Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 04:02

 

 

Des amis véritables m'ont proposé de terminer ma convalescence dans la chaleur amicale de leur foyer. Ils sont établis de longue date dans l'Ouest de Paris, dans une zone particulière, qui a fait couler beaucoup d'encre.

 

Quai du Point du Jour

La météo s'annonce aussi douce que la petite balade en voiture. Nous venons de contourner la pointe de l'Ile Seguin qui, depuis le début du XX siècle abritait les ateliers des usines Renault, et filant droit devant, nous empruntons la rive opposée à Meudon bordée d'arbres, qui laissent passer la douceur de l'après-midi, tandis que des péniches reconverties en restaurants, oscillent doucement au gré des imperceptibles mouvement de la Seine.

Par moments, nous jetons quelques coups d'oeil furtifs vers le côté conducteur : paysage de désolation, où s'égrainent ça et là, des pans de murs, reliquats d'ateliers industriels, dont les béances présentent encore des questionnements, encore secoués  d'âpres polémiques concernant le réaménagement de l'Ile Seguin, proposé par Jean Nouvel).

 

Ile Seguin - Les cirques du monde

L'architecte en charge avait pour idée initiale de transformer le lieu industrieux en un ambitieux complexe d'affaires international où s'intégreraient des tours atteignant une centaine de mètres qui regrouperaient principalement bureaux, hôtels et  résidences d'habitation. Certains élus se mirent à considérer favorablement le projet qui présentait à leurs yeux l'avantage de dynamiser l'économie de la région, tandis que les riverains s'opposèrent farouchement  au bétonnage.

 

Rives de l'Ile Seguin

Jean Nouvel doit encore "revoir sa copie" : jardins et espaces culturels ont depuis lors été conçus pour modérer l'implantation, agressive des tours. Les projets d'aménagement des terrains toujours en friches de l'Ile Seguin, d'abord rêvés par François Pinault pour y exposer ses collections, puis destinés à  l'implantation de la Maison de l'Histoire de France, tous deux jugés trop coùteux, ayant été abandonnées.

 


Les cirques du monde

Dans les limbes, des  toits de chapiteaux se sont dressés : l'opération "Cirque en Chantier" donna pour le moment, aux terrains en friche une vocation d'accueil pour les spectacles nomades : Bouglione a d'abord donné le coup d'envoi, le Cirque du Soleil lui a emboîté le pas. Aujourd'hui, un cirque russe présente ses numéros...

 

P1070900

 

Plus loin, la Tour Eiffel inévitable où que soient les cimes des collines environnantes, est bien là, et présente en bon ordre, les ponts de Paris, du nouveau aux plus anciens : ici, s'esquive rapidement le Pont de Grenelle...

 

P1070901

Le Pont Rouelle...abandonné après l'Exposition Universelle, réutilisé des nos jours par le dit "RER" ...   

 

P1070902

Et voici, à présent, le Pont Bir Hakeim, mais nous ne faisons que passer...


P1070906

 

A l'ombre de la "bergère" chantée par Apollinaire, mon coeur vient de me rappeler d'urgence aux côtés de Pistol et de sa tribu...       

 

 

 

Repost 0
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 13:30

 

Depuis toutes ces semaines, Armide, Pistol et la tribu ont été éprouvés par l'envol, au paradis des ordinateurs, d'un ami de longue date.

 

Ce dernier, montrait depuis quelque temps des signes de fatigue, peinait au démarrage, renâclait à la tâche, prenait un temps infini pour reprendre souffle entre deux efforts ; Il s'est éteint dans un théâtral crépitement électrique. Puis, un silence obstiné s'est installé.

 

Petite tragédie absurde, frustrante, mélancolique, quand l'infortune technologique nous précipite malencontreusement par un espace intersticiel du tissage ténu de la grande toile, dans un vide sidérale : l'absence se fait pesante...

 

Puis il a fallu se résoudre à l'évidence, se faire une raison, trouver un moyen pour arrêter le cours de la chute et retrouver sereinement celui de nos balades et le plaisir de nos échanges.

 

Nous reprenons de nouveau le fil...

 

 

 

 


Repost 0
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 17:41

 

 

 

Il ne s'agit pas de n'importe quelle tarte (qui aurait assurément fait l'affaire) mais de

 la notre, sans sucre ni crème ajoutée, celle qu'on dégustait au village les dimanches de "Ducasse" .

 

 

Tarte revenue disposer les fruits

 

 

 

 La pâte était pétrie jusqu'à ce qu'y éclosent d'étranges bulles translucides qui nous ébahissaient. Elle devait ensuite  faire l'objet de soins attentifs, mise au repos, au chaud et au calme. Quand nous la retrouvions une heure plus tard elle avait  pris des reliefs que nos grand mères décoraient de cercles concentriques à l'aide de morceaux de fruits. Le petit miracle s'est réitéré  par la suite, maintes fois, pour un oui, pour un non, par les mains de nos mères cette fois.

 

 

 

Les cinq ingrédients :... et même pas de sucre !

 

Tarte revenue - bol de farine

 

1 -  Un bol de farine (125 grammes environ)

 

Tarte revenue - 250 gr de beurre

 

2 - 125 gr de beurre

 

Tarte revenue - oeufs

 

3 -  3 oeufs

 

Tarte revenue - Un demi cube de levure - éffriter

 

4 - Un demi cube de levure de boulanger

(10 gr environ)

 

Tarte revenue sel

 

5 - une pincée de sel

 

 

 

 La confection, maintenant !

 

 

Pistol - clin d'oeil furtif

 

 sous la haute surveillance de Pistol ...!

 

 

Tarte revenue - effriter la levure

 

Effriter la levure le plus finement possible

 

Tarte revenue levure eau et un demi sucre

 

La délayer dans un peu d'eau et y ajouter un demi sucre (qui favorise la levée). La couvrir et la laisser reposer dans un four à peine tiède.

 

Tarte revenue - Mélanger oeufs et farine

 

Mélanger la farine aux oeufs auxquels on aura ajouté une pincée de sel

 

Tarte revenue - faire fondre le beurre

 

Laisser fondre le beurre sur feu doux

 

Tarte revenue battre beurre dans farine et oeufs

 

Ajouter le beurre dans le mélange farine et oeufs .

 

Tarte revenue - Incorporer la levure

 

Incorporer la levure en mélangeant bien !

 

Tarte revenue - Pétrir

 

 Pétrir, pétrir et pétrir... jusqu'apparaissent les bulles miraculeuses !

 

 

Tarte revenue - disposer la pâte dans la tourtière

 

Disposer la pâte dans la tourtière de 22 cm (préalablement beurrée).

 La pâte attache un peu aux doigts ...

 

 

Tarte revenue-copie-1

 

Couvrez la pâte et laissez-là reposer au calme dans un endroit abrité des courants d'air (à proximité d'une source chaude, de préférence). Patientez au moins une bonne heure : elle doit avoir pris des reliefs.

 

 

Tarte revenue - quelques noisettes de beurre

 

 Il ne reste plus qu'à procéder à la "déco" : pommes, poires, mirabelles...

Ajouter quelques noisettes de beurre

Mettre au four moyen (22O degrés) un quart d'heure environ

Retirer quand les fruits paraissent cuits et que l'ensemble a pris les teintes dorées

du soleil.

 

 

 

Tarte revenue un quartier

 

Notre porte est toujours ouverte ...

 

 

 

 

Repost 0
22 août 2010 7 22 /08 /août /2010 17:47

 

 

 

 

Nous sommes toujours ici

 

 

  Photo 8673

 

 

mais aussi un peu ailleurs...

 

 

 

 

Il y a quelques jours, Le téléphone a sonné (je ne l'aime pas : il capte trop longtemps son attention loin de ma présence, pourtant tapie à ses pieds). L'heure n'était pas habituelle pour une promenade, et un voyage n'était pas prévu... Mais Elle a fébrilement rassemblé quelques effets indispensables, et m'a tiré dehors avec elle en me tenant fermement par la laisse .

 

 "Grande-Maîtresse", la maman de celle qui partage mon toit depuis toujours, celle à qui j'ai confié ma vie en échange de son amour exclusif,  avait besoin de soin et de compagnie.

 

A cette occasion,  ma maîtresse à moi m'a réservé la surprise d' une balade en métro : UN EVENEMENT EXCEPTIONNEL !

 

Les tours de métro...  un jeu interdit aux chiens ! Par mesure de sécurité (Défense de descendre sur la voie, danger de mort - en cas de sinistre, briser la glace, etc) ! Et c'est justement  ce qui en fait son charme.

 

La loi veut que les quadrupèdes doivent obligatoirement voyager protégés, enfermés,  comprimés dans un réduit obscur, hermétique grillagé et barreaudé, muselés, la tête basse et en silence ...Il s'agit de se faire tout petit et de ne pas se faire remarquer en aucune manière.

 

 Mais Moi, j'aime le danger. Et je suis un recalé des réduits... Trop large d'épaules, trop trapu, trop musclé, trop impressionnable, trop conscient de moi-même pour être rétréci, un chouia trop long de la tête aux coussinets (ma face de melon écrasé et mon fouet téléscopique, en boucle sur lui-même, nous permettraient bien de gagner les quelques centimètres en surnombre pour tenir dans une boite, mais voilà...) Je suis ainsi fait : je ne coule pas dans les moules, seulement sur le tronc des arbres chargés d'odeurs qui bordent les  avenues encore désertes où il est toujours possible de s'ébattre et de respirer quelques bouffées d'oxygène, en attendant le retour des Barbares. 

 

Paris en cette fin d'été c'est tout doux.

 

Pour le moment, ma Maîtresse à moi, est affairée et disséminée, même si l'essentiel de nos balades est assuré.

 

Mes colocataires ont fermement insisté pour rester sur leurs positions, à la maison. Ils s'accrochent tellement fermement à leur détermination, qu'Elle est contrainte de se partager  entre les griffus et la grand-mère, et puis moi aussi, quand même !

 

 Parfois ici, souvent par là : voilà où nous en sommes...

 

Quelque chose dans l'air me laisse dire que le baromètre  semble maintenant virer au mieux...

 

Il nous tarde de regagner nos chères pénates, et nos petites habitudes...

 

 

 

Repost 0
13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 23:45

 

 

 

 

 

 La mer aujourd'hui agitée, interprête avec justesse les incertitudes du temps

 

Photo 9026

 

Debout sur le quai du port de plaisance, le technicien  laisse les dernières recommandations d'usage, avant de nous confier la charge de notre petite embarcation.

 

Allen capitaine du jour sait parfaitement déjouer les subtilités de la nature. Sportivement, mais sans encombre,  nous fendons les vagues, libres comme l'air,  pour gagner Egmont Key

 

 

 

 

 

Photo 9027

 

Un îlot aux reliefs presque chauves, signalé par un phare, a subi un moment la présence d' une centrale hydro-électrique. 

 

Nous ancrons le bateau  à quelques dizaines de mètres au large, et gagnons  la berge à la nage. Quelqu'un n'a-t-il pas dit que la nature nous apprend à nager quand elle coule nos bateaux ?

 

 

Le soleil est parvenu à déchirer le voile de nuages, et l'écume de la mer dissémine au petit bonheur, ses perles et ses cristaux.

 

 

Ce lieu chargé d'histoire a d'abord constitué  le point de chute d'un certain Comte d'Egmont, de la Chambre des Communes irlandaise au XVIII siècle, avant de constituer pour les conquistadors une étape sur le chemin menant à Tampa. Le phare, édifié au début du XIX siècle est longtemps resté le seul sur la côte ouest de la Floride avant d'atteindre les Keys. Endomagé à plusieurs reprises, il a été reconstruit pour tenir tête aux tempêtes les plus tumultueuses.

 

Egmont Key a été les théâtre d'opérations militaires : il a été utilisé comme lieu de détention des Séminoles, puis occupé par les troupes des Etats du Sud lors de la Guerre de Cécession.

 

L'îlot  classé réserve naturelle depuis 1974, a depuis lors été revendiqué par les plaisanciers curieux de visiter les ruines de  Fort Dade, une relique de la guerre hispano américaine, progressivement détruite par les ouragans successifs

 

   

 

Photo 9050

 

 

Le soleil nous assomme de son ardeur et augure de turbulents contrecoups

Un halo vaporeux couvre le camaieu paradisiaque de bleus.

 

Une ombre prédatrice,  pesante masse, s'infiltre et  fait tache  comme une malédiction ; elle s'interpose et occulte "notre île". 

 

 

Photo 8846

 

Dans la soirée, un petit bateau assoupi, presqu'un jouet,..

 

Puissent quelques pas le long d'une  plage éclairée par la lune, nous permettre d'oublier la menace.

 

 

Photo 8845

 

Magie furtive des enseignes lumineuses...

 

 

Photo-5826.jpg

 

A quelques heures de vol,  d'une côte à l'autre de l'Atlantique, me voici de retour chez moi

voici Paris-Ménilmontant.

 

 

 

Photo-4453.jpg

 

 Je ne manque pas de saluer la Mère-Lachaise, ma voisine préférée.

 

  

Photo 9187

 

Les cours de la cité des artistes dégorgent de fleurs.

 

 

Photo 9183

 

Les murs sont couverts de glycine en cascades

 

Photo 8627

 

Je presse le pas : je suis attendue...

 

 

 

Repost 0
23 mai 2010 7 23 /05 /mai /2010 00:46

 

 

 

 

 

 

Celle qui détient la clé originale de la maison est revenue hier soir.

 

  Nous étions tellement las de l'attendre que nous commençions à nous figer sur nos marques dans l'expectative de son retour. Les aiguilles de l'horloge elles-mêmes semblaient avoir peine à suivre leur chemin concentrique  et donnaient même toutes raisons de penser qu'elle envisageaient faire demi tour. Et pourtant, à l'extérieur, les boutons de géranium s'éclataient en camaïeux de rose et de pourpre dans leurs jardinières en prévision d'un jour triomphale. Ils nous le promettaient....Nous nourrissions la conviction profonde qu'ils disaient vrai. Alors, nous pouvions dormir sur nos deux oreilles en attendant sa réapparition, à Elle, celle qu'on ne cessait d'attendre.

 

 

 

 

Photo 8898

 

 

Et voilà qu'hier, la clé a cliqueté de façon particulière : avec circonspection, anxieuse  de troubler notre repos, soucieuse de notre éventuelle intempérance.

 

  La Consolante, qui depuis son départ à Elle s'introduisait  plusieurs fois par jour  pour  l'approvisionnement de vivres et les petits tours de pâté de maison, venait de finir sa tournée. 

Ce ne pouvait être elle...

 

 

Photo 7125

 

 

Pendant l'Absence, mise à part la langueur de quinze interminables journées, et d'autant de nuits longues et vides, je dois convenir que l'ordinaire n'a pas fait défaut. Mais je ne trouvais pas dans les balades  la connivence à laquelle je suis attaché.

 

 J'ai d'abord protesté, exigé quelques explications, imploré son retour ; j'ai mordu ma laisse, freiné des quatre pattes, offert mon meilleur os en gage, j'ai pleuré, j'ai gémi (en silence,  pour ne pas  déroger à ma race) : peine perdue. Elle était loin déjà....et insaisissable. 

 

 

 

Photo 8646

 

 

 

Avant de me résigner, je me suis perdu en conjectures.

 

 

 

Photo 8648

 

S'était-elle évaporée dans un lieu où ciel et mers, neige et nuages se rencontrent et se réfléchissent l'un dans l'autre ?  

 

 

 

Photo 8649

 

Un espace "entre deux" où les quatre éléments se confondent et où le temps semble rectiligne et illimité...

 

 

Photo 8647 

 

Presqu'à regret, j'ai abordé les contours de mon pouf, en ai longuement flairé les contours, j'ai fouiné, retourné le tout et me suis calé en rond en plein centre. Puis me suis surpris à ronfler. Du haut de ses nuages, elle pensait à nous...

 

 

Photo 8773

 

 En rêve, je l'ai retrouvée. Sous les palmiers, il faisait chaud. Au dessus des palmiers, le soleil souriait... Nous nous trouvions quelque part à l'autre bout du monde, dans une région de la planète qui s'appelle la Floride.

 

 

 

Photo 9493

 

 

et Bruno, mon "aminaute" préféré nous y attendait ...

 

 

 

 

 

Repost 0
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 00:43


Il y a du Noël dans l'air ...


En pointillé. Suivez la flèche : il  y a l'avant Noël, un mélange d'espérance et de nostalgie, anticipation pour les plus jeunes d'entre nous, retrouvailles parfois.


Il y a la fête, suivie d'un temps de réflexion entre-deux réveillons : plénitude,  gratitude, mélancolie ; émergent par intermittence les  soucis abandonnés pour quelques jours aux mains de parenthèses . Sursaut de la saint-Sylvestre : champagne chapeaux et cotillons préludent  la reprise de la vie réelle


Noël ? Encore ? Déjà ?


On ressent de la lassitude face à cet éternel recommencement. On met commodément  cette fatigue sur le compte des frimas, Le temps et l'argent font parfois défaut ;  vagues inquiétudes teintées de  bon sentiment ... on se prend à être tenté de laisser l'année s'achever sans tambours ni trompettes.


 Seulement voilà, on se laisse bon an mal an, amener à céder au mouvement général, ne serait-ce que pour marquer le cycle d'une année accomplie. Les lois naturelles semblent inébranlables. Les rites ont leur utilité.


Alors, tirons le rideau.




Photo 007
Notre sapin : en plastique pour des raisons écologiques (discutables entre toutes)... un élément résiduel  de l'époque où j'achetais encore chinois,  par souci d'économie
Aujourd'hui,  toujours mus par des soucis écologiques, économiques, et éthiques, je rejette plus loin qu'à Rome les trop brillantes et scintillantes décos "made in China" au profit de figurines "made in chez nous".


Photo 020
Cet oiseau de paradis  apporte la chaleur de l'affection, la générosité de l'amitié.
Qu'il soit porteur de bonnes nouvelles.

Photo 022
Fabriqués en "plastic canvas" (terme américain pour décrire une planche de simili canevas. On y trace un shéma, on remplit en demi points, comme pour la tapisserie : c'est simple, relaxant, amusant)

Photo 018
L'inévitable Casse-Noisette est présent à l'appel. Il mène la farandole de ses semblables, sur l'arbre

Photo 054
Quelques points de croix sur des silhouettes tracées sur du carton perforé

Photo 009
Tino n'apparaîtra que plus tard, à l'heure du repas.
Zelda, perfectionniste, s'assure que rien ne manque.


Photo 016
Pistol : "Et le suite ?"


Repost 0
22 décembre 2009 2 22 /12 /décembre /2009 13:31



Quegnole, cugnole,  couniole, cougnou, coquille ?


Queniole, cugnole


Dans notre province du Hainaut, la nom de  la brioche traditionnelle de Noël change d'un village (celui de ma famille maternelle) à l'autre (celui de ma famille paternelle) ; les deux clochers ne sont séparés l'un de l'autre que par quelques coteaux verdoyants..

S'agit-il du nom "queniole" comme quenouille, ou plutôt de la traduction du mot espagnol "cunolas" qui signifie berceau ? (notre région transfrontalière à cheval entre la France et la Belgique ayant fait partie du royaume des Pays-Bas espagnols entre le XV et le XVIIIè siècles)
Je penche pour la deuxième alternative, mais "cela n'engage que moi".

Mes parents ayant "émigré à Paris" ne manquent jamais de réunir la famille autour de cette brioche enrubannée, commandée chez un artisan patissier local et livrée tous les ans à bon port, sur laquelle est posé un enfant Jésus en sucre. Voilà qui apporte un élément en faveur de l'interprétation du berceau.

Mais, la coquille depuis l'antiquité est un symbole d'amour. Elle est censée aussi protéger des mauvais sorts et de la maladie. Peut-etre est ce la raison pour laquelle les pélerins de saint Jacques de Compostelle l'ont adoptée comme symbole.
L'appellation "coquille", dépourvue de cautions linguisitques, ouvre la voix à une interprétation symbolique intéressante

Brioche bien aimée, notre "madeleine de Proust" !



Repost 0

Présentation

  • : Balades avec mon chien
  • Balades avec mon chien
  • : Mes promenades avec Pistol, bouledogue français ; sa vie, ses amis chats, chiens, vaches et chevaux. Balades insolites dans Paris et ses environs. Nos voyages, nos lectures, nos loisirs.
  • Contact

Un éloge !

Nous autres français sommes bien égoïstes. Lorsqu un pays dispose d un blog comme Balades avec mon chien, il devrait le traduire en anglais, italien, espagnol, japonnais, chinois etc... que le reste du monde en profite. D ailleurs, Armide mérite un auditoire bien plus large que 60 millions d internautes (plus quelques belges, suisses, quebecois). En tous cas, j adore Balades avec mon chien et je suis loin d être seule !

       

Rechercher

Récompenses



Archives