Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 22:30

 

 

 

 

Qui  pourrait encore imaginer que Belleville était autrefois un village maraîcher,

P1070619

       en partie couverte de bois, et que  la vigne en abondance, se dorait à flanc de côteaux ?

 A mesure que nous prenons de la hauteur, l'histoire des deux villages  se révèle par fragments :  Coincés entre deux tours , dans les replis insoupçonnés d'un chemin, calé dans un passage  dissimulé derrière la grille d'un jardinet...


P1070653 

Jean-Jacqus Rousseau aimait respirer l'air pur de la campagne sur les hauteurs de ces collines, et bénéficier des vertus de la bonne nature . Les sommets de Belleville et de Ménilmontant offraient d'amples panoramas de la capitale toute proche

     P1070669

La mémoire vinicole des villages a été pour notre bonheur, reconstituée dans un coin du   parc de Belleville    

P1070670

En ce premier jour de mai,  la glycine se mêle aux pieds de vigne et se laisse retomber langoureusement en grappes généreuses. Elle embaume...

P1070671

Réconforté par les rayons encore timides d'une éclaircie, un chat ordinaire flaire avec volupté les indices  supposées infaillibles du regain 

P1070673

Promesses souvent tenues comme inébranlablement  acquises 

 

P1070635

La pluie est tombée en abondance au cours des dernières semaines, et les petits coins "oubliés" du parc, révèlent un visage caché, presque rassurant,  de la nature indomptée, chère à l'apotre de l'authenticité sauvage.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 17:19

 

Les jardins de Belleville (le belvédère)  

       La dernière fois que   nous sommes venus ici, tout était prêt à s'assoupir. L'herbe   plus docile que jamais, s'était presque tue, les couleurs automnales jaunes et feu s'affaissaient au bout de leurs supports, avant de se retirer  sous le sol

 

 

 

P1070597

 

Cette fois-ci, lorsque nous avons franchi la petite grille de la rue des Couronnes, un festival d'arômes douces et fraîches nous a enveloppés avec une tendresse  infinie .


P1070602

 

Nous avons repris le même chemin que la dernière fois, parce que, en haut des marche qui nous élèvent progressivement en haut, se déploient d'un seul coup d'oeil,  des possibilités  de balades en tous sens, tous ordonnées autour de l'axe central de l'escalier.


P1070650

      Là où la dernière fois, sous un ciel chargé se profilaient sous la bruine quelques silhouettes furtives, des promeneurs détendus se dispersent maintenant  parmi les fleurs.


P1070606 

Nous émergeons progressivement à raz de sol sans pouvoir encore identifier avec précision quelles sont les créatures parées de rose et de bleu qui telles un corps de ballet  évoluent sous nos yeux incrédules :  douces et arrondies  comme des coeurs, légères comme des ballons, prêts à s'échapper sur fond mélodique  de clochettes vers un ciel qui jouit enfin d'une  trêve des averses, en ce premier jour de mai.


P1070657

      Les danseuses se multiplient presque indéfiniment puis  se dispersent dans l'arrière plan, dans l' ordre, avec  grâce et méthode suivant des techniques méticuleusement  étudiées et mises au point pour créer l'illusion d'allier le policé, à la fantaisie plus débridée du naturel.

 

P1070615

"Va-t-on porter la vallée dans la ville"

ou  d'ici, prolonger la campagne  ?


P1070616

C'est d'ici même que dès les prochains jours vont surgir les eaux  qui  traversrseront de bassin en bassin, le parc de part et part, formant une gigantesque cascade.

 

P1070610

des eaux qui donnent le départ du "parcours d'eau" de Belleville .


Repost 0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 00:46

 

 

 

Nous avons supporté la pluie

des jours, et des nuits durant

et gagné

UN ARC EN CIEL...

Arc en ciel

 

Le vent a chassé les nuages, la dépression a mis les voiles, et

Il est apparu

Au coin de notre rue...

 

P1070577

 

 

" si un arc-en-ciel dure un quart d'heure,

on ne le regarde plus."..

 

 


Repost 0
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 20:24

 

 

 

Pour Elle, les signes vitaux sont au ralenti : maux de tête, insomnies, anémie, anorexie, asthénie...

P1070560

 

 Pour Moi, le moral enterré sous le canapé.

 

Il pleut et vente en continu. Cela fait des jours et des jours, des semaines, peut-être des mois, des années, qui sait...

P1070563

"Anne, ma soeur Anne, ne vois-u rien venir !

- Oserais je poser un morceau de patte quelque part pour frôler le coussin à ma portée...

- Aurais- je l'audace de sortir un bout de museau de sous la couette, bâclée sens dessous-dessus, ou devrais-je plutôt m'enfouir tout entier dans un repli indéfini de la couverture... mais lequel choisir...Faute de mieux, faute de rien, on se terre : Ne pas déranger, ne pas être dérangés...

On ferme les yeux , et on s'enfonce dans des profondeurs anonymes, intemporelles ... Leur neutralité met à l'abri du mal de tête lancinant, des forces vitales qui se désespèrent, et des incessantes vociférations des rafales.

Un Etat de grâce où  "le bonheur est l'absence de souffrance"...Alors, pour tromper l'ennui,  pour changer le cours des événements, on tente d' esquisser

P1070537

un coup de manivelle à droite,

P1070539

une roulez-boulez à gauche,

 

P1070541

On est même allés VOTER, on a tout essayé :

Mais R.I.E.N...

On prend des vitamines, des minéraux, des oligo-aliments...

On attend

que cesse le murmure obsédant de la pluie

et que se taisent les rafales.

On espère ... desespérément


Quand pourrons-nous ressortir et revoir pour de bon, et tout simplement... la lumière du jour ?

 

 

 


 


Repost 0
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 21:26

 

 

 

 

 

Rectitude de pilastres qui portent sans effort un plafond à ciel ouvert, volutes aériennes de loggias  discrètement départagées  par une ligne continue de garde-corps de fer forgé qui laisse l'air circuler librement...   


P1070519

 

       Rue Halevy,  trois portails sévères gardiens habituels des temples de la finance  ont troqué leur pesanteur monumentale  pour une grâce aérienne, presque juvénile, et se sont ouverts, désinvoltes sur un hall  lumineux où se concentrent autour de longues tables de chêne clair, des aficionados de I Pads, I pods, i phones , Mac Pros, Mac Minis, et autres joyaux de la Grande technologie.

Ils sont attablés fascinés, affairés comme un essaim d'abeilles...


           Nous sommes aujourd'hui conviés au "Bar des Génies". Ceux qui s'activent derrière le comptoir tout au bout de la grande salle, nous réservent un  accueil enjoué, presque amical ; les visages sont souriants et détendus:  bien différents de ceux auxquels on s'attendrait à rencontrer dans une...banque.

Nous nous trouvons bien en plein quartier d'affaires  de Paris,  en face de l'Opéra, là où  le  pouvoir de l'argent s'exhibe, avec le lustre et l'arrogance qui caractérisaient le capitalisme triomphant du dix-neuvième siècle

Les hôtes qui  reçoivent maintenant des invités très spéciaux, se mettent en quatre pour  exaucer leurs voeux.

A mesure que je procéde en direction du coeur du sanctuaire, je suis progressivement  transportée dans un monde de douceur où tout est possible...


P1070512

      Je me suis même enquise de l'emplacement  de ces recoins particuliers où on dit que  les rois ne vont qu'à pied, ainsi que de la façon la plus simple et la plus rapide d' y accéder.  Un ascenseur, (qui fonctionne parfaitement) en faciliterait l'accès, davantage sans doute, que l'élément hélicoïdal qui conduit à la même destination.

Mais je fais le choix de me laisser glisser au gré des courbes voluptueuses de la rampe de cuivre, tandis l'un de nos hôtes , nous engage à profiter du "voyage"... jusqu'au bout : une "surprise" vous y attend, a-t--il  pris soin de préciser.

 

P1070518

 

Je puis ainsi profiter à loisir des agréments d'une promenade initiatique où chaque marche de l'escalier est jalonnée d'empreintes.

P1070515

      Parvenue presque à regret au terme de ma quête, je contemple avec délectation les perspectives des volutes et  la générosité des volumes orchestrées sur plusieurs niveaux

 

P1070513

      Et là ...où suis-je exactement : en deçà ou au-delà...

P1070507

 

Dans l'antichambre couverte de mosaïques de cabinets d'aisance, tout simplement ; c'est là où le passé de la maison est révélé, sur un panneau

qui dit ceci :


"En 1853, Napoléon III confia à Haussmann la rénovation de Paris. Un édifice  jouxtant l'Opéra Garnier fut décoré de 500.000 tesselles de mosaîque. Presque un siècle et demi après, ce qui fut en son temps un immeuble résidentiel, connaît alors une  nouvelle rénovation, cette fois-ci commandée paa Apple

Pour ce faire, chaque tesselle a été méticuleusement restaurée et remise dans son état d'origine pour l'ouverture de l'Apple Store Opéra".


P1070514

Ni gendarmes, ni prisonniers le moins du monde, ceux là flânent  avec la plus parfaite décontraction dans le saint du saint  d'une   ancienne banque transfigurée... pour l'agrément de tous ceux concernés.

 


 

Repost 0
Published by Armide - dans Paris- 2) Bourse
commenter cet article
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 18:30

 

 

 

 Pluies en suspension, rafales de vent visqueuses..C'est novembre en avril à Paris.

 

Tout pourtant était fin prêt pour la fête ou presque...

 

P1070479

Les volets de nos étroites fenêtres sur le monde,  suturés depuis des temps immémoriaux, sont restés clos, pour quelques jours encore, quelques semaines peut-être...


Les vitres, depuis des mois occultées par un voile monochrome,  figé au statique entre blanc et noir, ont été lavées avec ardeur en prévision du Grand Jour qui devrait voir surgir des couleurs vivifiantes,  et libérer des lueurs d'espoir, encore prisonnières.


Mais, le soleil, tapis dans des lieux inaccessibles depuis la saint-Martin, n'a fait que de fugitives apparitions, au gré d'interminables tergiversations entre chantages et révoltes, doutes et détermination, enthouiasme et résignation. Attend-il encore l'assaut final du légendaire trio de glace Saint Pancrace, Saint Mamert, et Saint Gervais, dont le patronage n'est pas souvent favorable,  ces saints que Rabelais  décrivait comme des "Gresleurs, geleurs et gasteurs de bourgeons", ou encore, attend-on à échéance plus lointaine, les prédictions peu fiables et controversées de ... Saint Médard ?

 

Dans l'attente de voir poindre des jours meilleurs

 


P1070483

 

On tente , comme nous y invitait Cocteau, de redécouvir  enfouies au  plus profond de soi, des possibilités oubliées :

 

"TRAVERSER LES MIROIRS !" 


Repost 0
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 18:21

 

La machine est à l' atelier pendant quelques jours...

 

Photo 318

 

Nous restons a proximité... et allons nous offrir une petite cure de repos,  faire le plein de photos, même si nous n'allons pas bien loin.

Soyez sages, nous reviendrons vite!

 

  link

 

 

Repost 0
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 13:59

 

 

 

Profitant du retour annonce de jours moins cléments, allons-nous reprendre  la rue de Menilmontant dans le sens inverse de son inclinaison descendante ...


PP1070371

Renonçant a la difficulté de la gravitation, que nous jugeons, peut-être  aujourd'hui, un peu abrupte, nous empruntons des voies de traverse qui en bordure du chemin montant, apparaissent opportunément au hasard de nos pas,.. Ces rues étroites et tortueuses,  sorties d'un autre âge, et qu'on remarque  a peine, ce dont des chemins fûtes qui permettent de libres allées et venues gorgées de pittoresque entre Menilmontant et Belleville, et qui enlaçant la butte, se dirigent vers le sommet des deux villages

 

P1070367

  Fermement campe sur ses quatre pattes, les oreilles dressées comme des flèches,  Pistol m'exorte a suivre ses pistes. Les balades sont une loterie, me dit il,  elles peuvent  "rapporter gros"...

 

P1070370Encore bien a l'abri des mouvements de la rue de Menilmontant, l'enclos intime d'une maison est protégé  des aleas intempestifs de la ville, par un portail de fer forge, toujours pimpant

P1070374

   A flanc de coteau, on trouve trace d'un passe pas encore très lointain, par ci par la, Maurice Chevalier toujours accoudé au bar de zinc, savoure avec bonne humeur, les plaisirs conviviaux d'une pause café 


" J'suis p't'etre pas connu dans la noblesse

Ni chez les snobards

Quand on veut m'trouver faut qu'on s'adresse

Dans tous les p'tits bars...

On lit mon nom sur toutes les glaces

et sur les arfois'es des bistrots

L'tabac du coin c'est mon palace

Ou l'soir je rtroue les poteaux

Ma pomme

C'est moi....

J'suis plus heureux u'un roi...

 

P1070375

   Passant du coq a l'âne, des traces éparses laissées par le temps se juxtaposent...   La proximite de l'ermitage suppose n'est plus tout a fait le sanctuaire de paix retire qu'on croyait...

 

P1070381

      Même si la rue étroite en forme de boucle ou, a une époque encore proche, le  va et vient  des artisans et ouvriers qui  s'interpellaient a la tombée du jour, s'est disséminé, même si le rythme des entrepôts  a pris un tempo diffèrent, la vie renaît sous d'autres formes.

P1070383

 

L'ancienne petite usine a été reconvertie en studio de création et de représentations musicales ou on découvre les talents de demain.    

 

P1070387

     Tandis qu' en face, le (neo) "gothique" retrouve les faveurs d'un public

P1070388

Fenêtres alignées toutes droites,vulgaire portail de guingois:

l'important n'est-il pas de s'adapter fermement aux circonstances,

et de vivre avec son temps...

 


   

Repost 0
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 10:58

 

P1070356

et il vit que cela était bon.

 

Photo 8898

Mais qui se mêla de décréter des "changements d'heure ?

 

P1070472

Chez nous, nous nous y refusons fermement.

 

P1070426

Je n'ajouterai rien !

 

 

 

 

Repost 0
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 00:00

 

 

 

 

Nous étions "là-haut" rue Saint Fargeau, a proximité immédiate de la rébarbative enceinte qui délimite le "Réservoir".

Les quatre murs de l'imprenable citadelle retiennent, sur le point le plus eleve de Paris, les eaux de la Dhuys, acheminées depuis un village de l'Aisne jusqu'aux portes de Paris, par le canal de l'Ourcq. C'est sous Napoléon III que l'ingénieur Belgrand fut charge de l'ouvrage, l'un des cinq réservoirs qui devaient alimenter la capitale en eau... Il n'est pas difficile d'imaginer l'eau captive dominant Belleville et Menilmontant : les noms des rues alentour évoqueraient son parcours originel, bien avant que les travaux n'en tempèrent les élans vitaux ; de cascades en rigoles, faisait-elle parfois halte sur les coteaux en prenant la forme d'une simple mare... pour reprendre souffle et continuer sa course.

Ce soir, nous descendons de la montagne, mais plus a cheval...

 

P1070336

Depuis la rue Saint Fargeau ou autrefois, un moulin a vent signalait son faite, la rue de Menilmontant qui  amorce sa descente sur des chapeaux de roues interrompt la longue longue rue des Pyrenees avant de terminer sa chute plus loin,  bien plus bas.

 

P1070321

      Sous le solstice de mars, la rue se couvre d'un hale cuivre. La ou Jean Jacques Rousseau. se plaisait a respirer l'air vivifiant de la campagne tout en contemplant Paris,  la rue de Menilmontant qui a perdu depuis, sa double bordure d'arbres, se précipite a la rencontre de la rue d'Oberkampf, incontournable rendez-vous  des noctambules.


P1070338

L'or en fusion  s'adoucit  en se mêlant aux nuances bleutées qu'apporte la soirée, et   bientôt  la nuit s'illuminera de lucioles multicolores. Pour l'instant,  les braises incandescentes des voitures qui descendent de la colline, et viennent s'égrener les unes derrière les autres, évoquent une chenille.


P1070342

Les voies désaffectées de la petite ceinture  rappels discrèts mais toujours vivants de l'ancien chemin de fer, force vive des villages  de la "Petite Ceinture", limitrophes de Paris, au temps ou  Belleville et Menilmontant étaient respectivement desservis par une gare, s'enfouissent dans les herbes folles. 

 


Repost 0

Présentation

  • : Balades avec mon chien
  • Balades avec mon chien
  • : Mes promenades avec Pistol, bouledogue français ; sa vie, ses amis chats, chiens, vaches et chevaux. Balades insolites dans Paris et ses environs. Nos voyages, nos lectures, nos loisirs.
  • Contact

Un éloge !

Nous autres français sommes bien égoïstes. Lorsqu un pays dispose d un blog comme Balades avec mon chien, il devrait le traduire en anglais, italien, espagnol, japonnais, chinois etc... que le reste du monde en profite. D ailleurs, Armide mérite un auditoire bien plus large que 60 millions d internautes (plus quelques belges, suisses, quebecois). En tous cas, j adore Balades avec mon chien et je suis loin d être seule !

       

Rechercher

Récompenses



Archives