Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 19:31

Depuis ce matin, Pistol flaire et s'affaire ...



Est-ce là ?



Ou là ?


Non, ce ne peut être ça ...



Cela ne semble pas faire de bruit !



Est-ce comestible ?


Est-ce rocambolesque et extraordinaire ?


Est-ce chaud ?



Est-ce doux ?


Est-ce liquide ?

Est-ce GROS ?


De quelle couleur ?


Je crois que j'ai trouvé :



C'est extraordinaire
chaud,
doux
et doré





Un grand merci pour cette marque d'amitié
à Cannelle et à Tornade !




: http://mapetitecannelle.over-blog.com
Repost 0
Published by Armide - dans Evénements
commenter cet article
15 avril 2009 3 15 /04 /avril /2009 14:09


Une atmosphère de fêtes, une flambée de couleurs, des coulées vertes ces temps-ci, et quelques envies irrépressibles de découvertes et  d'aventure.


Sans bagage aucun, ni titre de propriété, il n'est pas interdit de déambuler à l'envi dans ces parages


La Gare d'Austerlitz à Paris,construite par l'architecte Pierre-Louis Renaud, était à l'origine, station départ de la "ligne de Chemin de Fer d'Orléans" comme en témoignent ces lettres gravées sur fond rouge. La façade de l'édifice est sobre seulement ornée des blasons des quatre principales villes desservies :

 

 







...et orléans




et de deux statues allégoriques, placées de part et d'autre de l'entrée principale. Elles rendent hommage respectivement à l'Agriculture (symbolisée par la faucille) à gauche, et  l'Industrie (symbolisée par la locomotive à vapeur) à droite.




La Gare d'Austerlitz (en travaux depuis 2000) a échappé aux gigantesques bouleversement  auxquels ont été soumis certaines gares parisiennes (Gare Montparnasse et Gare du Nord, en l'occurrence).

Elle s'est seulement prêtée à un petit maquillage de surface (dont  je ne trouve les effets ni nécessaires, ni très heureux).





Le Métro entre dans "la Cour des Grands"



Le métro, né après la locomotive a du se frayer un chemin


Des aménagements ont été faits pour l'accueillir  au sein de la Gare de Chemin de Fer. L'accession du métro dans la gare se fait par un viaduc (suspendu pour ne pas gêner la navigation fluviale). La décoration du "Viaduc d'Austerlitz" a été confiée à un certain Jean-Camille Formige :



la verrière d'entrée de la ligne 5 du métro est chargée de symboles marins, comme sur le Viaduc d'Austerlitz



Le  hall de la gare, sobre et aéré dans sa solennité



Charpentes métallique des verrières

 

de la dentelle d'acier

 

 

  La Gare d'Austerlitz, agrandie à deux reprises dans la deuxième moitié du XIXè siècle a atteint, pour le moment ses dimensions définitives. Elle n'accueille pas de "Trains Grande Vitesse"

 

 

La façade postérieure de la verrière : une oeuvre d'Art !

 

 

Détail d'un pilier, côté latérale de la verrière

 

 

Un esthétisme qui échappe au voyageur pressé. Le temps m'est donné de rester clouée sur place

 

 

La métro transperce la Gare d'Austerlitz de part en part

 

 

"Ils sont passés par ici..."

 

 

"Ils repasseront par là"...

 

 

la station de métro "Gare d'Austerlitz - ligne 5

 

 

 

 

 

Structures métalliques enchevêtrées :  mariage réussi du métro et du train !

 

 

"Bonjours" anonymes : "J'étais ICI !"

 

 

La Gare d'Austerlitz est la seule gare de Paris en bordure de Seine

Repost 0
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 23:14


Ce jour, lundi treize avril de l'An Deux Mille Neuf à dix-huit heures et trente minutes...
dans le Métro parisien.




Mais...

 



Je rêve ou quoi ?
Repost 0
Published by Armide - dans Metros et bus
commenter cet article
12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 13:48

... des oeufs mitonnés "au petit point" au fils des années.


 


quand nous habitions les Etats-Unis





d'inspiration "mexicaine", celui-ci


d'inspiration "hollandaise", celui-là


des paillettes...

 





Joyeuses Pâques !



Repost 0
Published by Armide - dans Evénements
commenter cet article
11 avril 2009 6 11 /04 /avril /2009 12:17
"Pour ces fêtes un peu spéciales, dont je partage l'esprit, la Maîtresse est allé chercher le soleil : rond, bien jaune, pas trop chaud, juste à douce température, comme je l'aime.

Les filles fleurissent partout. Les échangent s'établissent comme par magie. Les sourires éclosent pour un oui, pour un non.

Je flaire une atmosphère de grande détente dans tous les recoins, et quelques impérieuses odeurs de "bouffe". Les terrasses de restaurants sont saturées. Les touristes affluent. Des Américains en grappes s'exclament sur ma beauté et mon caractère charmant. (je suis le dernier des romantiques). Ils m'entourent, me croquent avec leurs clic-clac photos.

Je passerai à la postérité !

"Joyeuses Fêtes"












Repost 0
11 avril 2009 6 11 /04 /avril /2009 01:14

Certains indices contenus dans mes billets précédent pourraint déjà donner quelques clés de "l'énigme" : "l'barraque à frites",  les briques rouges, ... hummm!
Pourtant il me parait plus parlant et plus direct d'apporter quelques précisions sur la localisation exacte sur un carte de France, de mon cher "pays".

                              °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

"Avesnes-sur-Helpe a donné son nom à la région de l'Avesnois, caractérisée par un paysage vallonné, des bocages, des vergers, des petits villages. L'Avesnois est traversé par l'Helpe Majeure, Avesnes-sur-Helpe également.

En fait, Avesnes-sur-Helpe appartient administrativement à l'Avesnois, géologiquement aux Ardennes, historiquement au Hainaut et paysagèrement à la Thiérache.

La ville se trouve sur la RN 2 (Route nationale 2), axe routier le plus direct entre Paris et Bruxelles. Depuis 30 ans, la population attend sa mise en 2 x 2 voies dans l'Avesnois et la Thiérache.

Avesnes-sur-Helpe se situe à 18 km de Maubeuge, 46 km de Mons (B), 54 km de Valenciennes, 55 km de Charleroi (B), 85 km de Charleville-Mézières, 93 km de Namur (B), 104 km de Lille, 110 km de Bruxelles (B), 115 km de Reims et 214 de Paris. La frontière Belge la plus proche se trouve à 15 km."

(source : Wilkipedia)


                                      
                                    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°° 

Repost 0
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 23:38
Le premier Seigneur d'Avesnes concrétisa sa puissance par l'édification d'une tour au sommet de la ville, bâtie sur de la roche.C'était au XIè siècle
 Les fortifications ont été élargies au XIII, puis au XVè lors de la destruction de la ville par Louis XI..
 Au XVIIè siècle des remparts ont été construits par Vauban.
 Les fortifications ont été construites à l'emplacement des fondations médiévales de premières murailles.





 La promenade dans Avesnes progresse à la faveur des "degrés" et de rues escarpées.



S'amorce la descente de la fameuse "Grimpette" d'Avesnes. Les murs protègent l'intimité du couvent de la congrégation carmélite des Soeurs de Sainte Thérèse



L'arrière du couvent Sainte  Thérèse vu de la "Grimpette"



Regard "indiscret" vers le sommet du mur qui longe le couvent






Echappée verte, à mi chemin de la "Grimpette" avec vue sur ce qui reste du Bastion de la Reine.
 Au XIIIè sècle, les fortifications se sont élargies, englobant la grand place, le plateau et la ville basse ; le ville était alors protégé par des bastions comme celui-ci.


Les hivers rigoureux, les chaussées verglacées rendent les descentes périlleuses.



L'entrée de l'Ecole Jeanne d'Arc que ma mère franchissait tous les matins pour retrouver "Mademoiselle Clémentine", son institutrice.



La rue Cambrésienne bordée d'habitations cossues des années 1880 se jette sur la "Grand Place". On aperçoit d'ici la Collégiale Saint-Nicolas



A gauche, la "Grand Rue" très escarpée et ramifiée de ruelles


Une rue parmi d'autres débouchant sur la "Grand Rue". Ces ruelles étonnent toujours par leur étroitesse excluant de toutes façons toute circulation motorisée. Certaines d'entre elles n'ont place que pour un écoulement unique du "tout à l'égout", au milieu de leur chaussée dont l' inclinaison est très descendante.


En bas de la "Grand Rue", un monument en hommage à Léo Lagrange


Une fresque, en arrière plan du monument illustre ses faits et gestes



"Et au milieu coule une rivière", en l'occurrence, l'Helpe


Parvenus au pied de la ville, on remonte



Le couvent culmine, bien protégé par les remparts.



La montée débouche sur la petite place de l'ancien tribunal. Et voici la porte d'entrée principale du couvent, porte franchie tous les jours par des centaines de collégiens. A deux pas de là...


Nous nous retrouvons sur la "Grand Place"


Il faut encore monter quelques marches pour avoir accès aux commerces, ce qui dans mon âme d'enfant ajoutait encore un aura particulière à la convoitise.


Repost 0
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 00:00

Nous avons gagné Avesnes la veille de la "32ème Foire aux Mouches",  fête traditionnelle du tourisme, de l'artisanat et du commerce.


L'emblème de la Ville d'Avesnes-sur Helpe consiste en bandes rouges et or disposées en diagonales.
Les mouches (on parle parfois aussi d'abeilles) sont venues ultérieurement ceinturer le blason..
Elles proviennent d'une légende selon laquelle la Vierge aurait jeté un essaim de mouches pour protéger la ville d'Avenes (faisant alors partie des territoires de Bourgogne et des Pays Bas) prise d'assaut par l'ennemi français.

Il existe une variante à cette légende : le château fort d'Avesnes  comptait une multitude de ruches ; les abeilles effrayées par les mitrailles de l'attaque française poursuivirent les assaillants et les dispersèrent.

La traditionnelle "Foire des Mouches" chercherait-elle à leur rendre hommage ?
Les abeilles au miel qu'on achète par sachets chez le confiseur ont gardé elles aussi leurs lettres de noblesse.

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:--:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:

Avesnes est fondée au Xè siècle par un certain Widrich le Barbu qui édifie d'abord une tour.
Son fils Thierry, construit un château sur une falaise culminant la ville, dans le but de surveiller les itinéraires entre le Brabant et la Bourgogne (il entame un schéma de fortification qui ne fera que s'accroître à la faveur des successions)

Le seigneurs d'Avesnes sous la tutelle du comte de Hainaut tentent progressivement de clamer leur indépendance.
La toute puissance de la maison d'Avesnes atteint son apogée au XIè siècle  avec Jacques d'Avesnes, compagnon de Richard Coeur de Lion. Il meurt au cours d'une croisade.
Son fils Gauthier meurt à son tour en ne laissant qu'une fille. Commence alors une succession dominée par un jeu de mariage à des princes étrangers.
Le fils cadet de Jacques d'Avesnes épouse Marie de Constatinople, comtesse de Flandre et du Hainaut. A la mort de cette dernière, Avesnes et le bourg voisin de Dompierre se disputent la province du Hainaut.
 Saint-Louis arbitre cette querelle et attribue la province du Hainaut à Avesnes dont les activités artisanales (draps et tannerie) et commerciales prospèrent dès le moyen age.
Avesnes se rattache ensuite à la Bourgogne


-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-



C'est ici, dans la Collégiale Saint-Nicolas, qu'en 1461, Louis XI revêt pour la première fois ses insignes de roi, avant d'être courroné à Reims. Quelques années plus tard, l'église est  très endommagée d'abord par les troupes françaises, sous l'égide du même Louis XI, qui tentent de s'emparer des territoires bourguignons et des Pays-Bas, puis au XVIè siècle, par un incendie. Louise d'Albret fut à l'origine de sa réhabilitation.


Le carillon (composé de 48 cloches, dont "la grosse Charlotte", réplique exacte de la "Charlotte" donnée par Charles Quint et sur laquelle étaient gravés les mots de "Vive Bourgogne") qui signale tous les quart d'heure par un fragment du "Chant de Saint-Nicolas" a bercé mon enfance, comme celle de mes parents.

Le Carillon s'est tu lors de la Révolution. Au cours de la Première guerre mondiale, les Allemands ont bien tenté de  descendre les cloches pour les fondre, mais ont renoncé à s'attaquer à la trop lourde Charlottte.
Lors de la Deuxième guerre Mondiale, le Beffroi fut détruit. La grosse Charlotte ne souffrit que d'une fêlure.


La Grand'Place, quartier général des activités administratives et commerciales. Grand-Mère nous emmenait tous les vendredis au marché et nous avait même autorisées à adopter... un poisson rouge que nous transportâmes, à tour de rôle,  avec mille précautions, dans un sac à demi rempli d'eau (pauvre créature !). Derrière l'église, je n'ai plus retrouvé l'enseigne du pâtissier chez lequel elle s'approvisionnait en brioche, le dimanche.

Ma mère, devenue "parisienne par accident", est restée fidèle à sa belle ville d'Avesnes et ne manque jamais de commander la traditionnelle "queniole" de Noël chez un professionnel des "spécialités avesnoises", tout comme le faisaient déjà nos grands-parents.



L'hôtel de Ville du XVIII è siècle, magistral,  aux balustrades imposantes.



La ville a bénéficié d'une expansion économique sans précédent avec l'avènement de l'industrie du textile au XIXè siècle













Le "Crédit Agricole". l'immeuble cossu illustre la confiance dans la toute puissance de la prospérité liée à l'avènement de l'industrie au XIXè siècle




Le Presbytère





Regard discret sur le jardin...

Repost 0
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 21:51

- Où donc étiez-vous ?

- Nous vous le donnons en mille...




Pistol et moi avons pénétré ce bouquet d'arbres appelé "rotonde" qui abrite un jardin publique où fleurissent les "ducasses" annuelles,

 


 avons retrouvé les douceurs bon enfant d'un pays que nous avons quitté, mais qui ne nous quittera jamais

 

 

 


Nous avons anticipé la venue des musiciens

 


 flairé les traces d'un certain Jessé de Forest

 


aauquel ce monument est dédié.


"A Jessé de Forest

Sa famille

Et ses vaillants compagnons

Du pays wallon

Qui cherchant un nouveau monde

Où ils pourraient en paix

Affirmer leurs croyance et

Pratiquer librement la religion réformée

Ont contribué puissamment

A la fondation de

New-York

La plus grande ville d'Amérique

Où les enfants de

Jesse de Forest-Isaac-Henri-et Rachel

S'établirent en 1637"





Sur la façade de la Sous- Préfecture, une plaque...

 

Repost 0
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 20:19

Où mène ce petit chemin ? Il se termine tout simplement sous ce pont qui n'aboutit pas bien loin.



Grottes, piérailles, escaliers néo baroques : des thèmes architecturaux privlégiés en cette fin du XIX ème siècle
A l'époque, on tombe amoureux des reliques de l'antiquité, on se fascine pour l'exotisme de contrées peu accessibles.






Un numéro quelconque de l'avenue des Nations Unies



Fenêtre donnant sur un paysage onirique



Le flou de l'image n'est pas un cliché raté., mais une reproduction fidèle de l'atmosphère qui baigne le promeneur



Le Palais de Chaillot,  "toutes ailes déployées", perché  derrière un rideaux d'arbres



Un kiosque à journaux désaffecté. Les bancs ne le sont pas encore...




Une allée s'en va mourir au pied du mur de rocaille qui circonvient le jardin, l'autre contourne la pelouse et se jette dans les escaliers qui mènent à la partie basse de l'esplanade

Les jardins à l'anglaise rallongent les promenades. Pourtant, la tour Eiffel n'est jamais bien loin.



Un hommage à Paul Valéry


Quelques mots de Paul Valéry, sur les frontons respectifs de "l'aile de Passy" et de "l'aile de Paris"


Presque parvenue au point de départ, une descente en pente douce, tout peut recommencer, à l'envers.
Repost 0
Published by Armide - dans Paris-16) Passy
commenter cet article

Présentation

  • : Balades avec mon chien
  • Balades avec mon chien
  • : Mes promenades avec Pistol, bouledogue français ; sa vie, ses amis chats, chiens, vaches et chevaux. Balades insolites dans Paris et ses environs. Nos voyages, nos lectures, nos loisirs.
  • Contact

Un éloge !

Nous autres français sommes bien égoïstes. Lorsqu un pays dispose d un blog comme Balades avec mon chien, il devrait le traduire en anglais, italien, espagnol, japonnais, chinois etc... que le reste du monde en profite. D ailleurs, Armide mérite un auditoire bien plus large que 60 millions d internautes (plus quelques belges, suisses, quebecois). En tous cas, j adore Balades avec mon chien et je suis loin d être seule !

       

Rechercher

Récompenses



Archives