Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 08:51

 

    La perspective du  parc ne cesse de bondir  d'un niveau à une esplanade  : Plus bas, une petite rue sans prétention qui porte le nom exotique de Pali Kao descend droit en direction du boulevard  de Belleville.

 

Le dernier bassin,  comme ceux qui le précèdent est encore vide. Il faudra encore attendre quelques jours pour que jaillissent les eaux .

 P1070769

 L'ancienne "grande Rue" de Belleville, d'un côté, la rue de Ménilmontant, de l'autre, sont les deux voies perpendiculaires  qui délimitent les deux anciens villages reliés par des petites rues parralèlles  rue Julien Lacroix, rue Jean Rouye, et d'autres.D'une façon ou de l'autre, nous allons rejoindre  la frontière naturelle des dix-neuf et vingtième arrondissements. Par la rue de Belleville il suffit de quelques pas pour attraper l'une des extrêmités de la très longue rue des Pyrénées qui couronne le quartier.


 

P1070772

La rue Julien Lacroix qui garde  envers et contre tout, un un petit air rustique  est investi par des logements sociaux.Sous le soleil, ils offrent une physionomie moins rébarbative ;  mais nous lui avons préféré le verdoyant passage de Pékin qui suit étroitement la lisière  du parc de Belleville. Le  Passage   se prolonge par l'arri§re et  rappelle, en se prolongeant  la vocation agricole de ce coin gouailleux de Paris : "rue de la Ferme de Savy"


p

P1070771 

On se prend à croire, chemin faisant qu'il mène vraiment à la ferme d'un village

Entrée parc de Belleville

      Les "Savies", premiers habitants de Belleville. dédiaient leur existence   aux cultures maraîchères ; salades, choux , arbres fruitiers grandissaient sagement tandis que le raisin "sans noyaux" se laissait langoureusement dorer par le soleil à flanc de côteaux , 

 

Entrée Parc de Belleville

    Plus loin, au fur et à msure que nous longeons la  Rue de la Ferme de Savy , des épisodes plus tourmentés,  viennent jalonner le paysage au gré des  temps : la mémoire de  la Commune  reste adossée pour toujours au parc qui culmine    la rue Ramponneau, qui porte le nom d'un célèbre cabartier, une rue aux pavés d'origine, qui descend presquà pic jusqu'au  boulevard de Belleville

 

 

 P1070779

      On découvre comme des cadeaux,  de ci-de là quelques carreaux de céramique ornés de guirlandes de fleurs , encore apposés  sur de modestes maisons qui persèment encore la rue paralèlle 

 

         Du rustique passage de Pékin  aux pavés disjoints, à la rue des Pyrénées, la grimpette a été escarpée..  un passage occulte mène comme par erreur à l'entrée d'une  une ancienne cour de métairie devenue tellement discrète, qu'elle passerait facilement inaperçue

P1070780

 

 comme le sont  les silhouettes de passage 

 

P1070789

      Sont-ce les musiciens du restaurant ?

 

P1070787

La cour de l'ancienne métairie n'est plus plus aujourd'hui qu'un cul de sac qui ne permet que d'aller et faire demi tour, mais aussi un  rappel tangible  des origines villageeoises de Belleville


Repost 0
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 22:13

 

 

 

 

 

Entre  ciel et  terre, bien campés à quelques cent-six mètres au-dessus de Paris,  nous occupons un point stratégique

 P1070616

 

      où les nuages deviennent plus accessibles, et l'air plus pur ici que là-bas.


 P1070362-copie-1

 

Sans doute parce qu'on me trouve souvent un petit air de famille avec nos amis extra-terrestres, on a apporté Paris et sa vallée jusqu'à nous.

 


P1070661

 

Emergeant des massifs du parc de Belleville, plantée au sommet de la colline, une maison circulaire d'un blanc étincelant, étrangement couronnée, balaie d'un seul regard  le monde qui se déploie à ses pieds.   

 

P1070623

   

Dans cette étrange maison, où on apprend tout en  s'amusant,  on s'applique à mesurer les effets de la qualité de l'air sur tout ce qui vit à (hommes animaux et végétaux) à Paris. La Maison de l'air  ouvre ses portes à tous pendant la belle saison.

A titre expérimental, la Maison de l'Air de Belleville s'est équipée de mini éoliennes,  qui exhibent leurs corolles, fleurs parmi d'autres fleurs  à Belleville

 

 

 P1070629

 

C'est ici que  le ciel et l'eau se rencontrent et que s'amorce la grande descente des eaux  depuis les grands travaux d'adduction d'eau à Paris par commandés par Napoléon : les eaux  de la Dhuys sont acheminées depuis sa source, dans l'Aine et stockées  dans le réservoir d'eau de Belleville, tout proche, pour alimenter  la capitale.

 

P1070660

          Entre le ciel et la terre ferme, là où l'eau et les nuages se rencontrent, permettant des allers-retours en douceur entre les différents niveaux, plusieurs volées de marches en enfilades se donnent la réplique, de part et d'autre du Grand Bassin.


P1070659

Les escaliers latéraux suivent parfois des tracés insoupçonnés.

Chemin faisant, il arrive que des mannes providentielles s'offrent à nous.

 

 

 

 


Repost 0
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 22:30

 

 

 

 

Qui  pourrait encore imaginer que Belleville était autrefois un village maraîcher,

P1070619

       en partie couverte de bois, et que  la vigne en abondance, se dorait à flanc de côteaux ?

 A mesure que nous prenons de la hauteur, l'histoire des deux villages  se révèle par fragments :  Coincés entre deux tours , dans les replis insoupçonnés d'un chemin, calé dans un passage  dissimulé derrière la grille d'un jardinet...


P1070653 

Jean-Jacqus Rousseau aimait respirer l'air pur de la campagne sur les hauteurs de ces collines, et bénéficier des vertus de la bonne nature . Les sommets de Belleville et de Ménilmontant offraient d'amples panoramas de la capitale toute proche

     P1070669

La mémoire vinicole des villages a été pour notre bonheur, reconstituée dans un coin du   parc de Belleville    

P1070670

En ce premier jour de mai,  la glycine se mêle aux pieds de vigne et se laisse retomber langoureusement en grappes généreuses. Elle embaume...

P1070671

Réconforté par les rayons encore timides d'une éclaircie, un chat ordinaire flaire avec volupté les indices  supposées infaillibles du regain 

P1070673

Promesses souvent tenues comme inébranlablement  acquises 

 

P1070635

La pluie est tombée en abondance au cours des dernières semaines, et les petits coins "oubliés" du parc, révèlent un visage caché, presque rassurant,  de la nature indomptée, chère à l'apotre de l'authenticité sauvage.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 17:19

 

Les jardins de Belleville (le belvédère)  

       La dernière fois que   nous sommes venus ici, tout était prêt à s'assoupir. L'herbe   plus docile que jamais, s'était presque tue, les couleurs automnales jaunes et feu s'affaissaient au bout de leurs supports, avant de se retirer  sous le sol

 

 

 

P1070597

 

Cette fois-ci, lorsque nous avons franchi la petite grille de la rue des Couronnes, un festival d'arômes douces et fraîches nous a enveloppés avec une tendresse  infinie .


P1070602

 

Nous avons repris le même chemin que la dernière fois, parce que, en haut des marche qui nous élèvent progressivement en haut, se déploient d'un seul coup d'oeil,  des possibilités  de balades en tous sens, tous ordonnées autour de l'axe central de l'escalier.


P1070650

      Là où la dernière fois, sous un ciel chargé se profilaient sous la bruine quelques silhouettes furtives, des promeneurs détendus se dispersent maintenant  parmi les fleurs.


P1070606 

Nous émergeons progressivement à raz de sol sans pouvoir encore identifier avec précision quelles sont les créatures parées de rose et de bleu qui telles un corps de ballet  évoluent sous nos yeux incrédules :  douces et arrondies  comme des coeurs, légères comme des ballons, prêts à s'échapper sur fond mélodique  de clochettes vers un ciel qui jouit enfin d'une  trêve des averses, en ce premier jour de mai.


P1070657

      Les danseuses se multiplient presque indéfiniment puis  se dispersent dans l'arrière plan, dans l' ordre, avec  grâce et méthode suivant des techniques méticuleusement  étudiées et mises au point pour créer l'illusion d'allier le policé, à la fantaisie plus débridée du naturel.

 

P1070615

"Va-t-on porter la vallée dans la ville"

ou  d'ici, prolonger la campagne  ?


P1070616

C'est d'ici même que dès les prochains jours vont surgir les eaux  qui  traversrseront de bassin en bassin, le parc de part et part, formant une gigantesque cascade.

 

P1070610

des eaux qui donnent le départ du "parcours d'eau" de Belleville .


Repost 0
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 13:59

 

 

 

Profitant du retour annonce de jours moins cléments, allons-nous reprendre  la rue de Menilmontant dans le sens inverse de son inclinaison descendante ...


PP1070371

Renonçant a la difficulté de la gravitation, que nous jugeons, peut-être  aujourd'hui, un peu abrupte, nous empruntons des voies de traverse qui en bordure du chemin montant, apparaissent opportunément au hasard de nos pas,.. Ces rues étroites et tortueuses,  sorties d'un autre âge, et qu'on remarque  a peine, ce dont des chemins fûtes qui permettent de libres allées et venues gorgées de pittoresque entre Menilmontant et Belleville, et qui enlaçant la butte, se dirigent vers le sommet des deux villages

 

P1070367

  Fermement campe sur ses quatre pattes, les oreilles dressées comme des flèches,  Pistol m'exorte a suivre ses pistes. Les balades sont une loterie, me dit il,  elles peuvent  "rapporter gros"...

 

P1070370Encore bien a l'abri des mouvements de la rue de Menilmontant, l'enclos intime d'une maison est protégé  des aleas intempestifs de la ville, par un portail de fer forge, toujours pimpant

P1070374

   A flanc de coteau, on trouve trace d'un passe pas encore très lointain, par ci par la, Maurice Chevalier toujours accoudé au bar de zinc, savoure avec bonne humeur, les plaisirs conviviaux d'une pause café 


" J'suis p't'etre pas connu dans la noblesse

Ni chez les snobards

Quand on veut m'trouver faut qu'on s'adresse

Dans tous les p'tits bars...

On lit mon nom sur toutes les glaces

et sur les arfois'es des bistrots

L'tabac du coin c'est mon palace

Ou l'soir je rtroue les poteaux

Ma pomme

C'est moi....

J'suis plus heureux u'un roi...

 

P1070375

   Passant du coq a l'âne, des traces éparses laissées par le temps se juxtaposent...   La proximite de l'ermitage suppose n'est plus tout a fait le sanctuaire de paix retire qu'on croyait...

 

P1070381

      Même si la rue étroite en forme de boucle ou, a une époque encore proche, le  va et vient  des artisans et ouvriers qui  s'interpellaient a la tombée du jour, s'est disséminé, même si le rythme des entrepôts  a pris un tempo diffèrent, la vie renaît sous d'autres formes.

P1070383

 

L'ancienne petite usine a été reconvertie en studio de création et de représentations musicales ou on découvre les talents de demain.    

 

P1070387

     Tandis qu' en face, le (neo) "gothique" retrouve les faveurs d'un public

P1070388

Fenêtres alignées toutes droites,vulgaire portail de guingois:

l'important n'est-il pas de s'adapter fermement aux circonstances,

et de vivre avec son temps...

 


   

Repost 0
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 00:00

 

 

 

 

Nous étions "là-haut" rue Saint Fargeau, a proximité immédiate de la rébarbative enceinte qui délimite le "Réservoir".

Les quatre murs de l'imprenable citadelle retiennent, sur le point le plus eleve de Paris, les eaux de la Dhuys, acheminées depuis un village de l'Aisne jusqu'aux portes de Paris, par le canal de l'Ourcq. C'est sous Napoléon III que l'ingénieur Belgrand fut charge de l'ouvrage, l'un des cinq réservoirs qui devaient alimenter la capitale en eau... Il n'est pas difficile d'imaginer l'eau captive dominant Belleville et Menilmontant : les noms des rues alentour évoqueraient son parcours originel, bien avant que les travaux n'en tempèrent les élans vitaux ; de cascades en rigoles, faisait-elle parfois halte sur les coteaux en prenant la forme d'une simple mare... pour reprendre souffle et continuer sa course.

Ce soir, nous descendons de la montagne, mais plus a cheval...

 

P1070336

Depuis la rue Saint Fargeau ou autrefois, un moulin a vent signalait son faite, la rue de Menilmontant qui  amorce sa descente sur des chapeaux de roues interrompt la longue longue rue des Pyrenees avant de terminer sa chute plus loin,  bien plus bas.

 

P1070321

      Sous le solstice de mars, la rue se couvre d'un hale cuivre. La ou Jean Jacques Rousseau. se plaisait a respirer l'air vivifiant de la campagne tout en contemplant Paris,  la rue de Menilmontant qui a perdu depuis, sa double bordure d'arbres, se précipite a la rencontre de la rue d'Oberkampf, incontournable rendez-vous  des noctambules.


P1070338

L'or en fusion  s'adoucit  en se mêlant aux nuances bleutées qu'apporte la soirée, et   bientôt  la nuit s'illuminera de lucioles multicolores. Pour l'instant,  les braises incandescentes des voitures qui descendent de la colline, et viennent s'égrener les unes derrière les autres, évoquent une chenille.


P1070342

Les voies désaffectées de la petite ceinture  rappels discrèts mais toujours vivants de l'ancien chemin de fer, force vive des villages  de la "Petite Ceinture", limitrophes de Paris, au temps ou  Belleville et Menilmontant étaient respectivement desservis par une gare, s'enfouissent dans les herbes folles. 

 


Repost 0
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 01:22

 

 

  Nous avons fait un petit tour de pâte de maison, afin de digérer "la pâté-maison" un peu lourde aujourd'hui

 

Cite de l'Ermitage, Paris XX

Par hasard, nous nous sommes introduits dans l'une des voies privées, qui s'accrochent aux voies de circulation des collines de Belleville et de Menilmontant et relient indissociablement les deux villages. Ces passages laisses en l'état restent généreusement ouverte aux 'hommes de bonne volonté". Cite de l"Ermitage, enclave discrète de la rue de l'Ermitage juste a cote, elle-même une courbe, bordée de passages aux herbes folles, de courettes et d'entrepôts toujours studieux, même si leur affectation a au fil des décennies a change.

 

 

P1070327

 

Cite de l'Ermitage... Paves multicolores et perspective en zigzag sans destination précise, une maison blanche, solitaire retiree, peut être une maison de maître, puis un décrochement que ne signale qu'une grille de fer forge rouillée, fermée a double tour, dont le laconisme déconcerte un instant seulement.

 

P1070329

Maison fermée pour une période indéterminée,

 

P1070328

Les bulldozers briseurs de rêve sont annonces, et les associations de sauvegarde de voisinage poussent les hauts cris, on murmure un projet d'édification d'une "maison climatique" ... Affaire a suivre.

 

 

P1070331

Cite de l'Ermitage ... une  ruelle modeste doucement inclinée, accrochée a la butte comme le lierre qui prive de son point d'attache, se laisserait mourir, une petite rue de pas grand chose qui se contente de tellement peu et comble l'homme contemporain d'attraits les plus précieux dont on puisse  rêver  une maison un jardinet, quelques touffes d'herbe, le calme.

Le chemin se rétrécit et tout au bout. l'impasse secrète parvient avec peine a accommoder une poubelle

 

 

P1070334

 Maison de campagne  dépossédée de ses patrons, ermitage oublie...

Le soir venant, on attendrait en vain le retour de l'allumeur de réverbères.

 

 

 

 

 

Repost 0
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 00:00

 

 

Nous n'allions pas traverser les Buttes-Chaumont de fond en comble, ni prolonger la balade vers le bassin de la Villette, alors nous sommes revenus sur nos pas...pattes et avons repris la direction de Belleville.    

 

Entrée parc de Belleville

      Il nous a suffi de nous laisser aller au fil des petites rues pavées pour rejoindre Menilmontant, en son temps  hameau de Belleville. D'une cime a l'autre, nous nous sentons d'humeur ludique alors que nous longeons un portail engageant qui laisse passer entre ses barreaux quelques attraits caches du tout nouveau parc de Belleville :  murs qui supportent la butte verdoyante, escaliers qui rendent accessible une montagne de découvertes, d'espaces inattendus, de retraites secretes. 

Lieux dits, rues étroites en zigzags dont les noms rappellent sans équivoque l'origine agricole de Belleville et de Menilmontant, "montagnes russes" ou on retrouve encore ici une mare, la une une cascade, ici une rigole, la une ferme...

 

Rue Ramponeau, Paris

      Le hasard, mais n'est ce vraiment que cela, nous mène rue Ramponeau, encore entièrement pavée et dont l'inclinaison révèle en son sommet un mur éloquent.

 

Monument commémoratif des Communards

 Sur le mur qui sépare la rue de la ferme de Savy du parc de Belleville, un bas relief raconte la confiance et l'amour idyllique de l'enfant presume naturellement bon, et de la"mère nature". 


Entrée Parc de Belleville

      Au-dessous, sobre et solennelle, une plaque vient d'être scellée 

 

Plaque commémorative des Communards

               elle rend hommage, en lettres d'or a des héros, a l'occasion du bi-centenaire de la Commune.    

 

Ancienne boulangerie, rue des Couronnes, Paris

      Plus bas, a quelques mètres de la, nous contournons un bouquet d'immeubles bien entretenus, rescapés des bombardements, mais aussi des projets d'urbanisme qui ont bouleverse des pans entiers du paysage ouvrier de Belleville et de Menilmontant : la section de la rue des Couronnes qui gravite au pied du parc de Belleville, a été ensevelie sous les tours de béton...Ne restent que deux anciennes boutiques en vis a vis, vestiges d'un passe encore proche,  qui font désormais figures de reliques.

 

Bar Floréal - Rideau métallique

      L'ancienne boulangerie a été transformée en galerie d'art, et le bar du coin a été appelé a d'autres fonctions. "Frou-frou". "le P'tit vin blanc", ce n'est plus ici... des gens tres pauvres, mais tres heureux ont vécu des petits bonheurs et des drames : artisans et commerçants juifs disparurent par milliers vers des destinations inconnues ; certains en revinrent et tentèrent de regagner leurs pénates. N'étaient-ils pas tous morts, se prenait on a penser ...

 

 

 

N° 43 rue des Couronnes, Paris

      Les enseignes ont valse ; a-t-on vraiment fait table rase du passe ? La portion de la  rue des Couronnes soumise au béton s'étire mollement sur le coteau avant de regagner, a la faveur des vertes retombées du parc une physionomie plus enjouée.   On éprouve parfois dans l'uniformité du paysage, quelques difficultés a trouver des repères ; il nous semble marcher indéfiniment tout en éprouvant la désespérante impression de ne pas progresser. Et puis soudain, il suffit d'une touche de couleur vive pour qu'apparaisse un élément, peut être un indice.

Plaque immeuble rue des Couronnes - Paris

      Au numéro 43 de la rue des Couronnes vivait un certain Jacques Kipman, enfant de Belleville tombe dans une embuscade. 

Pistol rue des Couronnes

Un boucher rue de la Mare, un cordonnier plus loin, l'usine familiale de la rue des Couronnes d'où s'échappaient le soir tombant des ouvriers qui sifflaient, une voiturette des quatre saisons regorgeant de fruits et de légumes, et les appels "Qui veut mes salades ?..."


Et maintenant, le silence...

 

 

 


Repost 0
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 19:12

 

L'hiver baisse les armes, et le soleil qui parvient de temps a autre a se frayer un passage a travers l' épaisse grisaille qui depuis des mois décapite la cime des immeubles, parvient peu a peu a donner forme a des nuages peu délimités dont il dessine les contours de feu, tandis que des flaques de pluie résiduelles rehaussent les contrastes éclatants d'argent et de bleu.

 

19 novembre 2011 025

      Pistol s'est senti d'humeur printanière et quelques répétitions dans le périmètre sécurise du pâté de maison ont suffit a lui infuser un regain énergie suffisant pour saluer les allées encore  en demi sommeil d'une nature qui ne s'endort jamais tout a fait aux Buttes-Chaumont

 

19 novembre 2011 020

      Nous avons suivi le trace de la rue de la Marre interrompue par les voies, désormais libres de tout contrainte, qui portaient autrefois les rames de la Petite Ceinture. Le chemin de fer est  enjambe avec les précautions d'usage, par un pont métallique en dos d'âne, peint en blanc...

A peine parvenus dans les allées ondulées du parc des Buttes-Chaumont, l'un des rares endroits ou les chiens  soient encore tolérés, nous nous approchons avec l' enthousiasme d'un enfant qui découvre un mécano, d'une structure métallique qui souligne toujours, le trace de la même  petite ceinture. Nous nous engageons avec plaisir sous les arcs et treillis bleutes qui se marient et s'intègrent parfaitement au paysage.

 

Industrialisation nouvelle, besoin d'espace, Napoléon III  exprime son souhait d'oxygéner Paris et ordonne la mise en valeur et la création d'espaces verts. Sous la conduite de l'ingénieur Alphand, les Bois de Boulogne et de Vincennes sont réaménagés. Il en est de même en ce qui concerne les terres infertiles des buttes Chaumont, anciennes carrières de gypse en voie d'abandon, qui servaient de refuges aux délinquants, et dont la triste réputation était indissociablement liée a l'existence d'un gibet jusqu'a la veille de la Révolution


19 novembre 2011 022

      Les allées révèlent a la faveur de leurs boucles des indices, qui entretiennent  la curiosité du promeneur.

Fils de meunier, Clovis Hugues fit ses études de sciences humaines a Saint Didier dans le Vaucluse, ou il se découvrit une vocation littéraire... Il s'engagea bientôt dans le mouvement insurrectionnel des Communards de Marseille, en mars 1871 et résista aux Versaillais de Thiers jusqu'en avril ou les Communards se heurtèrent a la répression versaillaise, sur le site de  notre Dame de la Garde, dit 'La Bonne Mère".

Clovis Hugues fut acquitte peu après par la Cour d'Assises d'Aix en Provence, et devi\nt en 1881 le premier député, représentant du parti ouvrier. Il se maria a Jeanne Royannez, sculpteur, et elle même fille d'un ancien "Quarante-huitard". Le couple monta a Paris, s'installa a Monmartre, a l'angle de la rue Norvins et de la rue Girardon, ou il se lia d'amitié avec RenoirClovis Hugues, élu député de Paris y termina ses jours, non sans s'être oppose aux expropriations des familles modestes, victimes de l'édification du Sacre Coeur.

Des bustes le représentant édifiés par son épouse rendent hommage a sa mémoire, en plusieurs endroits, dont le Parc de Sceaux et les Buttes-Chaumont, mais aussi a Emrbuns ou il repose.



19 novembre 2011 026

      Plus loin, s'ouvre un décor bucolique qu'on dirait peint par petites touches en demi-teintes, et dans l'arrière plan, la vie rappelle qu'elle n'est pas un leurre


19 novembre 2011 027

      La balade nous transporte selon un rythme qui semble couler de source, et les pas nous paraissent légers, alors que s'annonce au milieu du lac, la silhouette engageante d'un pont suspendu qui mène de la rive au belvédère lequel coiffe le parc de 25 hectares, minaret de populations d'oiseaux d'appartenances diverses.

19 novembre 2011 029

      Le pont, un moment interdit pour cause de rénovations, est maintenant accessible. Les sous-sols de gypse donnaient des signes d'éboulements qui fissuraient la chaussée, provoquant des ruptures de canalisation. On a securise les sols, on va veiller au D'autres travaux sont envisages en 2013. Pour le moment nous nous engouffrons avec un plaisir retrouve, aspire par un tapis de planches qui commence entre deux monticules de rochers artificiels. suspendu a hauteur peu levée  entre terre et ciel a rouvert

19 novembre 2011 031

      Pistol qui vient de terminer une partie prolongee d'attaques et d'esquives ludiaues (sans intention maligne aucune) avec des congneres que le hasard de la promenade  lui a permi de rencontrer, prend un peu de repos. Les mouvements perceptibles du tablier du pont, que le vent leger agite comme une balancelle ne suscite en lui aucune inquietude. Il contemple avec serenite l'eau qui en contrebas s'ecoule etrangement  calme et silencieuse

19 novembre 2011 032

      Le pont semble un radeau qui glisse imperceptiblement sur les eaux clementes ou s'inscrit la serenite et l'espoir d'une nature convalescente

19 novembre 2011 034

      Les oiseaux arrivent par milier reprendre leurs quartiers de printemps  et elisent domocile ici et la. Les bourgeons encore minusule et fermes comme des poings n'apparaissent que sous l'oeil du promeneur attentif

19 novembre 2011 035

      Le belvedere offre dans l'intervale de ses pilier neo romain  un panorama de Paris qui recompense  genereusement une monte par des sentiers plus escarpes ou des rampes de fausses branches autant de coquetteries cheres aus jardins a l'anglaise ou on se plaisit a se perdre pour mieux se retrouver, a se tromper pour se laisser tansporter par l'imagination dans un ailleurs tout proche. 


19 novembre 2011 036

    Il faut bien que  Les limites de la fantaisie soient circonscrites. L'ordre et la loi sont embusques  derrière les grilles, Voici la mairie du XIX et le commissariat de police est tout proche

 

19 novembre 2011 037

Le crépuscule s'annonce,et les aiguilles qui trottent imperceptiblement sur le cadran de l'horloge de la fondation Rotschild  sont la pour le confirmer et nous pousser doucement hors des grilles. 

Le parc va bientôt reprendre  de nouveau ses horaires  d'été qui favoriseront les plaisirs de pique-niques entre amis, et les soirées ou des musiciens anonymes s'installeront au détour des chemins et nous offriront, sans rien attendre en retour, le déchaînement primesautier de leurs rythmes ou l'émotion de leurs mélodies.

 

 

Repost 0
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 12:42

 

 

 

 

 

1

Allons enfants de la Courtille,

Le jour de boire est arrive.

C'est pour nous que le boudin grille,

C'est pour nous qu'on l'a conserve (bis)

Ne vois-tu pas dans la cuisine

Rôtir des dindons de gigots !

Ma foi, nous serions bien nigauds

Si nous leur faisions triste mine.

 

REFRAIN

A table, Citoyens,

Videz tous vos flacons,

Buvez, mangez, qu'un vin bien pur

Humecter vos poumons.

P1070319       

2

Décoiffons chacun sept bouteilles,

Et ne laissons rien sur les plats.

D'amour faisons les sept merveilles,

Au milieu des plus doux ébats (bis)

Pour nous Français, ah quel outrage

S'il fallait rester en chemin

Que Bacchus par son jus divin

Eleve encore notre courage.

 

3

Tremblez lapins, tremblez volailles,

Ou bien prenez en votre parti !

Ne tremblez que dans nos entrailles

Pour apaiser notre appétit (bis)

Tout est d'accord pour nous détruire

Chasseurs et gloutons tour a tour

Peut-être viendra-t-il un jour

Ou c'est vous qui nous ferez cuire.

 P1070318

4

Quoi, des cuisines étrangères

Viendront gâter le goût français !

Leurs sauces fades ou légères

Auraient le veto sur nos mets (bis)

Dans nos festins, quelle déroute !

Combien nous aurions a souffrir

Nous ne pourrons plus nous nourrir

Que de fromage ou de choucroute.

 

5

Amis, dans nos projets bachiques,

Sachez ne pas trop vous presser,

Epargnez ces poulets étiques,

Laissez les du moins s'engrosser (bis)

Mais ces chapons d'aristocrates

Chanoines de la basse-Cour,

Qu'ils nous engraissent a leur tour

Et n'en laissons rien que les pattes.

 

6

Amour sacre de la bombance,

Vient élargir notre estomac

Quand on pense a panser sa panse

Faut-il consulter l'almanach (bis)

Du plaisir de manger et boire

Nous te devons l'invention ;

sauve-nous de l'indigestion

Pour que rien ne manque a ta gloire.

 P1070340

 

 

Le nom des auteurs présumés de cet hymne en hommage a la cuisine française qui porte également le nom du Retour du Soldat, écrit en 1792, est controverse. On l'attribue souvent a Michel-Jean Sedaine homme de théâtre.

La Marseillaise a pris différentes visage au fil des événements

 

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Balades avec mon chien
  • Balades avec mon chien
  • : Mes promenades avec Pistol, bouledogue français ; sa vie, ses amis chats, chiens, vaches et chevaux. Balades insolites dans Paris et ses environs. Nos voyages, nos lectures, nos loisirs.
  • Contact

Un éloge !

Nous autres français sommes bien égoïstes. Lorsqu un pays dispose d un blog comme Balades avec mon chien, il devrait le traduire en anglais, italien, espagnol, japonnais, chinois etc... que le reste du monde en profite. D ailleurs, Armide mérite un auditoire bien plus large que 60 millions d internautes (plus quelques belges, suisses, quebecois). En tous cas, j adore Balades avec mon chien et je suis loin d être seule !

       

Rechercher

Récompenses



Archives