d'une nuit a marqué la disparition d'un monde :

 

 

 

Enseigne ancienne boutique

 

 L'atelier de remmaillage de bas a depuis longtemps déjà fermé ses portes.

 Etait-ce hier ?

 

Photo 005

 

  L'expansivité des rues a pris refuge derrière les façades 

 

Photo 004

 

  Seule une petite vertue se risque encore à découvrir ses avantages

  dans les replis d'un volet métallique

 

 

Photo 008 

Boulevard de Belleville : une mauvaise  bruine  tombe en continue sur les feuilles qui ont lâché prise  pour couvrir l'asphalte d'un tapis visqueux.

 

 Le ciel las et éteint précipite  le déclin du  jour qui depuis quelques semaines

 ne cesse de rétrécir.

 

 

 Photo 003

 

Perçant l'obscurité du jour, un phare annonce la rue des Maronites,

au pied de Ménilmontant.

 

 

 Qui pourrait croire  en ce samedi pluvieux qu'il n'est que quinze heures trente ...

 

 

 

 

 

Repost 0
5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 14:10

 

 

Nous nous sommes lancés....

 

Ave Georges Mendel - automne

 

  à l'assaut des larges avenues parisiennes aux couleurs vibrantes.

Des feuilles abandonnées à terre, s'échappent de secrètes odeurs de regain.

Le soleil embrasse les nuages et les entoure de fils d'argent.

Les arbres bruissent leurs saluts sur notre passage,

et nous,  nous nous nous amusons à lire les regards juchés sur les pas de porte  :

 

Avenue Victor Hugo - visage 2

 

certains pensifs et scrutateurs,

 

Avenue Victor Hugo - visage 3

 

 d'autres, en revanche,  trouvent notre harnachement amusant et spirituel.

 

Ave Vicotr Hugo - visage 9

 

 Certains se  détournent perplexes et dérangés...

 

Avenue Victor Hugo - visage

 

  d'autres compatissent

 Ave V Hugo - visage 11

 

Certains trouvent que voilà bien la meilleure façon de marcher :

 

Fenêtre oeil de boeuf et ange

 

sur  roulettes,

avec des ailes...

pourquoi pas ?

 

Avenue Victor Hugo - visage 5

 

Il en est même qui parviennent à nous communiquer leur apaisement  et à nous offrir leur bienveillante protection...

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Armide - dans Paris-16) Passy
commenter cet article
3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 20:52

 

 

Calé dans son "fauteuil roulant", escorté par la maîtresse, Pistol attendait appréhensif l'ouverture de la porte du cabinet de consultation du nouveau vétérinaire ostéopathe. C'est une jeune femme avenante et compréhensive qui lui a prodigué les soins. Sa voix était chantante, son regard doux. Elle a évalué les dégâts et ne semble pas disposée à baisser les bras. Elle a caressé et massé le petit corps malade et a prescrit un traitement de longue haleine à l'arnica.

 

 

Le cabinet se trouvant à proximité relative, nous avons boudé le métro et longé comme autrefois les larges avenues bordées d'arbres aux feuillages magiques ; ils déployaient ce matin un éventail de coloris allant du franc cramoisi jusqu'aux jaunes et verts filigranés.  Le ciel  plombé parvenait ça et là à percer en pointillés la voûte végétale d'honneur qui nous protégeait de la bruine . Sur l'asphalte anthracite, les pigeons picoraient leur miettes de pain sans devoir craindre aujourd'hui d'intervention intempestive. Nous étions heureux  ou presque ... 

 

 

Les "rollers" ont été commandés. Nous les attendons tous deux avec impatience

 

 

 

 

Photo 006

 

 

Pistol a retrouvé son gîte, gagné son petit carré de soleil, derrière la vitre ; il semble apaisé et s'est assoupi... La tribu s'est retranchée dans ses appartements et fait silence.

 

 



 

 

 

 

 

 

Repost 0
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 18:51

 

 

 

 

 

et dont les mains avaient  le  pouvoir d'apaiser les douleurs,

 

 

 

 

Photo-5893.jpg 

 

le Docteur Frédéric Molinier, vient de prendre congé...

 

 

http://pistol-boule-bringe.over-blog.com/article-quand-une-porte-se-ferme-une-autre-s-ouvre-39322415.html

 

 

 

 Professeur d'anatomie très estimé de ses élèves à l'Ecole Vétérinaire de Maisons-Alfort, Monsieur Molinier,  pionnier dans le domaine de l'ostéopathie et de l'acupuncture animales, n'a jamais renoncé à ses convictions.

 

Passionné par cette approche différente des soins, il ouvre son propre cabinet d'ostéopathie vétérinaire dès les années soixante-dix et parvient enfin à convaincre les collèges officiels des bienfaits de  ces  pratiques   qui évitent à nos compagnons  des solutions radicales tout en leur assurant une qualité de vie satisfaisante. 

 

  Photo 5892

   

 

Je garderai présent à la mémoire, le climat de sérénité et d'écoute que nous trouvions dans son cabinet, et la force tranquille du praticien qui savait réconforter le  plus rétif de ses patients, lequel apaisé s'abandonnait en toute quiétude sur la table d'auscultation. 

 

 

 Le départ soudain et prématuré  de cet homme de l'Art qui ne s'embarrassait pas  d'esbroufe, nous stupéfie et nous attriste profondément. 

 

 

A sa famille, à ses amis, à ses élèves, nous adressons  nos plus sincères condoléances.

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 17:41

 

 

 

Il ne s'agit pas de n'importe quelle tarte (qui aurait assurément fait l'affaire) mais de

 la notre, sans sucre ni crème ajoutée, celle qu'on dégustait au village les dimanches de "Ducasse" .

 

 

Tarte revenue disposer les fruits

 

 

 

 La pâte était pétrie jusqu'à ce qu'y éclosent d'étranges bulles translucides qui nous ébahissaient. Elle devait ensuite  faire l'objet de soins attentifs, mise au repos, au chaud et au calme. Quand nous la retrouvions une heure plus tard elle avait  pris des reliefs que nos grand mères décoraient de cercles concentriques à l'aide de morceaux de fruits. Le petit miracle s'est réitéré  par la suite, maintes fois, pour un oui, pour un non, par les mains de nos mères cette fois.

 

 

 

Les cinq ingrédients :... et même pas de sucre !

 

Tarte revenue - bol de farine

 

1 -  Un bol de farine (125 grammes environ)

 

Tarte revenue - 250 gr de beurre

 

2 - 125 gr de beurre

 

Tarte revenue - oeufs

 

3 -  3 oeufs

 

Tarte revenue - Un demi cube de levure - éffriter

 

4 - Un demi cube de levure de boulanger

(10 gr environ)

 

Tarte revenue sel

 

5 - une pincée de sel

 

 

 

 La confection, maintenant !

 

 

Pistol - clin d'oeil furtif

 

 sous la haute surveillance de Pistol ...!

 

 

Tarte revenue - effriter la levure

 

Effriter la levure le plus finement possible

 

Tarte revenue levure eau et un demi sucre

 

La délayer dans un peu d'eau et y ajouter un demi sucre (qui favorise la levée). La couvrir et la laisser reposer dans un four à peine tiède.

 

Tarte revenue - Mélanger oeufs et farine

 

Mélanger la farine aux oeufs auxquels on aura ajouté une pincée de sel

 

Tarte revenue - faire fondre le beurre

 

Laisser fondre le beurre sur feu doux

 

Tarte revenue battre beurre dans farine et oeufs

 

Ajouter le beurre dans le mélange farine et oeufs .

 

Tarte revenue - Incorporer la levure

 

Incorporer la levure en mélangeant bien !

 

Tarte revenue - Pétrir

 

 Pétrir, pétrir et pétrir... jusqu'apparaissent les bulles miraculeuses !

 

 

Tarte revenue - disposer la pâte dans la tourtière

 

Disposer la pâte dans la tourtière de 22 cm (préalablement beurrée).

 La pâte attache un peu aux doigts ...

 

 

Tarte revenue-copie-1

 

Couvrez la pâte et laissez-là reposer au calme dans un endroit abrité des courants d'air (à proximité d'une source chaude, de préférence). Patientez au moins une bonne heure : elle doit avoir pris des reliefs.

 

 

Tarte revenue - quelques noisettes de beurre

 

 Il ne reste plus qu'à procéder à la "déco" : pommes, poires, mirabelles...

Ajouter quelques noisettes de beurre

Mettre au four moyen (22O degrés) un quart d'heure environ

Retirer quand les fruits paraissent cuits et que l'ensemble a pris les teintes dorées

du soleil.

 

 

 

Tarte revenue un quartier

 

Notre porte est toujours ouverte ...

 

 

 

 

Repost 0
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 22:31

 

 

sous l'oeil attentif de Zelda ...

 

Gentille chatte noire

 

laquelle ne quitte pas son poste de garde malade

 

La journée s'est déroulée sereinement. Les séances de vélo en chambre ont été entreprises et appréciées. Maîtresse a pédalé les pattes malades avec ses mains pour leur garder le tonus.

 

 

Bouledogue immobilisé - petite gâterie

 

 L'appétit est toujours bon. Les frustrations sont compensées par de petites gâteries.

Pistol n'a pas perdu son amour des fonds de casseroles ...

 

  

 Dehors, le soleil éclairait la maison, trompant les prévisions météorologiques.

 

Il fait bon être ensemble.

 

 

 

 

Repost 0
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 16:15

 

 

Home sweet home !

 

La maîtresse est venu me délivrer de l'enfer des odeurs malades et des manipulations acrobatiques des manitous

.

Sitôt la note réglée, nous avons pris congé de nos hôtes. Mon fauteuil roulant m'attendait. Je n'ai pas voulu rater ma sortie et n'ai pas manqué de pincer la serre de Grand Sorcier qui nous a reconduits à la porte..

 

Les conditions de mon retour étaient réunies (ou presque toutes...) Le soleil avait remplacé l'averse orageuse qui s'était abattue quelques minutes auparavant.

La balade a été agréable quoi que différente de toutes  celles que nous avons connues, Elle et moi . Du haut de mon  char à l'assaut du monde, d'ordinaire réservé aux petits enfants humains, mes deux oreilles passaient et me yeux  rivés chaque seconde sur les siens, ne l'ont pas quittée. Notre regard sur le monde a changé d'un seul coup et nous avons pu lire les leurs, surpris, émus, apitoyés, amusés mais jamais hostiles - pas encore.

 

Maîtresse a dénoué mes liens. Je me suis élancé, comme j'ai pu, en direction de mon coussin, de mes chères odeurs retrouvées. Mes co-locataires m'attendaient, émus et un peu intimidés. Et j'ai pris place !

 

 

Bouledogue paralysé

 

 

Elle m'a tendu une grande gamelle d'eau bien fraîche que j'ai vidée d'un trait (ça, c'est la Cortisone !). J'ai ensuite repoussé mes croquettes avec dégoût : un peu fatigué sans doute ... Elle me les a présentées, une par une, l'une après l'autre...Je les ai acceptées de sa main avec volupté. J'ai lancé un coup d'oeil vers le fauteuil, mais mes pattes de grenouille sont restées sourdes à mon appel. Je me suis assoupi un peu pour ne pas trop penser....

 

 

Bouledogue paralysé

 

Elle est gentille, attentionnée, mais me voilà cloué pour de bon. Je n'ai plus mal ou juste un peu, mais je me prends à pleurer... Il m'est difficile de me rendre à l'évidence. Les docteurs doutent que je ne marcherai jamais comme avant...Maîtresse me comble de caresses, de mots gentils, d'encouragements...

 

Elle pris rendez-vous avec un acupuncteur, a commandé pour moi un déambulatoire (semblable en tous points celui de l'hôpital). Elle  me promet une nouvelle vie, pas tout à fait comme celle d' avant, mais avec du fun et ... encore plus d'amour.

 

 

 Les balades de Pistol ne sont pas terminées ; elles seront seulement différentes.

 

 

 

 

Repost 0
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 00:14

 

 

Dès l'aube, un transbordement était prévu de la clinique X à la clinique Y où devait se pratiquer le scanner. 

 

A la clinique X,  où reposant dans son box, notre malade  sortait d'un sommeil léthargique, l'équipe médicale avait changé et  ne semblait pas très au courant...

 

Stoppée net dans le hall d'entrée, il m'a été demandé de " patienter" un moment qui m'a paru une éternité avant qu' une dame en blanc très affairée ne sorte comme un diable d'une boite  de la grande salle pour m'apprendre qu'on m'attendait pour l'administration de médicaments . Déconcertée,  j'obtempérais avant de   hisser et de maintenir notre malade en sécurité sur sa chaise roulante (une poussette désaffectée récupérée parmi les souvenirs de famille au fond de la cave).

 

Nous habitons l'ancien village de Ménilmontant, annexé à Paris depuis 1860... aujourd'hui encore bien négligé  (tout comme les villages voisins de Belleville et Charonne) par les dessertes de transports en commun... Il nous a fallu entreprendre une longue longue marche pour gagner la première station de métro, avaler avec d'infinies précautions des volées d'escaliers, longer des couloirs noirs de monde qui s'entremêlaient comme des bretelles d'autoroutes, et ne pas perdre la carte, pour gagner les correspondances.

 

Enfin, nous sommes sortis de l'enfer et avons respiré avec délectation une goulée d'air pur... avant d'en retrouver un autre !

 

Le supplice s'est terminé vers treize heures, et c'est un Pistol éprouvé par les produits anesthésiants qu'il me fallait maintenant rapatrier selon les consignes à la clinique d'origine dodelinant sur sa chaise roulante. Restait à reprendre le chemin inverse ...

 

Puisque rien de particulier n'a été décelé lors de ce nouvel examen . . . le mystère reste entier.

 

Les autorités médicales semblent subodorer  une bizarrerie de la nature, un incident malencontreux : une infime particule osseuse aurait migré dans la moelle épinière...

 

En ce vendredi après midi d'octobre, le temps était doux, la météo nous souriait. Nous nous sommes remémorés nos longues balades...Un rayon de soleil réconfortant nous a caressé l'épaule.

 

 Puis nous avons peiné en gravissant la longue longue côte qui nous a enfin menés à la clinique...

 

Et là, nouvelle déconvenue à la clinique X où nous nous sommes tous deux trouvés parqués dans le hall d'entrée et superbement ignorés au milieu d'une belle pagaille, . Le client Pistol ne semblait  plus attendu ni désiré.

 

Je me suis finalement levée pour intercepter une fourmi ouvrière...Et Pistol a pu regagner sa couche en dépit de quelques regards désapprobateurs. Il y dort d'un sommeil réparateur..

 

Après quelques tergiversations qui se sont déroulées dans le calme (mais dans la fermeté quand même) j'ai également obtenu un entretien avec le premier magicien rencontré dans les lieux.

 

Une nouvelle vie doit s'organiser coûte que coûte.

 

En ce vendredi après midi d'octobre, le temps était doux, la météo nous souriait. Nous nous sommes remémorés nos longues balades...Un rayon de soleil réconfortant nous a caressé l'épaule...

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Balades avec mon chien
  • Balades avec mon chien
  • : Mes promenades avec Pistol, bouledogue français ; sa vie, ses amis chats, chiens, vaches et chevaux. Balades insolites dans Paris et ses environs. Nos voyages, nos lectures, nos loisirs.
  • Contact

Un éloge !

Nous autres français sommes bien égoïstes. Lorsqu un pays dispose d un blog comme Balades avec mon chien, il devrait le traduire en anglais, italien, espagnol, japonnais, chinois etc... que le reste du monde en profite. D ailleurs, Armide mérite un auditoire bien plus large que 60 millions d internautes (plus quelques belges, suisses, quebecois). En tous cas, j adore Balades avec mon chien et je suis loin d être seule !

       

Rechercher

Récompenses



Archives