Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 15:16

 

 

 

 

 

 

Il parait que le ciel est "si bas qu'un canard s'est perdu".

 

 

P1080210
Nous guettons d'un oeil attentif les éclaircies. Nous devons rencontrer quelqu'un de très spécial...

 

 

P1080228

 

J'aimerais bien lui cueillir des fleurs....un beau bouquet de saison. Mais les chrysanthèmes couleurs feux sont, à proprement parler, inaccessibles.

 

P1080038

 

Derrière les vitrines, il n'y a pas de côtelette...

 

 P1080234

 

Notre amie Balladine   link    doit apparaître d'un moment à l'autre, par la  porte rouge de la gare SNCF.

La Petite Ceinture, retirée de la  vie active il y a un trentaine d'années, a été  ensevelie, là, sous un sentier de nature, ici, sous le bitume d'un parking. La ligne C du RER circule sur des voies toutes tracées par "l'ancêtre", et "La Gare Henri Martin" remplit ainsi toujours ses fonctions.

 


P1080235

 

couplées à des services annexes. 

Les buffets de gare qui ont de nos jours plutôt triste réputation reprennent parfois leur "lustre" originel.

 

 

P1080226

      Lustres, nappes blanches, caves sélectionnées avec soin, décors tamisés...L'heure est à la pause café. Les hôtes ont bien voulu m'acceillir parmi les convives. Ma maîtresse et son amie s'attablent tandis qu'entre les deux, je prends place

 

P1080214

 

Une nappe toute blanche, et rien dessus....

 

P1080221

Le menu...en express,  s'il vous plaît JE suis pressé...    

 

P1080213

Pas comestible !

 

P1080222

      La conversation bat son plein : pas de côtelette, mais du chocolat (un poison pour les chiens). Malgré les papouilles et une nuée d'admirateurs subjugués par ma voix de ténor, rien  ne parviendra pas à modérer mon courroux

 

P1080224

Je flaire que des trains circulaient  en-dessous autrefois...alors, on roule !

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Armide - dans Paris-16) Passy
commenter cet article
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 01:38

 

 

 

 

 

 

Nous avons longé quelques rues en volutes bordées d'immeubles dont les styles marquaient différentes époques, depuis l'âge de pierre de taille signés Haussmann, l'âge des fioritures 1880, pavillons urbains...


P1080062.JPG

 

avant de déboucher devant "La Gare" de la petite ceinture, nommée en son temps "La Muette-Gare de Passy" et transformée, depuis sa désaffection, en un restaurant. Le bâtiment cache un joli jardin aménagé en terrasse donnant sur le jardin du Ranelagh, très agréable lors de la "belle saison".

 

 

 

P1080064

 

      Nous voudrions connaître les tenants et les aboutissements de la Chaussée de la Muette, et tenter de pénétrer davantage les communs des isbas plantées et garées derrière des grilles qui ne laissent aujourd'hui plus s'immiscer le moindre regard inopportun. Les portes en ce matin frileux d'automne sont restées résolument closes

 

P1080065

 

      Ces demeures transplantées de Russie à Paris à l'occasion de l'Exposition universelle de 1867, puis revendues par les exposants,  portant autrefois revêtement en rondin couleur chocolat, ont été récemment repeintes couleur pastel. Fastueuses et cossues, elles témoignent, selon toute vraisemblance, de leur appartenance aux temps des Tsars

 

P1080066

 

Elégantes et luxueuses, par rapport aux isbas plus contemporaines sans doute qui figuraient sur les paysages que je contemplais à-travers les vitres du Transsibérien : isbas de rondins couleur grise, ornées parfois de volets vert,,certaines d'entre elle faisant un effort de coquetterie,  habitations modestes, entourées d'un cloaque de boues de neiges fondues, dans une cour où,  à proximité d'un feu, séchait du linge sur des cordes.

 

 

P1080068

      Boulevard Beauséjour à Paris : Pistol a cherché vainement une baguette de pain échouée sur le sol, mais n'a pas même trouvé un croûton pour satisfaire sa gourmandise. Mais derrière la palissade s'étire une allée plantée d'arbres qui jouxte le Jardin du Ranelagh.

 

P1080073

 

Par une petite porte restée ouverte, nous nous sommes infiltrés. Depuis "La Gare", l'allée couvre les anciennes voies de l'ancienne "Ligne d'Auteuil" qui reliait Le Pont Cardinet à Boulogne. Chargés par Haussmann de moderniser Paris, les Frères Péreire imaginent l'intégration du chemin de fer dans la ville.

 800px-Ligne d'Auteuil 3

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Ligne_d%27Auteuil_3.jpg

 

Depuis lors, la nature a vite repris ses droits : végétaux et animaux sauvages s'y développent et s'y épanouissent. La Mairie de Paris a pris à coeur de protéger la bioadversité.

 


P1080074

Toutefois, à-travers le rideau de chlorophylle, la civilisation reste proche. 

En chemin, nous croisons un griffon et son maître ; ils reviennent de la Porte d'Auteuil. L'homme m'annonce, satisfait, qu'ils n'ont encore croisé personne. Ils sont heureux et baignent dans la sérénité...

 

P1080078

 

      Nous venons de regagner le Boulevard Beauséjour, bien nommé si l'on en juge par le caractère encore champêtre de l'ancien village de Passy, malgré les remaniements du Baron Haussmann. Un immeuble 1880, orné à l'extrême forme le coin du boulevard, et d'une rue qui porte le nom de Ranelagh : porte cochère ornée d'une frise, colonnades et corniches pour arrondir les angles : nous restons figés sur place, subjugués.

 

 

 

 

P1080080

 

Une caractéristique du seizième arrondissement tient à la persistance des anciennes plaques de rues blanc et or.

P1080083

 

      Et juste en face...la plus petite cordonnerie qu'il m'a jamais été donnée de voir, semble malheureusement avoir été fermée depuis longtemps.

 

P1080075

 

Je ne sais quand nous parviendrons Porte d'Auteuil : peu nous importe.

 

 

 

Repost 0
Published by Armide - dans Paris-16) Passy
commenter cet article
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 00:54

 

 

Le parc de la Muette, c'est une pelouse triangulaire de plus six hectares, qui occupe les alentours immédiats de l'ancien rendez-vous de chasse. "La Pelouse" est entourée d'arbres, frênes, hêtres et marronniers notamment,  qui atteignent parfois des âges vénérables

 

 

 

P1080011P1080012

 

Doux tapis où tous les représentants de mon espèce  sont autorisés à poser leur fondement et à socialiser, à condition d'observer les usages (ne  laisser aucune trace derrière soi, observer une grande discrétion, ne pas chercher querelle) 

Je guette la venue des amis. Le ciel est bas...Tardent-ils seulement ? je l'espère.

 

 

 

P1080036

 

      La "Pelouse", c'est un peu le paradis terrestre, sérénité, douceur des camaïeux, le temps s'arrête pour l'éternité.

P1080037

 

1860 : Alors que le village de Passy vient d'être annexé à Paris, et les terrains redistribués et réaménagés,  un français admiratif des bals que donne outre Manche un certain Lord Ranelagh, grand amateur de musique qui en 1750,organisait des concerts dans sa propriété de Chelsea,  s'en inspire : à son tour,  il fait construire une rotonde (aujourd'hui disparue), et organise un bal qui porte le nom de Ranelagh

 

 

 

P1080027

 1860 : le bal est terminé : Le baron Haussmann crée ce parc   de six hectares   où s'ébattent de concert petits et grands.

Dans les allées ombragées on prend plaisir à croiser des silhouettes qu'on apprend petit à petit à identifier puis progressivement à reconnaître, et à succomber au charme à la faveur de quelques  fortuites rencontres.

 

 

P1080028P1080029

 

      Un pêcheur ramène la tête d'Orphée (jeté par les Bacchantes jalouses de son attachement pour Eurydice, dans le fleuve Euros au large de l'île de Lesbos, terre de la poésie) dans ses filets....

Le corps de marbre se meut ce qui de prime abord, ne nous parait pas concevable, et la scène semble se mettre à esquisser une valse lente, à mesure que nous nous approchons du socle. On dit que des chants s'échappent toujours de la tombe d'Orphée

(Louis Eugène Longepied - 1883)

 P1080021

 

      Les arbres ornés de feuilles de dentelle semblent suivre le mouvement en se détachant du ciel, et leurs fruits se détachent et se laissent choir lourdement sur le sol détrempé.

P1080022

P1080024

      Elégance végétale à l'approche du dénument qui préparera une renaissance.

 

P1080035

        Pour le moment, les pourpres entourent un socle vacant qui  met davantage encore en valeur leur magnificence.

 Parc de la Muette-Paris- Victor Hugo ouLa Vision du Poete-Haut relief Georges Bareau

 

1902 : La Ville de Paris qui entend fêter dignement le centième anniversaire de Victor Hugo, et passe commande au sculpteur George Bareau. Celui-ci  érige  un haut relief de marbre dédié au poëte, mais la création est bientôt reléguée aux oubliettes. En 1985, on lui concède un emplacement à même le sol, adossée aux grilles de l'l'OCDE, à l'endroit où le  chemin Pilatre de Rosier rejoint la partie ombragée de la Place de Colombie.

 

 

 

Parc de la Muette - rencontres canines sur la pelouse

 

      Entre temps, les amis sont revenus...

 

 Fontaine Wallace-Parc de la Muette-Paris


et la présence d'une fontaine Wallace répond justement aux nécessités d'hydratation de tout un chacun.

 

 

 

 



Repost 0
Published by Armide - dans Paris-16) Passy
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 22:53

 

 

 

 

 

 

Le  jardin du Ranelagh, paradis des enfants, prolonge le parc de la Muette (qui jouxte l'ancien château de la Muette, devenu siège de l'OCDE) ,  autrefois célèbre par sa salle de bals inspirée de la rotonde des jardins de Chelsea par Lord Ranelagh 

 P1080001

mène à une gare, où aucun train ne paraît plus



P1070982

 

      Nous nous contentons de contourner l'ancienne gare de la Muette aujourd'hui affectée à la restauration, et marquons une pause respectueuse à l'entrée d'un boulevard baigné de chlorophylle et d'un silence désuet. 


P1070981

 

3,4, 6 bd Beauséjour : une isba, deux chaumières et un relais poste russes authentiques nichées au sein d'une "villa"  qui porte le numéro 7


P1070990

 

 dans le voisinage immédiat très spécial d'immeubles au charme envoûtant.


P1070992

 

Alignements de ferronneries bleutés,  fenêtres s'ouvrant sur  le domaine de Beauséjour reconstitué...qui recouvre aujourd'hui les anciennes voies de la petite ceinture d'Auteuil.


P1070979

 

Le jour  prometteur d'éclaircies nous a gratifie d'un Etat de grâce en fixant au-dessus de nos têtes, un carré d'azur.

On se croirait presque revenus à l'insouciance des petits jeux estivaux. 


P1070987

 

Les isbas avaient été achetées et transportées de Russie pour l'exposition universelle de 1867. Alphonse Lasnier, entrepreneur et propriétaire d'un terrain situé Chaussée de la Muette  les racheta en 1872 aux anciens exposants qui renâclait à les rapatrier. Plutôt que de laisser leurs anciens propriétaires les détruire, il  les installa à l'ombre des arbres du domaine de Beauséjour, démantelé à l'occasion de l'annexion des anciens villages à Paris, et qui abrita des personnages illustres et divers, comme le Père-Lachaise, Madame de Récamier, ou Chateaubriand.


P1070985

 

      Il nous faudra revenir faire le guet et attendre que les grilles du n° 7, délimitées par deux vasques s'entrouvrent.


P1070986

 

      Car ces habitations de bois, fraîchement repeintes de couleurs pastel, sont classées "monuments historiques" et bel et bien habitées. 


 P1070993

 

Les n°11 et 11 bis m'ont séduite par leur charme discret un peu provincial et leur élégance 


P1070991

 

      Mais Pistol file comme une flèche  en  direction du parc où l'appellent de délicats fumets

P1070997

 

Deux belles baguettes de pain traînent à même le trottoir


P1070996

 

Lui étaient-elles destinées ?


P1070989

 

Le baromètre semble virer du sourire à la grimace


P1070976

 

L'automne est arrivé pour de bon.

 

 

 

Repost 0
Published by Armide - dans Paris-16) Passy
commenter cet article
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 01:32

 

 

 

 

Nous reprenons doucement nos balades, et avons retrouvé le jardin du Ranelagh dans le seizième arrondissement de Paris, un lieu qui ne nous est pas étranger.

Le Jardin du Ranelagh

 

Jardin du Ranelagh, OCDE- Paris

L'ancien château de la Muette depuis des années encerclé d'une palissade continue, a enfin tombé le masque, et semble s'étirer langoureusement au soleil couchant, lequel illumine avec éclat l'étendue du domaine : le nouveau  s'est efforcé de s'intégrer à l'ancien. 

 

Pistol au jardin du Ranelagh - Paris

Cet ancien rendez-vous de chasse, acquis par Charles IX, remanié par Louis XV, avant d'être racheté par la famille Rothschild, puis de nouveau revendu à,l'OCDE, organisme de coopération et  de développement économique, s'il en est, vient de subir d'importants travaux d'agrandissement. 

 

 

Regard d'un bouledogue français sur le jardin du Ranelagh, Paris

Pistol retrouve avec plaisir le kiosque à musique tout à fait contemporain, planté à raz de pelouse, dont la qualité acoustique favorise la production musicale d'orchestres variés (de chambre, de jazz de rock, connus ou anonymes), qui se succèdent sous le toit panoramique pendant tout l'été.


Jardin du Ranelagh-Paris-kiosque à musique

Alentour, les joueurs, de pétanque et de tennis de table n'ont cessé d'affiner leurs techniques de jeu, depuis notre dernier passage. Les enfants sages fréquentent toujours les petits enclos colorés qui leur sont dédiés, où ils s'adonnent avec retenue, dans leur robe à smocks ou leur tenue d'enfants modèles, à quelques activités post-scolaires. Sagement assis  sur les bancs qui entourent leur réduit, petit pain au chocolat dans la main, ils scrutent avec résignation les chatoyants équipements de détente qui leur étaient destinés, osant à peine s' y aventurer.

Impression de "déjà vu" ou pas, Pistol vient de suivre la piste d'un homme intemporel, figé dans ses pensées, et coiffé d'une  longue perruque bouclée.

 

 

Jean de la Fontaine vu de dos

Afin de le saluer de la bonne manière, le Maître Canin contourne son piédestal avec une détermination mêlée de circonspection. L'homme, qui répond tout simplement au nom de Jean de la Fontaine n'est pas seul...

 

Jean de la Fontaine, Le corbeau et le renard de profil

Perché à ses pieds, à hauteur respectable par rapport à son interlocuteur Renard, un Maître Corbeau...

 

Jardin du Ranelagh-Paris- La Fontaine, le corbeau et le renard

Escaladant les marches pour venir à sa rencontre, Renard le roublard ne cesse de couvrir d'éloges le fat corbeau, dans l'espoir vain d'obtenir une contrepartie.  Mais cette fois Corbeau qui connait la chanson reste toujours fermement campé sur ses positions. Les pourparlers n'aboutissent pas. 


P1070948

Les tractations entre les deux protagonistes sont interminables, le fromage espéré ne tombe pas...

Jardin du Ranelagh, Paris

 Renard  en est pour ses frais. Pistol, fin connaisseur du vingt-et-unième siècle,  tire rapidement la conclusion de cette affaire compliquée : le délice, qui a perdu son fumet au fil du temps,  ne devait pas valoir tant d'émoi !

 

 

Bouledogue au pied de la statue représentant le corbeau et le renard

   Il se rassoit et médite...

 

 

Un monument dédié en son temps à la Fonaine occupait autrefois l'emplacement, mais a disparu...

jard rancp3link

... fondu par les Allemands en 1945 pour être transformé en canon...

En 1984, La Fontaine repris à l'ombre des arbres sa place dédié. Le corbeau et le renard revinrent à la vie des mains du sculpteur portugais Charles Correa, peu de temps avant le décès accidentel de leur créateur.


Jardin du Ranelagh, Paris- une allée en septembre

      avant de reprendre le cours de sa vie. 

 

 

Repost 0
Published by Armide - dans Paris-16) Passy
commenter cet article
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 19:45

 

 

 

 

 Là où Victor Hugo  rencontre Lamartine, se trouve un espace privilégié qui nous invite à apprécier "l'heure fugitive"  

 

 

Photo-5701.jpg


 Après s'être assuré de refermer  derrière soi une petite porte à taille d' enfant, On pénètre dans un sanctuaire, abrité sous une voute de tilleuls 

Fraîchement arrachée à ma campagne natale, à  ses espaces illimités,  je jugeais ces aires de jeux qu'on appelle "squares", ceinturées de grilles,  équipées d'un unique tas de sable où faisaient mine de s'ébattre des enfants harnachés de robes à smocks ou de culottes de velours-vestes bleu marine...policées à en mourir d'ennui, et m'y  trouvais aussi déboussolée qu'un  oiseau en cage.

 

 Dépourvu de  possibilité aucune de cachettes subtiles, sans pelouses à dévaler, le square Lamartine  me paraissait un peu mesquin, mais je n'osais  avouer mon mépris : je n'avais que huit ans. J'apprenais "la Ville" où un coin de verdure est accueilli et partagé avec bienveillance, pour le plaisir et le repos de tous..

 

 

Photo 5699
Plus tard,  ce petit square a commencé à  revêtir à mes yeux certaines qualités ludiques, alors qu'à défaut de lac, c'est autour d'une fontaine que je retrouvais  mes camarades de classe.

 

Photo 1127

  

Juchés sur des patins à roulettes, nous entreprenions  de dévaler en boucle les contours du square, en suivant la faible inclinaison des trottoirs  qui l'entouraient . D'un côté nous nous élancions en laissant libre cours à notre vitalité,  tempérée de l'autre par l'amorce d'une descente : j'avais dix ans.

Photo 5692

Adolescente, mes parents me donnaient pour tâche de remplir des bouteilles d'eau au puits artésien, une eau précieuse, dont les propriétés ferrugineuses sont colportées de bouche à oreilles, au fil des générations.

  

Photo 5694

 

Je me penchais au-dessus des grandes étoiles dorées...en formant des voeux que je gardais secrets.


Photo 5697



Devenue mère, j'y ai emmené mes enfants qui a leur tour se sont construits des mondes, à l'ombre des tilleuls, sous le regard du poète 




Photo 5700

« O temps, suspends ton vol ! et vous, heures propices,
Suspendez votre cours !
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !

 

 

  

Repost 0
Published by Armide - dans Paris-16) Passy
commenter cet article
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 14:01

 

 

 

L'été s'est retiré sur la pointe des pieds, dans l'accomplissement d'une nécessité naturelle, avec la pondération résignée et la douceur particulière qui précèdent un départ. 

 

  Fenêtres fleuries - Avenue V Hugo 1

 

Les cimes des arbres ont perdu  de leur intensité. Les feuilles sont devenues translucides à force de filtrer le soleil .

 

 

Ave V Hugo - Immeubles en arrondi 2

 

 Les arrondis des balcons bourgeois réaffirment avec aplomb leur belle assurance. Les dentelles de leurs frises sont d'une régularité irréprochable,

 

 

 Avenue Victor Hugo - visage 2

 

Bien en vue au-dessus du  portail d'entrée du  n° 124,   le visage noble et préoccupé du maître des lieux contemple l'époque.

 

Il avait choisi d'abriter ses dernières années dans l'hôtel qui se trouvait à l'emplacement de cet immeuble.

 

Le courrier lui était adressé comme suit :

 

"A monsieur Victor Hugo,

en son avenue, à Paris""

 

 

 

 

 

  Façade Boucherie Lamartine

 

 Une boucherie restée authentique  depuis 1875,  fait face au square Lamartine, planté de tilleuls, où on s'approvisionne en eaux ferrugineuses servies par une fontaine  ..

 

Dans la boutique classée monument historique, on débite toujours, dans le traditionnel papier d'emballage rose paraffiné, des morceaux de qualité en provenance de toutes les régions françaises 

 

 

 

 Rodin -Les Muses - angle Victor Hugo Henri Martin

 

Plus loin,  nous atteignons l'angle des avenues Victor Hugo et Henri Martin, et trouvons le poète maudit assis sur le rocher des proscrits à Guernesey.

 A ses côtés, veille une muse ...

 

 

  Rodin - Les Muses - dédié à Victor Hugo

 

Le bras tendu, il semble vouloir apaiser les flots des mers ...à moins qu'il n'anticipe confusément, à l'aube du siècle nouveau,   les contrecoups  d'un excès de confiance placé dans la toute puissance du progrès et de l'argent. 

 

Rodin -Les muses- Avenue Henri Martin Victor Hugo

 

 "Les Muses" avaient été commandées pour le Panthéon, avant d'être refusées et placées dans les jardins du Palais Royal. Elles ont enfin trouvé dans les années soixante leur emplacement définitif, à proximité de la maison où le poète s'est éteint

 

 

 

 " Pierre à pierre, en songeant aux vieilles moeurs éteintes,
Sous la société qui chancelle à tous vents,
Le penseur reconstruit ces deux colonnes saintes,
Le respect des vieillards et l'amour des enfants".

 

 

 

 

Repost 0
Published by Armide - dans Paris-16) Passy
commenter cet article
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 21:45

 

 

  Au crépuscule de l'été, les terrasses de la place Victor Hugo sont gorgées  de tenues légères et riantes : elles transmettent des textures et des couleurs venues d'ailleurs. A la lisière de bois de Boulogne, on se prend  déjà, à rêver de campagne 

 

 

Edicule Guimard - station de métro Victor Hugo

 

Une humeur enjouée se répand à l'envie sur les trottoirs en croissants de lune. Les soirées s'étirent jusqu'à point d'heure

 

Glacier Bertillon - Pl Victor Hugo

 

Après de longues heures de lèche-vitrine, les "belles" viennent reposer leurs jambes fatiguées en s'asseyent à la terrasse de l'un des cafés qui décrivent un cercle autour de la place, à l'ombre du clocher de l'église. Des cadres d'entreprise, très comme il faut, s'entretiennent en groupes restreints d'un sujet qui les préoccupe, avec des airs de conspirateurs. 

  

Sous leur nez,  la ligne 2 du métro déverse, dans un élan démocratique,ses flots d'immigrants qui ont été acheminés d'Est en Ouest, d'un bout à l'autre de la capitale, pour gagner les bureaux de leurs ambassades respectives regroupées dans le quartier. Mais la mixité sociale, de courte durée se borne à quelques furtifs coups d'oeil en biais.

 

 

 

 

 

Angle d'immeubles - place Victor Hugo - Paris XVI

 

Des régiments de cariatides au garde à vous collent étroitement aux courbes  qui dessinent les contours de la place 

 

 

Place Victor Hugo, Paris

 

La fontaine émet des flots de paroles qui se confondent aux  bribes de conversations interceptées à la volée.

 

 

Automne ave Victor Hugo

 

De l'autre côté de la place, l'avenue Victor Hugo qui s'achemine doucement en direction de  Boulogne, se fait plus étroite et renonce à l'emphase théâtrale de ses débuts  : Stardbuck, Nicolas, Promod...ouvrent indifféremment leur porte au commun des mortels . Je viens de passer un long moment à feuilleter les livres de la libraire Fontaine, sans que personne n'ait trouvé quoi que ce soit à redire..

 

Avenue Victor Hugo. l'automne après la bourrasque

 

Un soir de novembre, la grande bourrasque de l'automne a malmené les têtes couronnées. L'hiver prend place. Les parapluies s'ouvrent, le froid s'engouffre dans les moindres recoins. On fixe ses pieds pour s'assurer qu'ils adhèrent toujours au sol

 

 

Place Victor Hugo, Paris 16 - Arbres de Noel

 

Sur la place, les terrasses se sont repliées sur elles-mêmes et dès la fin novembre,la parade d'arbres de Noël se tient sur ses gardes. La fontaine s'est tue. Ils dansent.

 

 

Kiosque à journeaux - Place Victor Hugo -Paris XVI un soir

 

  Hors des halos électriques,  la solitude est palpable un soir d'hiver.

 

 Photo 663

 

Au coin d'une avenue, une  boutique Cartier qui  se garde prudemment d' une exubérance populaire, s'entoure  sobrement de deux colonnes éclairées de leds qui  marquent l'entrée des initiés.

 

 

 

Place Victor Hugo en hiver

 

Protégés par le plastique du coupe-vent, quelques âmes perdues se sont retrouvées.

 Il fait froid dehors. 

 

 

 

 

Place Victor Hugo à Paris - les huitres attendent le clien

 

En apparence  abandonnée à la convoitise du passant, une douzaine de attend l'arrivée de son destinataire .

 

 

 

Repost 0
Published by Armide - dans Paris-16) Passy
commenter cet article
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 10:00

 

 

 

 

 

 Peut-on trouver quelque part, au gré d'une balade dans l'une des avenues les plus cossues du seizième arrondissement de Paris, quelque trace tangible de celui qui dénonça avec une telle acuité la condition des Misérables ?

 

 

Avenue Victor Hugo - balcon ventru

 

1860 : les anciens villages périphériques de l'ouest de Paris, Auteuil, Passy et Chaillot viennent d'être annexés à la capitale. Haussmann prend soin de les raccorder et de créer de grands axes ; il élargit les rues qu'il bâtit de fastueux immeubles.

 

1881 : on décide de rebaptiser l'ancienne avenue de Boulogne du nom d'un illustre résident qui a élu domicile au n° 124 : Victor Hugo vient de célèbrer  son soixante-dix-neuvième anniversaire.

 

 

Ave V Hugo - fin d'aprè midi 2

 

 A l'orée du Bois de Boulogne, hôtels particuliers avec jardins privatifs, files ininterrompues d'immeubles haussmanniens se chevauchent ; les reliefs de  la colline de Chaillot sont  perceptibles tout en restant discrets..

 

 

Ave Victor Hugo - façade au soleil

 

 Émergeant d'un décor de verdure, balcons de fer forgé et ballustrades des étages nobles (second et cinquième étages) sont des frises qui soulignent l'alignement  néo-classique des somptueuses demeures.

 

 

 

 

Ave Victor Hugo - porte cochère

 

Halls dont les plafonds atteignent des hauteurs vertigineuses, monumentales escaliers de marbre, tapis rouges, moulures ...

 

 

Ave Victo Hugo - côté Etoile

 

L'avenue est déserte la nuit, animée le jour. On fait ses  courses en voiture sous la voûte des arbres. Les embouteillages sont monnaie courante, même un jour de semaine à trois heures de l'après midi.

  

 

Avenue Victor Hugo - Soleils

 

En pleine journée les feux du jour rivalisent avec  des spots  électriques qui  illuminent à l'envie, les nouvelles collections présentées dans l'ogive des vitrines.

 

 

 

Ave Victor Hugo - Façade d'immeuble

 

Hôtels de luxe,  ambassades, retraites privées, salons de thé, couturiers, créateurs, confiseries fines, joailliers ... 

 

 

Ave Victor Hugo - Le Notre

 

enfilades de boutiques feutrés flattant la coquetterie, la gourmandise, le "bon goût ...

 

 

 

Ave V Hugo - porte

 

  Les portes cochères, grandes et généreuses toisent le visiteur impétrant

 

Ave Victor Hugo visage 12 et porte cochère

 

 Le magistral nous tient en respect ...

Certains esprits critiques n'ont-ils pas reproché  à Victor Hugo d'être pompeux ?

 

Ave V Hugo - poignée de porte 

 Entrées  bien gardées, portes closes sur des vies avec leurs bonheurs, leurs victoires, leurs intrigues ou leurs drames ; elles ne s'ouvrent qu'avec parcimonie.

 

 

 

Avenue Victor Hugo - Prunier

 

La façade de mosaïque d'un immeuble qui fait angle avec la rue  Traktir n'est autre que celle du mythique restaurant "Prunier". Ouvert en 1925 par Emile Prunier, le restaurant est célèbre par ses légendaires plats de fruits de mer dégustés dans la célèbre 

 salle Art Déco.

 Ave Victor Hugo - chez Prunier

 

L'établissement a été repris par Pierre Bergé qui a implanté une succursale "Prunier" place de la Madeleine, dans un décor au goût du jour, où caviar français et iranien se disputent la vedette. 

 

Ave V Hugo - Bar Le Poète (ratée)

 

  Bref instant de repos, dans le décor sans prétention d'un petit restaurant de quartier où est évoquée la présence d'un poète... et  où  les visages se découvrent.

 

 

Place Victor Hugo, Paris

 

 

 Nous venons d'atteindre la place Victor Hugo qui marque un halte circulaire entre les deux tronçons de l'avenue. Bercée par le tintement des cloches de la chapelle  Saint Honoré d'Eyleau et rafraîchie par trois jets d'eau, pendant le belle saison.

 

 Récemment rénovée, la fontaine  se tarie en décembre pour accueillir trois arbres de Noël. C'est le moment où nos contemporains Misérables viennent planter leur bivouac sur les grilles de ventilation du métro et prendre leur quartier d'hiver au pied des plateaux de fruits de mer.

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Armide - dans Paris-16) Passy
commenter cet article
5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 14:10

 

 

Nous nous sommes lancés....

 

Ave Georges Mendel - automne

 

  à l'assaut des larges avenues parisiennes aux couleurs vibrantes.

Des feuilles abandonnées à terre, s'échappent de secrètes odeurs de regain.

Le soleil embrasse les nuages et les entoure de fils d'argent.

Les arbres bruissent leurs saluts sur notre passage,

et nous,  nous nous nous amusons à lire les regards juchés sur les pas de porte  :

 

Avenue Victor Hugo - visage 2

 

certains pensifs et scrutateurs,

 

Avenue Victor Hugo - visage 3

 

 d'autres, en revanche,  trouvent notre harnachement amusant et spirituel.

 

Ave Vicotr Hugo - visage 9

 

 Certains se  détournent perplexes et dérangés...

 

Avenue Victor Hugo - visage

 

  d'autres compatissent

 Ave V Hugo - visage 11

 

Certains trouvent que voilà bien la meilleure façon de marcher :

 

Fenêtre oeil de boeuf et ange

 

sur  roulettes,

avec des ailes...

pourquoi pas ?

 

Avenue Victor Hugo - visage 5

 

Il en est même qui parviennent à nous communiquer leur apaisement  et à nous offrir leur bienveillante protection...

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Armide - dans Paris-16) Passy
commenter cet article

Présentation

  • : Balades avec mon chien
  • Balades avec mon chien
  • : Mes promenades avec Pistol, bouledogue français ; sa vie, ses amis chats, chiens, vaches et chevaux. Balades insolites dans Paris et ses environs. Nos voyages, nos lectures, nos loisirs.
  • Contact

Un éloge !

Nous autres français sommes bien égoïstes. Lorsqu un pays dispose d un blog comme Balades avec mon chien, il devrait le traduire en anglais, italien, espagnol, japonnais, chinois etc... que le reste du monde en profite. D ailleurs, Armide mérite un auditoire bien plus large que 60 millions d internautes (plus quelques belges, suisses, quebecois). En tous cas, j adore Balades avec mon chien et je suis loin d être seule !

       

Rechercher

Récompenses



Archives