Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 23:07





Rêvée en 1884, début de sa  construction en 1887, naissance en 1889 pour l'Exposition Universelle

 


Ce soir d'octobre 2009; la journée à été douce et ensoleillée. La Dame de fer, du haut de ses 313 mètres, jette un dernier coup d'oeil dans son miroir, avant d'ouvrir le Grand Bal de ses cent-vingt ans



"... Autour du cou charmant Eiffel
la belle girafe en dentelle
rendez-vous de pigeons voyageurs inconnus
et laisse en bas l'azur éloquent choir
au bord de l'eau...
Le chant du Paveur"

(Jean Cocteau - "Le Cap de Bonne Espérance")






Tout tourne, tout baigne : le carrousel de Paris est prêt pour la fête, comme tous les soirs


Quatre guerriers sont postés aux quatre extrémités du Pont d'Iéna. Sur la rive droite un Gaulois et un Romain, sur la rive gauche un Arabe et un Grec. Le pont qui devait avoir pour nom  Pont du Champs de Mars  prit finalement le nom de la victoire d'Iéna (1806) menée par Napoléon Ier. L'Empereur prit l'initiative de le faire construire  (1808-1814) ; le coût fut, fait exceptionnel à l'époque, pris en charge par l'Etat.



Plus proche de la Dame d'Eiffel,séparé par le pont mais en vis à vis du premier, un deuxième carroussel ; les deux chambellans sont réunis.






On se sent soudain encerclés dans une étreinte généreuse



Les regards tentent de percer l'abîme de son coeur


  Sous des allures sévères, cette grand-mère révèle ce soir une hospitalité bon enfant et  dévoile la délicatesse de ses dentelles d'acier.


Les ascenseurs à crémaillère montent et descendent comme des bulles de savon




De son créateur du même nom:
Gustave Eiffel
De sa grandeur, elle s'éloigne dans le ciel
De sa hauteur, tout le monde la trouve belle
Que de peurs si vous y montez
à pieds et usez vos semelles
Jusqu'au deuxième, où vous pouvez
vous restaurer à merveille.
Il existe un ascenseur de fer qui vous y mènent;
Innaccessible étage qu'est le troisième
Où l'émetteur radio nous donne des nouvelles.

( Valérie Bono : "La Tour Eiffel)






L'acier est de feu sous les scintillements des spots. L'héroïne du jour qui n'a pas pris une ride a bon pied bon oeil


Le Bal peut commencer...




copyright Tour Eiffel - illuminations Pierre Bideau



Repost 0
Published by Armide - dans Tour Eiffel
commenter cet article
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 08:41



Revenant sur nos pas rue de la Pompe, nous poursuivons notre route, en direction de l'avenue Foch, nous atteignons la Place Jean Monnet. Nous ne manquons pas de rencontrer l'avenue Victor Hugo qui,  poursuivant sa course depuis l'Avenue Henri Martin jusqu'à l'Etoile coupe impérieusement la rue de la Pompe au deux tiers de sa distance. Deux rues commerçantes, la rue des Belles-Feuilles et la rue Saint Didier se jouxtent, seulement séparées à la hauteur du feu tricolore par la présence voluptueuse d'une tourelle appartenant à un immeuble  "Art Déco" .



  Autrefois cinéma du quartier, la salle a été reconvertie en magasins "Picard". Le majestueux escalier rouge gansé de cuivre a été remplacé par un escalator étincelant et la salle de projection aujourd'hui sous le feux des spots, offre à nos yeux une panoplie complète de petits plats tout préparés...



A quelques pas de là, un passage couvert empli de recoins secrets nous permet d'échapper à l'agitation de l'avenue Victor Hugo bordée de commerces de prêt à porter, de banques, d'agences immobilières....

 

Ce passage porte le nom d'un quartier situé en amont des avenues Foch et de la Grande Armée proches d'environ 500 mètres, à la frontière de Neuilly . Aux lendemains de la deuxième guerre mondiale, les pouvoirs publics avaient tenu à remercier ainsi l'aide apporté à la reconstruction ainsi que l'approvisionnement agricole apportés par ce pays.



Ces passages couverts de ce type ont fait légion au XIX siècle, commerces et loisirs se trouvaient commodément réunis dans un seul lieu, à l'abri des intempéries,


Ici se trouve l'un de mes lieux de prédilection : la porte s'ouvre sur un salon de lecture, bien plus qu'une  librairie. Je retrouve les anciennes BD de l'enfance de nos parents, les romans de leurs jeunesse, de vivants témoignages d'époques passées, des collections de beaux livres illustrés...


Verrières célestes, loggias bordées de balustrades, façade de brique soutenue et agrémentée d'éléments métalliques


Des rivets, des volutes, des plantes grimpantes... Réminiscences  d'Eiffel, présence de Guimard et consorts, L'Art Nouveau toujours sur notre route, aujourd'hui.


Je brave le trafic ininterrompu (et souvent embouteillé) de l'avenue Victor Hugo, au mépris des coups de klaxon impérieux qui déchirent à tout propos la tourmente parisienne et traduisent assez fidèlement la mentalité des chauffeurs peut-être un peu imbus de leur personne et de leur joujou simonisé.
 Les deux rangées d'arbres semblent vouloir apaiser tous les petits malheurs du monde. Leur feuillage se réunit en tonnelle pour nous offrir, dans un écrin, une vision apaisante


La Place Victor Hugo est aimable, garnie de restaurants et terrasse. Les immeubles d'angle en pierre de taille se laissent caresser du regard.


Profitons encore des faveurs de la fontaine. Les grandes eaux s'endormiront l'hiver durant.





Repost 0
Published by Armide - dans Paris-16) Passy
commenter cet article
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 12:42



Zelda nous parait étrange !


Que signifie ce regard !


L'approche d'Halloween va-t-elle la transformer en zombie ?



Zelda, nous reconnais-tu ?


Si tu es Zelda, frappe trois coups, si tu n'es plus vraiment Zelda....


Qui a volé ton âme ?


Bienvenue chez nous, toi le mystérieux passager ! Tu suivais ta route au hasard, tu avais faim, tu avais froid. Il pleuvait, ton gîte n'était plus très assuré, Nous ne connaissons ni ton nom, ni d'où tu viens, ni même si tu es mâle ou damoiselle. Tes manières montrent une grande civilité, ton naturel est robuste et aimable. Tu as vu de la lumière et tu es  entré tout simplement. Il y a toujours un couvert de plus chez nous, sans doute le savais-tu..
Demain, la dame en blanc nous en apprendra un peu plus sur ton identité et  tes origines. Notre rencontre débouchera-t-elle sur d'heureuses retrouvailles ou ouvrira-t-elle la voie à une vie nouvelle ?


Zelda n'a pu elle non plus nous révéler ton secret. Elle  partage bien volontiers mais ne manque pas de confirmer discrètement les limites de sa propriété.


Elle est à toi cette chanson
Toi l'Auvergnat qui, sans façon,
M'a donné quatre bouts de bois
Quand dans ma vie il faisait froid.

Toi qui m'a donné du feu quand
Les croquantes et les croquants
Tous les gens bien intentionnés
M'avaient fermés la porte au nez.

Ce n'était rien qu'un feu de bois
Mais il m'avait chauffé le corps
Et dans mon âme, il brûle encore
À la manière d'un feu de joie...


("L'Auvergnat" - Georges Brassens)



NB - Me voilà déçue par les commentaires. Il s'agissait il est vrai de lire et de regarder attentivement : le passager mystère est un chat recueilli pour un temps limité seulement. Il est noir comme Zelda...Là s'arrête leur ressemblance. Zelda est petite et fine. Le passager mystère est beaucoup plus robuste. Il est vrai que dans la nuit, tous les chats sont ...noirs.
Dommage que nous parcourions les blogs un peu trop vite, mais il y en a tellement...et OB pousse à ces conduites hâtives et superficielles.
Tant pis !


Repost 0
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 01:29




On dit que le moral garantit soixante-quinze chances pour cent d'une rapide guérison



"L'Opération nez rouge" est conseillée... avant de reprendre le collier



Arrive le moment de s'attaquer  avec courage au  cours normal des affaires :
 étudier, plannifier



Je médite sur les stratégies  pour voir aboutir un projet dans un délai rapproché


  Elle n'y a vu que du feu


La forme est retrouvée. Me voici de nouveau partant pour les balades. Je hausse le postérieur en signe d'ardeur à l'ouvrage et étire aussi loin que possible mes antérieurs, tout comme les humains endossent leur manteau avant de franchir le seuil de la porte.




J'ai refait le tour du propriétaire et repris contact avec les copains du quartier. Je flaire avec fébrilité les fleurs. Il en reste quelques unes en barquettes.


Demain sera un autre jour...




Repost 0
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 18:53





Nous terminons notre tour de la Place du Trocadéro en rêvant que l'été est toujours présent et que les feuilles n'ont pas roussi



Aujourd'hui ce sera plutôt chocolat chaud. Dans la soirée du 15 août, les terrasses  saturées de monde sous le soleil couchant semblaient des plages et les conversations fondues en un murmure indistinct nous permettait d' imaginer une mer toute proche. L'absence relative des voitures, encore en vacances, laissaient la place étrangement calme.


Nous prenons congé de la Dame d'Acier à laquelle nous tournons le dos en longeant l'avenue d'Eylau, presqu' uniquement habitée d'immeubles résidentiels très distingués et sur leur réserve.


Une porte cochère parvient à attirer notre intérêt : celle du siège de la Confédération nationale de la Boulangerie Française... dont la tâche revêt une importance non négligeable dans la réputation culinaire internationale.


Place de Mexico : rencontre d'immeubles haussmanniens. Les rues déploient un éventail de commerces de proximité.



jalonnés çà et là d'enseignes qui flattent un exotisme à la Française


Des fleurs à foisons, des flagrances revigorantes ou capiteuses : on aime s'y attarder. On "herborise" et on ouvre les yeux : sur le mur de l'immeuble, une plaque indique l'ancien emplacement d'une "Ferme Magu"


C'était au temps où les Champs-Elysées étaient encore des champs, et où on se livrait à des parties de chasse...





Repost 0
Published by Armide - dans Paris-16) Passy
commenter cet article
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 01:42



L'avenue Henri Martin commence à la porte de la Muette et se termine à la hauteur de la mairie du XVI arrondissement


La ligne de bus 63 y commence sa course : un parcours très touristique ! Il quitte l'orée du Bois de Boulogne pour longer ces beaux immeubles avant d'atteindre la place du Trocadéro. Puis il descend la côte de Chaillot pour atteindre le Pont d'Iéna qu'il emprunte pour gagner la rive gauche : avenue Rapp en bordure de Seine, puis Assemblée nationale, boulevard Saint Germain et enfin le Jardin des Plantes... le tout pour le prix modique d'un ticket de métro !


Cette portion d'avenue porte le nom d'Henri martin (1810-1883)  maire de l'arrondissement en 1870. Passionné d'histoire il écrivit une histoire de France en 19 volumes qui fit l'objet de controverses car ses  points de vue trop  personnels entâchent la crédibilité de ses jugements.
En tant que député, il soutint le projet de loi de 1880 visant à ériger le 14 juillet en fête nationale.


L'allée centrale de l'avenue  a été aménagée en parking, mais offre toujours un vaste espace de promenade. Les chiens s'y donnent rendez-vous, et leurs subordonnés, contraints par les circonstances, ne peuvent manquer de se saluer




L'une des ancienne gares de l'ex Petite Ceinture à ne pas avoir été abandonnée...La gare, "Avenue Henri Martin dessert aujourd'hui la ligne RER C. Elle a  toutefois été en partie reconvertie en restaurant. En été, on prend place à la terrasse, en prenant soin d'ignorer la présence de la pendule qui indique toujours l'heure exacte.



Cachée à l'ombre des feuillages, en face du n° 101 de l'avenue Henri Martin, la bicyclette bleue...de Régine Desforges !



La mairie du XVI, resplendissante d' éclats républicains lors d'occasions particulières, partage l'avenue en deux parties, là où traverse la rue de la Pompe. Ici finit l'avenue Henri martin... et dans son prolongement lui fait suite l'avenue Georges Mandel.


L'allée centrale de l'avenue Georges Mandel rend hommage à la mémoire de la célèbre cantatrice qui termina ses jours au n°78 de l'avenue. La plaque de cuivre honorant sa mémoire, placée à l'entrée de l' immeuble où elle termina ses jours dans la solitude,
 a été retirée.




Sur le même trottoir, à deux pas de sa résidence, une autre entrée des artistes : celle du Lycée Janson de Sailly


 Eugène Manuel (1823, 1901)  était un  poète qui s'était également engagé dans le vie politique (chef de cabinet de Jules Simon, puis inspecteur d'académie de Paris à l'Education Nationale

Une rue du quartier porte son nom. Elle abrite un immeuble "Art Nouveau" très remarqué Rue Eugène Manuel



Cet étrange immeuble à colombages qui font suite à une enfilade d'élégantes constructions de pierre de taille,  ne manque pas de surprendre.


Il jouxte l'enceinte du cimetière de Passy



Au fil des pas, nous sommes parvenus place de l'ancien Palais du Trocadéro. L'esplanade des Droits de l'Homme. La Tour Eiffel, jusqu'alors occultée par les feuillages encore abondants de l'avenue Georges Mandel, apparaît brutalement. Haute de ses trois-cent neuf mètres, elle nous toise. Le ciel est encore bleu en cette arrière saison, mais un mauvais petit vent vient de s'élever.

Une méchante froidure commence  à nous transpercer. Et nous voici  maintenant en proie à d'autres tourments. L'héroïsme du Maréchal Foch parviendra-t-il à nous inspirer suffisamment d'ardeur pour poursuivre plus avant notre route ?


Nous venons de nous engouffrer rapidement dans les sous-sols de Paris. Les "toilettes publiques" de la station Trocadéro nous accueillent avec  compréhension et bienveillance. La chaleur nous réconforte, et nous tombons sous le  charme très particulier de ses lieux d'aisance.



Ici donc, nous terminons en boucle, sur une note "Art Nouveau", notre petit tour du village de Passy.









Repost 0
Published by Armide - dans Paris-16) Passy
commenter cet article
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 00:49





Zelda a adopté le-sac-à-main-de-la-maîtresse. Elle a trouvé l'entrée de l'ouvertue à glissière et s'y est discrètement installée pour entamer la nuit,


Et Pistol a réaménagé le nouveau coussin,  à sa mode : en mille feuilles.
"Donner, c'est donner", après tout ! ...




Bonne nuit, la Compagnie !




Repost 0
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 13:42



Était-ce déjà l'hiver, en novembre dernier ?


La rue de la Pompe commence exactement entre la Chaussée de la Muette et la rue de Passy, là où ne porte délimitait distinctement les limites du village de Passy et celles de Paris. La rue de la Pompe traverse l'avenue Henri Martin, à la hauteur de la mairie, puis la très chic avenue Victor Hugo, et se jette après un  parcours d'un kilomètre et demi, en bas de l'avenue Foch, non loin de la porte Maillot.

 

La rue de la Pompe est une longue rue résidentielle, l'une des plus longue de l'arrondissement. On en retrouve trace sur le plan de Roussel en 1730  sous le nom et la forme d'un humble "Vieux Chemin" où une pompe approvisionnait en eau le château de la Muette.



Ici, on ne se déplace qu'en voiture : tenter de garer  rue de la Pompe relève de la gageure... L'un des trottoirs qui longent  cette portion de rue   est occupé sur quelques cinq-cents mètres,  par un pan d'enceinte du  lycée Janson de Sailly...

... une "colline inspirée"  où "souffl(èrent) des esprits"  aussi multiples et variées ...qu'au Père Lachaise, comptant notamment :  Robert Badinter, Sacha Guitry, Jean-Louis Borloo, Pierre Brossolette, Pierre Daninos, Philippe Noiret, Roger Chastel, Carla Bruni, Paul Vaillant-Couturier, Michel Déon, Jean Gabin, Valéry Giscard d'Estaing, Julien Green,Laurent Fabius, Claude, Levy-Strauss, Michel Pollac, Richard Antony, Arnaud Lagardère, Maurice Merleau-Ponty,
Vincent Bolloré...
pour n'en citer que quelques uns !


Le lycée a été institué en représailles par un certain Alexandre Janson de Sailly,  riche avocat parisien, contre les infidélités de son épouse. Celui-ci s'empressa de la déshériter et de faire don de son patrimoine à l'Etat. L'établissement fut inauguré par Jules Ferry, en présence de Victor Hugo en 1884. Les bâtiments ont été conçus par l'architecte Charles Laisné. Selon la volonté du défunt, ce centre d'éducation sélect
 n' était ouvert qu'aux garçons. !



Les portes sont elles destinées à être ouvertes ou fermées ?


L'herbe est-elle plus verte ?



Les frimas arrivent, les feuilles jaunissent, les vignes produisent leur vin : c'est l'automne !






Repost 0
Published by Armide - dans Paris-16) Passy
commenter cet article
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 16:13

Une  nouvelle est arrivée ce matin sur nos télé transcripteurs. Elle nous a été transmise par Béa Kimcat link
Bouleversés, nous ne pouvons rester inactifs devant la situation de notre ami Boyington






   Appel à signature :
 
 
 
 
De Cani-Seniors :


le mardi midi 13 octobre, une dame a appelé le refuge de Roubaix où travail Dorothée pour la prévenir qu'elle venait de voir des gens jeter un chien de leur voiture et l' abandonner derrière le refuge. Dorothée est tout de suite allée voir de quoi il retournait et a découvert un petit bouledogue français très maigre et avec un oeil salement amoché.
Ce petit bonhomme a 8 ans et il est pucé mais pour l'instant le refuge n'arrive pas à joindre les proprios et de toute façon vu son état il ne sera pas rendu mais une enquête va être faite pour tirer cette histoire au clair.
Prévenue le jour même, nous avons tout de suite dit oui pour lui faire rejoindre nos cani-senioriens et Mary va le récupérer en urgence dès ce soir pour le montrer au plus vite à son vétérinaire, sachant que j'ai bien peur qu'il faille énucléer son oeil.

jeudi 15 octobre 2009 :
Mary revient de chez le vétérinaire. Les vétérinaires de la clinique se sont concertés sur le cas de BOYINGTON (on ne connaît pas son nom donc je l'ai appelé comme ça hier et ils sont tous d'accord pour dire que ce petit bouledogue français est dans un état catastrophique et que ça dure certainement depuis des mois , voir un calvaire de toute une vie.

Les propriétaires ont été retrouvé et n'en veulent plus. Une plainte va être déposée contre eux pour maltraitance envers animal. Son oeil devra être énuclée dès que possible , c'est à dire pas avant quelques jours car il est actuellement trop faible pour être opéré. Il va donc falloir le booster pour qu'il reprenne des forces. Il ne souffre plus de son oeil mais il a dû terriblement en souffrir pendant longtemps.

Il doit être vermifugé car son ventre est énorme et gonflé par les vers, alors qu'il est squelettique.
BOYINGTON perdra certainement la vu très vite car son second oeil n'est pas en très bon état lui aussi.

C'est un petit chien doux , timide qui semble ignorer les câlins qu'il découvre chez Mary, qui très touchée par son histoire et sa détresse, souhaite le garder auprès d'elle jusqu'à ce que des adoptants soient trouvés.


Voici le lien vers la pétition :
http://5239.lapetition.be/

et le lien vers son post sur Cani-Seniors :
http://www.cani-seniors.org/viewtopic.php?t=18406&postdays=0&postorder=asc&start=0








Encore aucun mot assez fort pour exprimer ce que je ressens.

 
 
             
 
Repost 0
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 14:07

...Alors, j'étais content-content : plus qu'une balade, UN VOYAGE ! Nous sommes allés visiter la Grand-Mère Deux Pattes.
Elle m'a réservé un accueil...royal ! J'ai eu droit à la Place d'Honneur près du radiateur,sur un coussin avec une bonne couverture, la meilleure ! On m'a dispensé sans retenue quelques petites gâteries,  moult  attentions délicates...
LA FETE !

Quand la nuit est tombée, et que la pendule a sonné dix coups : nous sous sommes préparés pour le Grand Jour ...La gamelle a été remisée. Mais on m'a laissé du "Château la Pompe" à disposition :  je m'en suis donné !



Mardi à l'aube : grande promenade : ne dit-on pas " Buvez, éliminez !" ?
La Dame en Blanc était au rendez-vous ! C'est toujours un extrême plaisir de retrouver en ce lieu convivial, (que je vous recommande),  cette bienfaitrice douce et compréhensive. Nous n'hésitons pas à parcourir des lieues pour lui demander aide et réconfort en cas de pépin. Je lui ai offert mes salutations les plus empressées. Nous avons procédé à nos habituels échanges d' amabilités.
D'un coup de baguette magique, elle m'a plongé dans un profond sommeil  ...

Quand je me suis réveillé, je me suis senti un peu patatrac. Mais la Maîtresse (que j'avais un peu oubliée dans un coin) était là, devant moi. Je l'ai fleurée brièvement. Tout allait donc bien...

Je me suis senti étrangement gourd; pas très vaillant sur mes pattes. Maîtresse s'est offerte de me servir de porteur. J'ai fait ainsi mon entrée dans Paris, récoltant au passage regards bienveillants et apitoyés de la part de mon peuple...


J'ai dormi, dormi, dormi...





Puis ce fut l'heure de mon Premier Repas




et d'un joyeux retour aux Pénates où Zelda  guettait mon retour


Nous avons fêté dans la joie nos ardentes retrouvailles, et ...une SURPRISE m'attendait !


Cette carte m'a été adressée de la part de Dany link

Et bien d'autres surprises encore m'attendaient sur le net !

Les larmes d'émotion me montent aux yeux. Je tiens à remercier du fond de mon coeur (qui est ENORME !) tous les blogopotes, toutes les blogamies, tous les topains et les topines qui m'ont envoyé des messages de soutien et d'encouragement à l'occasion de cette épreuve.

A toutes et à toutousss : MERCI !






Repost 0

Présentation

  • : Balades avec mon chien
  • Balades avec mon chien
  • : Mes promenades avec Pistol, bouledogue français ; sa vie, ses amis chats, chiens, vaches et chevaux. Balades insolites dans Paris et ses environs. Nos voyages, nos lectures, nos loisirs.
  • Contact

Un éloge !

Nous autres français sommes bien égoïstes. Lorsqu un pays dispose d un blog comme Balades avec mon chien, il devrait le traduire en anglais, italien, espagnol, japonnais, chinois etc... que le reste du monde en profite. D ailleurs, Armide mérite un auditoire bien plus large que 60 millions d internautes (plus quelques belges, suisses, quebecois). En tous cas, j adore Balades avec mon chien et je suis loin d être seule !

       

Rechercher

Récompenses



Archives